Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘goutte à goutte’

Mort d’un Poète (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2017




    
Mort d’un Poète
I. M. Francis Jammes

Mon Dieu comme il fait silence ici
on dirait que les sources ont tari
que les coeurs ont perdu leur vie
et les feuilles le secret des nids.

Comme il fait silence, on dirait que les jeunes filles
ont perdu le goût de chanter leurs rêves
ou que leurs rêves sont restés sans récompense
ou qu’elles savent que Dieu veut les priver de vie.

Plus personne n’appellera les fleurs par leurs noms
tous les prés s’en iront nourriture à fenil
sans qu’un doigt ait noué chaque brin d’harmonie

Vois comme est triste la prairie
depuis qu’il n’est plus là pour la chanter
vois comme les joncs sont durs au bout du pré
comme l’aube est pressée d’abandonner les sources…

Il y a toute la nuit avec son chant d’enfance
et le cri des crapauds vers-luisants du silence
il y a toute la nuit fermée sur les amours
et la lutte d’ailes au vents

toute la nuit de larves et d’essaims
(l’assassin doucement tourne la roue de lune sur la lame)
(le lecteur fantastique sous l’ombre des cheveux
voit naître sur la page la lointaine bataille)

il y a toute la nuit au bruit de source :
goutte à goutte, chant à chant, râle à râle
les sanglots jusqu’à l’aurore
les gestes pour soi-même et le poème écrit…

solitude ! solitude ! oh ! beauté de la nuit !…
la porte frappe sur la chair d’attente.

(Alain Borne)

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Goutte à goutte (Oriko Nishikawa)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2017



Goutte à goutte
les lumières du passé
s’écoulent de la Voie lactée d’hiver

(Oriko Nishikawa)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

A ma mère (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017




    
à ma mère enfin aujourd’hui
dédier ces lignes fragiles
qui se vident goutte à goutte
de leurs pauvres prières vaines
ces pensées qui survolent
sa photographie et se retirent
ce rêve indemne incapable
de concevoir tant de beauté
ces heures qui me renvoient
à sa présence impalpable
et à la réalité de son absence
ce sourire qui vient du sien
de son regard limpide offert
à la conversion de l’au-delà
ce silence donné en partage
qui n’a pas de souvenir
alors que son sang coule
dans le mien ébloui

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie chante en nous (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2017




    
La pluie chante en nous son retour éternel,
En nous la terre oublieuse retrace son chemin.

Senteur des collines en fête,
Murmure des pêchers en fleur,
Sourire des auvents en larmes,
Tout feu pris toute fumée bue,
Toute chair au sang délivré,
Et tout mot soudain souvenu.

Dans le coeur désert, nous reprenons goutte à goutte
La source que nous avions cédée aux saisons.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ta bouche (Rabah Belamri)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2017



Ta bouche
où mon feu tombe
goutte à goutte
lézarde la nuit
me réinvente
incandescence du jour

(Rabah Belamri)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les jours tombent du ciel (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017



 

Les jours tombent du ciel goutte à goutte et aucune lueur ne dévore mon front du rêve qu’on voit, au tournant de la route avec mille bulles d’or danser en rond.

Les jours se sont assis au creux de leurs fauteuils et, en riant, cassent leurs doigts secs, près du feu.

Et mon âme lourde s’affaisse sur mon œil gémit, dehors, au froid, sur l’épine d’un aveu, les étoiles si douces ont la fuite des passantes qu’on charge d’un poids trop
lourd d’amour.

Mes efforts s’abattent à gravir leurs sentes d’éclairs et je suis comme une eau qui court étreindre une herbe marchant sur son désir.

Les cieux sont tombés sur moi comme de grands oiseaux et les catafalques creusent leurs pleurs de cire.

Et pourtant une main illumine, là-haut, le ciel et sur sa peau fine coule un sourire qui désarme le bras glacé du désespoir.

(Lucien Becker)

Illustration: Oleg Korolev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle tombe goutte à goutte ma nuit de lune et de loup (Christiane Barrillon)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017




Elle tombe goutte à goutte
ma nuit de lune et de loup,
elle tombe sur ma joue
nuit de biche et de hibou,
me déroule ses dorures,
ses prunelles, ses fourrures,
dilue plumes et pétales…
Elle s’étale,
Elle s’étire…

Une larme a brouillé l’iris de son sourire

(Christiane Barrillon)

Illustration: Cenzo Photography

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est un terrible sanglot d’anges (Haviva Pedaya)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017



 

C’est un terrible sanglot d’anges goutte à goutte toute la nuit
Nous ne savions pas que c’était cela […]
C’est dur, c’en est assez
Immense est la nostalgie
C’est un terrible sanglot qui goutte et goutte…
Nous ne savions pas que c’était cela
Être des humains

(Haviva Pedaya)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Va-et-vient lumineux (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2016



Va-et-vient lumineux
Ressac de la fatigue
Goutte à goutte le temps creuse ta pierre nue
Poitrine ravinée par l’acier des minutes
Et la main dans le dos qui pousse à l’inconnu

(Pierre Reverdy)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un doigt d’enfant (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2016



Un doigt d’enfant

Un doigt d’enfant
sur le piano ridé
quelque part dans un repli ombreux
de la demeure-aux-songes
interroge le silence
insiste creuse l’ivoire
comme si elle était seule au monde
invente au clair de la lune
alors que le soleil au-dehors
allongé sur le corps sombre et doré
des collines
les embrase
sous le cri des cigales en folie
et ce doigt de fraîcheur
puise goutte à goutte
l’eau vive
d’un puits sans fond
la musique du monde
une source seconde
sous la volupté
sous les larmes
l’eau vive de ce monde
qui n’est pas de ce monde
le ruissellement sacré

un doigt d’enfant posé
sur le corps de la terre
écoute le pouls qui bat.

(Jean Mambrino)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :