Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘gommer’

Le nom ne sert qu’a nommer (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2019


 


 

Pierre Marcel

Le nom ne sert qu’a nommer.
Dé-nommer les choses
les rejoindre en deçà du nom.
Dans le nom même qui les biffe,
les rature, les gomme,
le nom blesse la chose.
La chose blessée s’ouvre déjà
dans le nom, qui, dès lors, ne l’enclôt plus.

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Pierre Marcel

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sommeil (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2018



 

Le sommeil

La nuit nous dicte sa tâche magique.
Détisser les mailles de l’univers,
les ramifications inépuisables
des effets et des causes, qui se perdent
dans ce vertige insondable, le temps.
La nuit exige que cette nuit même
tu oublies ton nom, ton sang, tes ancêtres,
chaque parole humaine et chaque larme,
ce que la veille a pu te révéler,
le point illusoire des géomètres,
la ligne, le cube, la pyramide,
et plan, sphère, cylindre, mer et vagues,
ta joue sur l’oreiller et la fraîcheur
du drap neuf…
les empires, les César et Shakespeare
et, plus difficile, ce que tu aimes.
Étrangement un comprimé pourra
gommer le cosmos, créer le chaos.

(Jorge Luis Borges)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fatigue. (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



Illustration: Hélène Hugon
    
Fatigue. Il suffirait d’une fleur juste pour tout gommer autour.

La nuit efface la page : c’est mieux.

(Antoine Emaz)

 

Recueil: Caisse claire
Traduction:
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaque soir (Chantal Dupuy-Dunier)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018




    
Chaque soir,
je croque mon portrait à traits rapides
puis gomme la partie malade…
Je magie noire.

(Chantal Dupuy-Dunier)

 

Recueil: Mille grues de papier
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voudrais être une femme (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



Abraxsis Der Jen n11

 

Je voudrais être une femme.
Signe distinctif :
un sourire éternel sur les lèvres,
des baisers
profonds comme le miel.

Je voudrais être une femme
Qu’on ne peut ni additionner
ni soustraire
ni multiplier
ni diviser
ni gommer
ni sommer
ni assommer.

(Maram al-Masri)

Illustration: Abraxsis Der Jen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je vous déclare ma patrie (Josyane De Jesus-Bergey)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2016



suzanne-monnot-enfant-5-800x600-800x600

Je vous déclare ma patrie
par delà
les collines et la mer
Vous mes frères
je suis à l’écoute du sable
et du vent
je m’enracine près du figuier
et s’il reste un enfant
accroupi près des murailles
je suis cet enfant là
mes pierres ont pris la couleur des vôtres
le fleuve arrose mes colères
comme le ciel les orages
JE SUIS
peu m’importe d’où vient le cri
j’habite votre terre
j’ai gommé le pas des soldats
je vous ai posés
à l’abri de la colère des hommes
mon chemin n’est que votre route

je l’appelle LIBERTE

(Josyane De Jesus-Bergey)

Illustration: Suzanne Monnot

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Westbourne Road, Penarth (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2016



Westbourne Road, Penarth

M’installant pour les orages
Devant la fenêtre
Tournant le dos
Aux animaux de l’arche
Sauvés immobiles
De l’eau gros bleu des murs
La chambre est sombre
Et en bas dans le jardin
Les roses sont noires

Au printemps vieilli
Hors du regard du soleil
Les jours pâlissent
Comme sous une souche
Les tiges blanches s’entremêlent
En frêles étreintes
Dans un abri de mort

Mais l’enfance est
Maintenant se voit déjà
À rebours des ans
Que de temps perdu
À tirer des traits
D’un compte continu
À gommer les traces
D’un paysage profond
J’avais peur
De voir en spectre le présent

Il aurait fallu
S’aventurer
Là où les autres existent
Trouver en creux une place
Mais qui peut moduler un miroir?

Le soleil est là
Qui crée du désir l’espace
Sous les pas d’amour
Réel est le chemin

(Heather Dohollau)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :