Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Hans Magnus Enzensberger)’

HÔTEL FRATERNITÉ (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



Illustration: Marcel Roux 
    
HÔTEL FRATERNITÉ

Celui qui n’a pas de quoi se payer une île
Celui qui devant le ciné attend la reine de Saba
Celui qui de colère et de chagrin déchire sa dernière chemise
Celui qui cache en douce un doublon dans sa godasse
Celui qui se contemple dans l’oeil glacé du maître chanteur
Celui qui grince des dents sur les manèges
Celui qui renverse du vin rouge sur sa paillasse
Celui qui fait flamber lettres et photographies
Celui qui sur les quais siège sous les grues
Celui qui nourrit l’écureuil
Celui qui n’a pas le sou
Celui qui se contemple
Celui qui cogne au mur
Celui qui crie
Celui qui boit
Celui qui ne fait rien

Mon ennemi
sur le balcon accroupi
sur le lit sur l’armoire
par terre partout
accroupi
les yeux braqués sur moi
mon frère.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DERNIÈRES VOLONTÉS (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



Illustration: Otto Dix
    
DERNIÈRES VOLONTÉS

Ôtez donc de mon visage ce drapeau : ça me chatouille !
Ensevelissez dedans mon chat ensevelissez-le là-bas
où se trouvait mon jardin chromatique.

Ôtez donc de ma poitrine cette couronne de fer-blanc :
ça bat la breloque !
Foutez-la sur le stock de statues en vrac
et donnez les rubans aux putains qu’elles s’en parent.

Dites des prières au téléphone mais coupez le fil,
ou bien enveloppez-les dans un mouchoir avec des miettes de pain
et jetez-les dans l’étang à ces crétins de poissons.

Que l’évêque reste chez lui et se soûle
Qu’on lui donne un barillet de rhum,
prêcher donne soif.

Et fichez-moi la paix avec vos monuments et vos huit reflets !
de ce beau marbre pavez une ruelle inhabitée
une ruelle pour oiseaux.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PARTENAIRES SOCIAUX DANS L’INDUSTRIE D’ARMEMENT (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
PARTENAIRES SOCIAUX DANS L’INDUSTRIE D’ARMEMENT

A en grincer des dents ce spectacle
de gros pourceaux sur les terrasses
et sur les golfs des palaces
remontés à coups d’engrais et de vols,
des chouchous du bon dieu.

Plus dur
à supporter, toi qui n’es personne,
foreur au ciré bon marché,
petit-bourgeois, huissier, assesseur, coursier,
plus triste ton visage jauni.

Foutu
toi qui t’abandonnes à qui te mène
par le bout du nez, dé de vent modéré,
forgeron de tes menottes,
accoucheur de ta mort,
épicier du poison
qui te sera administré.

Sans doute
ils sont nombreux à te promettre
l’abolition du meurtre.
Les meurtriers t’invitent
à partir en guerre contre lui.
Ce n’est pas le crime qui perdra
la partie, mais toi : le crime
ne fait que changer de visage.
Le sang des victimes, lui, reste noir.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CONJONCTURE (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
CONJONCTURE

Ce que vous mangez ce n’est pas
ce que vous croyez ce n’est pas
de la viande qu’on vous donne à bouffer,
c’est de l’appât, c’est bon
(peut-être les pêcheurs ont-ils
oublié leur ligne, peut-être
ont-ils fait le voeu
de jeûner désormais?)

L’hameçon n’a pas un goût de gâteau
mais le goût du sang
il va vous arracher à votre bouillon tiède :
Comme l’air est froid au bord de la Bérézina!
Et vous allez dévaler
sur un sable étranger
sur des glaces étrangères :
Groenland Nevada,
vos membres vont agripper
la peau du désert de Nubie.

Soyez sans crainte ! Les pêcheurs distingués
ont bonne mémoire et vieille expérience.
Ils ont pour vous l’affection
du charcutier pour son cochon.
Les voici sagement assis au bord du Rhin,
du Potomac, de la Bérézina,
au bord de tous les fleuves du monde.
Ils vous font paître. Ils attendent.

Et vous, vous déchirant la gorge à belles dents,
dans votre crainte de crever de faim,
vous vous battez pour le mortel appât.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les libellules (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



    
Si les libellules peuvent
se passer de nous
nous n’en savons rien.
Mais c’est probable.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

CARCERI D’INVENZIONE (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



 

Illustration:  Giovanni Battista Piranesi
    
CARCERI D’INVENZIONE *

Ces voûtes sombres claires sombres

éclairs sans ciel
rayons sans astre
ni nocturnes ni diurnes

ces voûtes
rationnelles et énigmatiques

ces fosses et ces trous
sont nos abris
ces crevasses ces galeries
sont nos antres
ces ponts et ces poutres
nos routes vers l’erreur

devant cet attirail
qui nous dépasse
nous paraissons
chétifs et sans voix

rêveurs debout
prisonniers
invaincus

Ces grouillantes
oubliettes
où l’abandon règne

ces voûtes de rêve
à l’infini sombres
à l’infini claires
infinies

impénétrables
sont
nos rêveuses têtes

* Prisons imaginaires : suite de dix-huit eaux-fortes de Piranèse.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AU GRÉ DU VENT (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
AU GRÉ DU VENT

Pas mal de mots
légers
comme graines de peuplier

s’élèvent
par le vent soulevés
et retombent

difficiles à saisir
ils portent loin
comme graines de peuplier

plus tard peut-être
pas mal de mots
rendront meuble la terre

peut-être projetteront-ils une ombre
Une ombre maigre
et peut-être pas

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TABLEAU D’OMBRES (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



 


    
TABLEAU D’OMBRES

Je peins la neige
je m’acharne
à peindre à plomb
avec un gros pinceau
sur cette page blanche
la neige

je peins la terre
je peins l’ombre
de la terre la nuit
je ne dors pas
je peins
toute la nuit

la neige tombe à plomb
et s’acharne
sur ce que je peins
une grande ombre
tombe
sur mon tableau d’ombres

sur cette ombre
je m’acharne à peindre
avec le gros pinceau
de la nuit
mon ombre minuscule.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ROYAUME DES OMBRES (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
ROYAUME DES OMBRES

I
il y a une place ici je la vois
une place libre
ici à l’ombre

II
cette ombre
n’est pas à vendre

III
peut-être la mer aussi
projette-t-elle une ombre
peut-être aussi le temps

IV
les guerres des ombres
sont jeux
aucune ombre à une autre
ne fait de l’ombre

V
ombre
est dur à tuer

VI
pour un court instant
je me risque hors de mon ombre
pour un court instant

VII
qui veut voir le jour
tel qu’il est
doit s’enfoncer
dans l’ombre

VIII
ombre
plus claire que le soleil
fraîche ombre de la liberté

IX
mon ombre à moi disparaît
complètement dans l’ombre

X
à l’ombre
il y a toujours une place libre.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OMBRAGE (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
OMBRAGE

Les ombres piétinent
mon ombre
les combats d’autrefois
sont des combats pour rire
les femmes d’autrefois
des ombres-femmes
le ciel un ciel sombre
d’autrefois
ombres sont mes années

jadis toute proche
caresse ou menace
aujourd’hui telle une ombre
derrière moi
cris et murmures d’autrefois
le vent les ombre
et derrière moi les visages
couleur d’ombre

ombres sont mes nuits
couleur de morelle noire
ombres sont mes oeuvres
et moi aussi je suis une ombre
projeté vers l’avenir
par d’autres ombres
vers d’autres nuits
d’autres visages
de nouvelles oeuvres

ombres sont mes oeuvres

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :