Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘harnais’

DÉMON (Volker Braun)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2020




    
DÉMON

Me domine un être singulier
Qui me réjouit et me gourmande
Impossible de m’en délivrer
Depuis l’enfance il me commande.
Ma liberté, mon étroitesse
Sous le pesant harnais s’agitent
Et j’accomplis donc ma détresse
En subissant ma réussite.

(Volker Braun)

 

Recueil: Poèmes choisis
Traduction: Jean-Paul Barbe et Alain Lance
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉLÉGIE (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2020



Illustration
    
ÉLÉGIE

Dans une bête coupure
Que je m’étais faite au pouce
Mon cœur battait lourdement.
La pluie violente noyait
L’herbe trop longue et malade
Que mes pas enfouissaient.
J’allais, soldat grelottant,
Plutôt gibier que chasseur,
À travers une oseraie
Où je me tordais les pieds.
Mais, laissant mon corps à la peine.
Oubliant mon triste harnais,
Je m’étais enfoncé bien loin
Dans le plus riche de mes rêves
Et je me prenais à sourire.
Je n’étais pas si malheureux
Que ce soir où, devant ma table,
Je me complais à retrouver
L’eau qui débordait mes souliers,
L’osier qui cinglait mon visage
Et ces battements dans mon pouce.

(Charles Vildrac)

https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/charles-vildrac-soldat-poete-le-chant-du-desespere-24

Recueil: Chants du désespéré (1914-1920) –
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde qui nous entoure (Maurice Blanchard)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017



le monde qui nous entoure

Je suis absent. Je vois le vide éblouissant du soleil
qui s’approche. Pourquoi faut-il que la grandeur s’en
mêle?
J’ai entendu naguère un chant inoubliable que je
n’entendrai jamais plus. Et c’était un chant de la
Mort. La bouche a disparu du visage de la récitante,
puis ses paupières sont devenues noires, de ce noir
intense qui repose au fond des mines d’or. Ceux qui
vivent portent désormais le harnais durci des chevaux
de labour.
Les objets illuminent mes nuits. Un toit de chaume
ruisselle de flammes vertes, les étables sont des palais
qui dansent sur les eaux et ceux qui vivent ont regagné
leur ombre, sous la terre.

(Maurice Blanchard)


Illustration: Gustave Moreau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :