Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘hausser’

Une rumeur à peine audible (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
une rumeur
à peine audible
mêlée à une poussée
un appel

elle hausse le ton
se précise

des mots étouffés
vite perdus

je me sonde
les cherche
tâtonne
au sein du silence
qui les a repris

ce qui voudrait
éclore
ne cesse de coaguler
se défaire
se recomposer

ne cesse de s’absenter
et de réapparaître

des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

 

Recueil: une joie secrète
Traduction:
Editions: Voix d’encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une rumeur à peine audible (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018




    
Une rumeur
à peine audible
mêlée à une poussée
un appel

elle hausse le ton
se précise

des mots étouffés
vite perdus

je me sonde
les cherche
tâtonne
au sein du silence
qui les a repris

ce qui voudrait
éclore
ne cesse de coaguler
se défaire
se recomposer

ne cesse de s’absenter
et de réapparaître

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le pêcheur (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2017




    

Le pêcheur s’abîme, il tient
au centre de sa réflexion
son âme comme son hameçon
Hébété il sourit
et le bouchon qui tangue à la surface de l’eau
hausse les petites épaules de l’indifférence de l’eau

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai haussé la douleur (Francis Giauque)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2016



j’ai haussé la douleur
sur les plus hauts plateaux
de la solitude
dans le vent glacial qui s’effarouche
aux arêtes brisées
de tant de corps
où l’os a remplacé
toute chair vivante
j’ai haussé la douleur
sur les casernes
en béton armé
pour l’y laisser fleurir
sans une once de terre
sans une parcelle d’amour
j’ai haussé la douleur
sur les icebergs
qui dérivent
vers d’innombrables abîmes

(Francis Giauque)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La chenille devant moi (Jean-Hughes Malineau)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2016



 

La chenille devant moi
Hausse ses dix épaules
Je cède le passage

(Jean-Hughes Malineau)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

La salamandre (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2015



La salamandre

« Le crains-tu, le feu, le crains-tu
le feu, le feu, salamandre ?
habillée de feuille et de cendre
le crains-tu, dis-nous, le crains-tu ? »

«On t’a vue, c’est sûr, on t’a vue
dans le feu, on t’a vue descendre
peut-être n’est-ce qu’une légende
on t’a vue dans le feu, on t’a vue ! »

La salamandre hausse les sourcils
elle met ses lunettes noires
et sa combinaison d’amiante

elle se couche sans soucis
sur son lit de braises du soir
pendant que la bouilloire chante.

(Jacques Roubaud)

Illustration

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :