Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Guernica’

CHANSON DE GUERNICA (Henri Cornélus)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2018



CHANSON DE GUERNICA

Nous n’irons pas à Guernica :
Ses lauriers sont coupés.

Nous n’irons pas à Guernica :
Son arbre est massacré.

Nous n’irons pas à Guernica :
Ses enfants sont tués.

Nous n’irons pas à Guernica :
Le mensonge y est né.

Pourtant, tous les chemins d’Espagne
s’en vont à Guernica.

(Henri Cornélus)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cri sur Guernica (Gemma Tremblay)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2017



Cri sur Guernica

La poésie ne m’habite plus
longue plage refroidie et déserte
daltonienne de couleurs cleptomane d’images
où se cache le visage de la parole
j’écoute les mots jouer dans la braise
le remuement des mots sur la table
et tout devient temps gris et bruine
pénurie d’étoiles patrie inculte
la terre n’a plus de nom la terre n’a plus de cri
la terre se recouvre
du bronze des silences

(Gemma Tremblay)

Illustration: Bruno Di Maio

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Picasso Guernica (José Ángel Valente)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2016




Picasso-Guernica-Picasso : 1973

Pas le soleil, mais la soudaine lampe pâle illuminant
l’artificielle matière de la mort.

L’espace infini d’une seule agonie,
les formes brusques et brisées
en mille morceaux de vie violente
à la surface livide du gris.

Pas le soleil, mais la pâle
lampe électrique du froid
horreur qui fit naître
le gris coagulé de Guernica.

Nul ne peut jeter sur un tel rêve
le manteau de la nuit,
taire un tel cri,
éteindre une telle lampe
éclairant
l’explosion de l’interminable mort,
la chambre intérieure où ne peut
reposer ni mourir dans le gris de Guernica
la mémoire.

***

Picasso-Guernica-Picasso : 1973

No el sol, sino la súbita bombilla pálida ilumina
la artificial materia de la muerte.

El espacio infinito de una sola agonía,
las repentinas formas rotas
en mil pedazos de vida violenta
sobre la superficie lívida del gris.
No el sol, sino la pálida
bombilla eléctrica del frío
horror que hizo nacer
el gris coagulado de Guernica.

Nadie puede tender sobre tal sueño
el manto de la noche,
callar tal grito,
tal lámpara extinguir
que alumbra
la explosión de la muerte interminable,
la cámara interior donde no puede
reposar ni morir en el gris de Guernica
la memoria.

(José Ángel Valente)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :