Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘gouvernail’

PÉRILLEUSE PROMENADE (Motoo Andô)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2018



feuille qui vole

 

 

PÉRILLEUSE PROMENADE
MUZUKASHII SANPO

Se rappeler une feuille
Poursuivre une feuille
Ensuite plus au fond
Pénétrer vers la voix enfermée en larmes
Tordre le gouvernail
Glisser sur la pente
Imitant les arbres qui grandissent avec ruse et raison
Aspirer à une variante plus complexe
Quand on empile des cartes qu’elles s’écroulent alors
Traverser la rivière cette rivière
Qui a l’air de n’avoir ni commencement ni fin
Sans avoir encore oublié les glaces flottantes d’il y a dix ans
Jusqu’à ce qu’elles fondent
Les réchauffer de la paume en sentir l’odeur
Captivé par l’oreille des jeunes filles
Disséminer du sable
Que des oiseaux s’en viennent pour le saisir les attendre
Attendre un témoignage
Ne pouvant admettre une misérable consolation
Verser de l’herbe verser de la voix
Ensuite encore une fois
Sans même relever la tête après avoir traversé la rivière s’en retourner

(Motoo Andô)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMANT D’UNE NUIT (The Lu)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



AMANT D’UNE NUIT

Amarré à la berge du fleuve, un petit sampan.
Près des roseaux, doux frémissement du vent.
En un dernier adieu, je t’accompagne à l’embarcadère
Pour prolonger un peu la rencontre de notre amour.

Le sampan de l’amant d’une nuit est parti et je laisse
Mon coeur suivre le gouvernail… Vers quel horizon ?
Éperdue dans le royaume de l’infinie tristesse,
Sans pleurs, car mes yeux n’ont plus de larmes.

Je ne suis qu’un être de rêve, c’est tout.
L’aurore se lève sous d’autres cieux,
Seul le pays de mon coeur est ténébreux.

Vouée à de tristes amours, et pourtant j’espère.
Je serai toujours celle qui, à l’embarcadère,
Accompagne l’amant d’une nuit.
Le sampan suit le courant.
Et moi, debout, seule avec le fleuve.

(The Lu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaque matin d’un bond (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2017



 

Chaque matin d’un bond
Le soleil prend pied dans mon visage.
Je m’empare de cette brûlure comme d’un gouvernail.

(Lorand Gaspar)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Celui qui n’obéit pas (Aphorismes Bretons)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2017



Illustration: Rembrandt
    
An hini na sent ket eus ar stur
Eus ar garreg a raio sur.

Celui qui n’obéit pas au gouvernail
Obéira certainement au rocher.

(Aphorismes Bretons)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La Belle étoile (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017



 

La Belle étoile

Pour une fois encore
Je me suis laissé dériver
Dans le lacis des rues sombres
La barque a de nouveau quitté le port
Et j’ai oublié rames et boussole

Mystérieuses
Femmes ou statues
Façades de pierres ou visages de plâtre
Vous me prenez mes nuits
Vous mêlez malgré moi votre sang et le mien

Rien qui me hèle rien
Dans la solitude où j’erre
Aucune porte qui s’ouvre
Et cet envol de mouchoirs ne peut me retenir
Le courant est trop fort et le gouvernail est brisé

Laissez résignez-vous
Ne tendez pas la main au naufragé
Je vais rouler comme un caillou jusqu’à la mer
Et ne vous désolez pas sur son sort
Il a son éternité de mémoire d’innocence et d’oubli

Dans l’austérité amère de la nuit
Les étoiles s’éteignent à force de regards
C’est entre deux flots que se termine le voyage
Les phares clignent des yeux sur la côte
Je m’illumine soudain comme une algue de phosphore

(Paul Louis Rossi)

Illustration: Mikhail Larionov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cap sur la liberté (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016




Cap sur la liberté

Avant la levée du jour
Quand la mer est encore blanche tu partiras.
Au creux des paumes la volupté d’étreindre les rames,
En toi le bonheur de réaliser quelque chose,
Tu iras.
Dans les remous des filets de pêche tu iras.
Surgissant sur ta route des poissons t’accueilleront,
La joie te prendra.
Tirant les filets,
La mer viendra dans tes mains écaille par écaille ;
À l’heure où se taisent les âmes des mouettes
Dans leurs rochers cimetières,
De tous les horizons brusquement
Un tumulte explosera.
Tout ce que tu voudras :
Sirènes, oiseaux, festivités, fêtes, fiestas ?
Cortèges, grains de riz, voiles de mariée, grand pavois ?
Ohéééé !
Mais qu’est-ce que tu attends ? Jette-toi à la mer.
Tu vas manquer à quelqu’un ? Peu importe.
Ne vois-tu pas la liberté de tous côtés ?
Sois voile, sois rame, sois gouvernail, sois poisson, sois eau,
Va jusqu’où tu pourras.

(Orhan Veli)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Palinure au grand coeur (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2015



Renato Guttuso palinure_guttuso

Palinure au grand coeur

Palinure au grand coeur, le pilote d’Enée,
Qui, prudent, d’un fort bras
Guidait le gouvernail, subit la destinée
Que l’on n’évite pas.

Instrument de la haine, un repos exécrable
Lui vint tromper les yeux,
Et, déjà près du port, il périt, misérable,
Dans les flots tortueux.

Et moi, lorsque le Pinde et les neuf soeurs ensemble
Ont mes voeux couronnés,
Lorsque je touche au ciel, faut-il que je ressemble
Aux plus abandonnés !

(Jean Moréas)

 Illustration: Renato Guttuso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »