Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘gravitation’

La femme des longues patiences (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 17 septembre 2019



La femme des longues patiences

Dans les sèves
Dans sa fièvre
Écartant ses voiles
Craquant ses carapaces
Glissant hors de ses peaux

La femme des longues patiences
se met
lentement
au monde

Dans ses volcans
Dans ses vergers
Cherchant cadence et gravitations
Étreignant sa chair la plus tendre
Questionnant ses fibres les plus rabotées

La femme des longues patiences
se donne
lentement
le jour.

(Andrée Chedid)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mondes innombrables ! (Camille Flammarion)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2018



    

Mondes innombrables ! Nous rêvons à eux.
Qui nous dit que leurs habitants inconnus ne songent pas à nous, eux aussi,
et que l’espace n’est pas travers par des vols de pensées
comme il l’est par les effluves de la gravitation universelle et de la lumière?

N’existe-t-il pas, entre les humanités célestes,
dont la Terre n’est qu’un modeste hameau,
une immense solidarité,
à peine pressentie par nos sens imparfaits

(Camille Flammarion)

 

Recueil: Astronomie des dames
Traduction:
Editions:

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA FEMME DES LONGUES PATIENCES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2018



 

Jeanie Tomanek seed

LA FEMME DES LONGUES PATIENCES

Dans les sèves
Dans sa fièvre
Écartant ses voiles
Craquant ses carapaces
Glissant hors de ses peaux

La femme des longues patiences
se met
lentement
au monde.

Dans ses volcans
Dans ses vergers
Cherchant cadence et gravitations
Étreignant sa chair la plus tendre
Questionnant ses fibres les plus rabotées

La femme des longues patiences
se donne
lentement
le jour.

(Andrée Chedid)

Illustration: Jeanie Tomanek

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gravitation (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018




    
Gravitation

Sous le grand âge du printemps
L’eau sourd en gouttes de regret

Des bouquets sonores exultent
Poudroyants

Mais la demeure saigne
Et sa fissure

Nous avions construit ici notre logis
Sur un escarpement de pierres heureuses.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BIG-BANG (Rénold Laurent)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



 

Bill Viola  1

BIG-BANG

mon univers mon corps
mon esprit
dans la voie lactée
diluée dans mon sang

énergie et matière
l’ultraviolette de ma vie

une lueur ultraviolette
échappée dans les périmètres
d’une étoile en agonie

une majestueuse nébuleuse
qu’un gaz active

une spirale naturelle chimique
qui pénètre dans mon corps
dans la dimension illusoire
d’une immensité de particules
en gravitation

(Rénold Laurent)

Illustration: Bill Viola

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SACRE ET MASSACRE DE L’AMOUR (Roger Gilbert-Lecomte)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2017



Illustration: Salvador Dali
    
SACRE ET MASSACRE DE L’AMOUR (IV)

Visitation blême au désert de l’amour

Aveugle prophétesse au regard de cristal
Que les oreilles de ton cœur
Entendent rugir les lions intérieurs
Du cœur

Le grand voile de brume rouge et la rumeur
Du sang brûlé par le poison des charmes

Et les prestiges du désir
Suscitant aux détours de ta gorge nocturne
La voracité des vampires

Danse immense des gravitations nuptiales
Aux palpitations des mondes et des mers
Au rythme des soleils du cœur et des sanglots
Vers le temple perdu dans l’abîme oublié
Vers la caverne médusante qu’enfanta
L’ombre panique dans la première nuit du monde
Voici l’appel la trombe et le vol des semences
L’appel au fond de tout du centre souterrain

Danseuse unissant la nuit à l’eau-mère
Végétal unissant la terre au sang du ciel

(Roger Gilbert-Lecomte)

 

Recueil: La Vie, l’Amour, la Mort, le Vide et le Vent:
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À l’usage des humbles (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2017



A l’usage des humbles, de ceux qui s’aiment,
j’écris que la terre est dure, que tout passe, hormis l’amour.
J’écris ce que je sais et ce que nous savons,
mais que nous avons à mieux connaître pour vivre,
Que la fougère épouse le houblon,
Que l’amour n’est jamais malheureux.

J’écris à longue haleine
parce qu’au bout du souffle il y a le rire à délivrer.
J’écris le monde qui sera.

Ce n’est pas en un jour qu’il viendra,
mais après un long respect, une longue connaissance.

J’écris pour assumer le bonheur.
Et que m’importe comment si l’herbe au crépuscule a un langage stellaire.
Si je dis que tout est familier,
ceux qui s’aiment entrent sans hésiter dans le système des gravitations.

M’entendez-vous ?
La mer est à ma porte et je ne la retiens que par un tout petit peu d’imagination.

M’entendez-vous lorsque j’accorde audience aux grands thèmes de passage.
Je me bats avec les éclats de rire, les armes de la jeunesse,
avec la centaurée sauvage, la bourrache et le lotier.

J’appelle au nom de la santé des prés,
de la houle des sainfoins, de la sueur des hommes.
J’appelle au nom des cheveux de l’aimée,
d’une main prise sur l’épaule, d’un avenir commencé à deux.
Avec les armes du plaisir, avec les larmes du désir.

J’écris le bonheur sur la table.

(Jean Malrieu)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La feuille (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2017



La feuille sent-elle
Ce qu’elle doit à l’arbre?

L’arbre à la terre?
La terre à la gravitation?

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Le bleu de la pluie nocturne (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2016



Le bleu de la pluie nocturne

Le bleu de la pluie nocturne
imprègne l’aube
la fraîche lumière des feuilles
les montagnes parfumées
l’herbe et la prairie
couleur du ciel
et les ailes des hirondelles
plus gaies que la brise

rien n’est le même
on dirait qu’une pensée
a transformé le visage
de la Terre
effaçant les rides les blessures
sur le roc ou l’écorce et même
le souvenir de cette gravitation
vers la mort

et pourtant ce qu’on aime
c’est la même pensée
dans le regard des choses
un regard une pensée
qui demeurent
une obscure une amoureuse
constance

car déjà l’aube se fane
l’eau du matin se perd
dans la poussière du jour
les heures se consument

ce qui demeure ne s’exprime
derrière les chants d’oiseaux
que par le reflet
d’une autre
innocence.

(Jean Mambrino)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Maintenant qu’il y a un grand vide (Dominique Sampiero)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2016



 

Maintenant qu’il y a un grand vide,
tu peux attendre, et cette attente est sans lieu, sans maître.

Un autre chemin est pressenti.
Le corps se place à recevoir l’immobile,
à le plier dans la carène,
sans autre voyage que cette spirale, ce tournoiement.

C’est un jour, une rive. C’est mieux que le désir.
Il n’y a rien à dire que les mots de la table,
le feu de l’horloge arrêtée,
l’empreinte de tes mains sur la nappe précieuse,
et cette gravitation des paroles, plus vivante que toi.

(Dominique Sampiero)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :