Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘goulot’

Gestes (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



Illustration: Aaron Siskind

    

Gestes
gestes de la vie ignorée
de la vie
de la vie impulsive
et heureuse à se dilapider
de la vie saccadée, spasmodique, érectile
de la vie à la diable, de la vie n’importe comment

Gestes du défi et de la riposte
et de l’évasion hors des goulots d’étranglement

Gestes de dépassement
du dépassement
surtout du dépassement
(pré-gestes en soi, beaucoup plus grands que le geste,
visible et pratique qui va suivre)

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu te heurtes (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2017



Illustration
    

Si tu te heurtes aux murs de chair
Si tes mots sombrent avant de naître
Que ton sang agrippe tes os
Que ton œil perd sentier

Éveille en toi l’autre regard !

Celui qui transgresse le monde
Et distance le temps singulier

Dans le goulot des jours
Quand s’engouffre la pénombre
Ameute l’autre regard !

Sa lueur te cherchait.

(Andrée Chedid)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être (Serge Basso de March)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Être

Être
dans ce balancement du temps qui se dévide
dans ce ruban fragile
tendu jusqu’à l’ultime

Debout à vouloir le chemin
dans cette lucidité des orages et des feux

Être
dans cette avidité au goulot des secondes
à regarder la mort jusqu’au fond de ses os

(Serge Basso de March)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ENTONNOIRS (Christian Morgenstern)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2015



LES ENTONNOIRS

Deux entonnoirs nuitamment déambulent
et par l’étranglé goulot filtre
un pâle rayon de lune
qui leur éclaire
le sentier
ainsi
soit
il

***

DIE TRICHTER

Zwei Trichter wandeln durch die Nacht.
Durch ihres Rulpfs verengten Schacht
fließt weißes Mondlicht
still ihren
Waldweg
u. s.
w.

(Christian Morgenstern)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :