Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘grésillement’

Il est des nuits(Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2018



    

Il est des nuits où l’on ne saurait dormir sans les bruits du jour.
Turnhout. Jour de l’An.

Carillons, vos silences
me tiennent éveillé
J’entends les souris
grignoter le parquet
les termites
qui digèrent les poutres
le grésillement des vers
dans les meubles
les râles d’une braise
sous la cendre
les frôlements des corps
où s’usent les caresses

Nous mourons de murmures
vivons de carillons

(Robert Mallet)

 

Recueil: Presqu’îles presqu’amours
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNE NUIT D’ÉTÉ À LA RECHERCHE DE LA FRAÎCHEUR (Yang Wanli)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



UNE NUIT D’ÉTÉ À LA RECHERCHE DE LA FRAÎCHEUR

Dans cette nuit la chaleur est aussi accablante que celle de midi
J’ouvre la porte et viens au clair de lune
Du fond des bambous profonds et des arbres touffus
me parviennent les grésillements des insectes
Par moments je sens une légère fraîcheur qui n’est pourtant pas le vent

(Yang Wanli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE GRILLON (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2015



LE GRILLON

Dans le silence de la nuit chantait, hier soir,
Chantait je ne sais où le grillon du foyer.
Ce petit chant élargissait encor le noir.
La flamme triste de ma bougie s’allongeait.

Allons ! Il a fallu se recoucher, la mort
Dans l’âme, en se disant que, pas plus qu’autrefois,
Je n’aurais de bonheur sans doute, et que la voix
De ce cri-cri n’était que moi-même, et rien d’autre.

Écoute, mon enfant, écoute le cri-cri.
Tu n’as pour te calmer que ce grésillement.
Mais comprends comme il est vaste, comme il s’étend
Sur toute Ici vallée du coeur endolori…

Tout se tait, le chagrin, l’ennui, l’homme, que sais-je ?
Seul le chant continue du grillon-boulanger.
Adresse-t-if à Dieu une plainte légère,
Et Dieu laisse-t-il seul le grillon lui parler ?

Écoute ce qu’il dit. II dit le pain obscur
Et le pot ébréché dans les cendres amères.
Il dit le chien qui dort. Il dit la ménagère.
Il dit je ne sais quoi de triste, bon et pur.

Il dit qu’il est ami, il dit que, l’autre jour,
Mon fermier a conduit sa fiancée à l’église,
Et que la métairie était pleine d’amour,
Ainsi qu’un cerisier est tout plein de cerises.

(Francis Jammes)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :