Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘grive’

Dès l’aube (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2018



Dès l’aube
la grive donne le ton :
deux doigts de limonade
une écorce de citron

Elle dit
que c’est le printemps
et l’air à peine sucré
roule dans sa gorge

tandis qu’au ciel léger
s’accordent
paume contre paume
nuages et tourterelles

(Katell Antoine)

Illustration

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MOT (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



 

Karst_and_Cedars [1280x768]

MOT

Tant de mots, tant de mots,
Mais un seul entre tous;
Dans tout l’univers
D’aussi solitaire
En vérité, il n’en est pas.

Comme la grive sur le Karst
D’une aile légère survient
Au temps d’automne,
Sur la lande au-delà des pins
Elle se fond au lieu de solitude.

L’écho des coups de feu sur la lande résonne.
Sois! Maintenant les chasseurs l’abattent.
Qu’es-tu venue chercher, pensée, sur le Karst
En ce triste temps d’automne ?
Les coups de feu là-bas s’éloignent.

(Srecko Kosovel)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aigle (Bernard Manciet)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018



dans tes épaules serres brûlantes
braises sans nombre entredévorées
en chocs d’avril ailes toutes harpes
sont ruisseaux de clarté qui t’inondent

souffles de force en circuits de rires
mer au soleil de muscle empennée
palpites aigle en envols de grives
tempête d’aile : un mai de pollen

(Bernard Manciet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

BALLADE DE LA CAMPAGNE-EXIL (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



Illustration: Muriel Henry
    
BALLADE DE LA CAMPAGNE-EXIL

Les paysans m’appellent par mon nom sur les routes,
comme ils reconnaissent une alouette d’une grive
mais ils connaissent mieux les noms des gibiers que le
mien car mon nom est Douleur.

Si ce que j’aime s’appesantit sur ma blessure, Il la gêne,
s’il ne s’appesantit que sur l’été, c’est la plaine qui souffre.

Qui nourrira mon amour et l’été si ce n’est cette douleur,
puisque mon amour et l’été ne peuvent plus se nourrir de joie.

Le cygne s’en va dans le sens des branches
et les muses nues me prennent les bras ;
le cheval ailé comprend ma souffrance
et les fleurs des prés s’écartent de moi.

(Max Jacob)

 

Recueil: Derniers poèmes en vers et en prose
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHOSES ILLICITES (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018



CHOSES ILLICITES

L’EAU continue de couler—
La grive de chanter

pourtant
au bord du ciel

au fin fond
du lointain

se mêlent…
… les échos du canon !

Dont le silence rappelle
de vallée

en vallée à la paix
de même que les poèmes conservent

le langage
d’anciennes extases.

les éclairs et les bruits de la guerre ;
demeures dont les chambres
sont les plus froides que l’on puisse imaginer,

ils sont partis tous ceux que nous aimions,
les lits restent vides, les divans
moites, les chaises inutiles —

Allez cacher tout cela quelque part
hors de l’esprit, que cela s’enracine
et pousse, à l’écart

des oreilles et des yeux jaloux — pour soi-même.
Dans cette mine, ils viennent tous creuser.
Est-ce la souche de la plus douce

musique ? La source de la poésie qui
voyant la pendule arrêtée, dit
La pendule s’est arrêtée

qui hier encore marchait si bien ?
et elle entend le clapotis de l’eau du lac
— qui maintenant est devenue de pierre.

***

ILLEGITIMATE THINGS

WATER still flows —
The thrush still stings

though in
the skirts of the sky

at the bottom of
the distance

huddle…
…echoing cannon !

Whose silence revives
valley after

valley to peace
as poems still conserve

the language
of old ecstasies.

the flashes and booms of war ;
houses of whose rooms
the cold is greater than can be thought,

the people gone that we loved,
the beds lying empty, the couches
damp, the chairs unused —

Hide it away somewhere
out of the mind, let it get roots
and grow, unrelated to jealous

ears and eyes — for itself.
In this mine they come to dig — all.
Is this the counterfoil to sweetest

music ? The source of poetry that
seeing the clock stopped, says,
The clock has stopped

that ticked yersterday so well ?
and hears the sound of lakewater
splashing — that is now stone.

(William Carlos Williams)
Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fillettes (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Fillettes

En longue file, viennent et vont
Les diablotins, mes petites saintes;
Et c’est du chaud pain frais que leur front –
Yeux de charbon, braises de charbon
Encor non éteintes.

En longue file, viennent et vont,
Et leurs amours aux fleurs sont pareilles;
Comme muguets aiment les garçons –
Vont aux garçons comme grives vont
Aux raisins des treilles.

En longue file, viennent et vont,
Même pleurantes, ne font que rire;
Lointaines sont, et lointaines vont –
Ainsi l’on voit, par les soirs trop bons,
Les étoiles luire.

(Attila Jozsef)


Illustration: Jean-Honoré Fragonnard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette étroite cachette (Tshanyang Gyatsho)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



Cette étroite cachette sous un taillis de saules
où nous sommes dit trois mots doux,
personne, sinon la grive musicienne,
ne la saura jamais !

(Tshanyang Gyatsho)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

DANS LE PARC (Georg Trakl)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2018



 

DANS LE PARC

Allant à nouveau dans le vieux parc,
O calme des fleurs jaunes et rouges.
Vous aussi êtes en deuil, vous, dieux de douceur,
Et l’or automnal de l’orme.
Immobiles, près de l’étang bleuté pointent les roseaux.
Le soir la grive se tait.
Oh ! Baisse alors le front, toi aussi,
Devant le marbre déchu des aïeux.

***

IM PARK

Wieder wandelnd im alten Park,
O ! Stille gelb und roter Blumen.
Ihr auch trauert, ihr sanften Götter,
Und das herbstliche Gold der Ulme.
Reglos ragt am bläulichen Weiher
Das Rohr, verstummt am Abend die Drossel.
O ! dann neige auch du die Stirne
Vor der Ahnen verfallenem Marmor.

(Georg Trakl)

Illustration: Henri Martin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voix charmante d’une grive a quelque chose à me confier (Tshanyang Gyatsho)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2018



Toi, le perroquet bavard, tais-toi,
veux-tu ? Dans le jardin des saules
la voix charmante d’une grive
a quelque chose à me confier.

(Tshanyang Gyatsho)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous nous aimons très tendrement (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018




    
nous nous aimons très tendrement
,plus qu’une averse
a besoin d’arcs-en-ciel ou que font d’éventuelles
fleurs de mai les flocons:

tout à fait yeux de l’air
non que les premières grives du crépuscule s’éveillent
plus en secret que nos (même si se disloquaient
quelques-uns des mondes)êtres

Nul faire ne défera
(ni la folie ni la mort ni les deux qu’est
la guerre) ton moi ou ne simplifiera mon toi,chérie

douce et créative cette complexité
jamais connue est née avant qu’une lune éclose
avant que Dieu Se soit désiré dans la rose

et même(
nous aventurant jusque du côté
du plus immémorial des quand
)avant

chaque battement de coeur que je vis t’embrassant

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Une fois un
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :