Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘glaneur’

LA NUIT (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2020



Illustration: Christian Schloe
    
LA NUIT

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit
à pas de vent de loup de fougère et de menthe
voleuse de parfum impure fausse nuit
fille aux cheveux d’écume issue de l’eau dormante

Après l’aube la nuit tisseuse de chansons
s’endort d’un songe lourd d’astres et de méduses
et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons
veille sur le repos des étoiles confuses

Sa main laisse glisser les constellations
le sable fabuleux des mondes solitaires
la poussière de Dieu et de sa création
la semence de feu qui féconde les terres

Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit
à pas de vent de mer de feu de loup de piège
bergère sans troupeaux glaneuse sans épis
aveugle aux lèvres d’or qui marche sur la neige.

(Claude Roy)

 

Recueil: Claude Roy un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand nous saurons ouvrir et déchiffrer en nous (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2019




    
Quand nous saurons ouvrir
Et déchiffrer en nous
Le livre dont nous sommes
La langue et le secret,
Nous n’aurons plus de mots
Pour traduire le silence,
Nous trouverons des frères,
Des glaneurs de lumière,
Des amoureux du Souffle,
Des quêteurs de l’Esprit.
Nous laisserons le vent
Lire la mélodie
Et tourner chaque page
Du chant de notre vie.

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Levain de ma joie
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le voyageur (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017




    
Le voyageur

Jaillit un chant d’oiseau
Qui devint étincelle
Pour embraser le jour.

Passèrent les glaneuses
Les bras pleins de soleil.

Le chemin où tu marches
Peut te conduire au ciel,
Il suffirait d’un rien.

S’en vont treize faucheurs,
Ne les regarde pas
Car l’un d’eux te recherche.

Cueille un coquelicot
Pour protéger ton coeur
Et pense à cet oiseau
Qui te fut secourable.

Que l’eau lèche la pierre
Et la larme ta joue.
N’es-tu toi-même eau vive
Glissant sur le chemin ?

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :