Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Henri Michaux)’

COMME PIERRE DANS LE PUITS (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2020



 

Pierre Mornet

COMME PIERRE DANS LE PUITS

Je cherche un être à envahir
Montagne de fluide, paquet divin,
Où es-tu mon autre pôle ? Etrennes toujours remises,
Où es-tu marée montante ?
Refouler en toi le bain brisant de mon intolérable tension!
Te pirater.

Présence de soi : outil fou.
On pèse sur soi
On pèse sur sa solitude
On pèse sur les alentours
On pèse sur le vide
On drague
Monde couturé d’absences
Millions de maillons de tabous
Passé de cancer
Barrages de génufléchisseurs et des embretellés.
Oh! Heureux médiocres
Tétez le vieux et la couenne des siècles et la civilisation des désirs à bon marché
Allez, c’est pour vous tout ça.
La rage n’a pas fait le monde, mais la rage y doit vivre.
Camarades du « Non » et du crachat mal rentré,
Camarades… mais il n’y a pas de camarades du « Non »,
Comme pierre dans le puits mon salut à vous!
Et d’ailleurs, Zut!

(Henri Michaux)

Illustration: Pierre Mornet 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Même la tortue (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



Même la tortue se croit sans doute parfois composée uniquement d’étincelles…
Qui dit qu’elle a tort?

(Henri Michaux)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

LE GRAND COMBAT (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2018



 

LE GRAND COMBAT

Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu’à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l’écorcobalisse.
L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C’en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s’emmargine… mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;
On s’étonne, on s’étonne, on s’étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.

(Henri Michaux)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Bosch Hieronymus

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je cherche un être à envahir (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2018



 

Adrian Borda my_shadow_is_my_only_friend_by_borda [1280x768]

Je cherche un être à envahir,
Montagne de fluide, paquet divin,
Où es-tu mon autre pôle ?

(Henri Michaux)

Illustration: Adrian Borda

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Savoir aromatiser (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018




    
Savoir aromatiser
ses pertes.

(Henri Michaux)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le mystique (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2018



Illustration: Le Bernin
    
Le mystique en transe n’écrit pas.
Ravi on n’écrit pas.
Si on écrit après,
c’est tout sauf ça.

(Henri Michaux)

 

Recueil: Absence
Traduction:
Editions: Cahier de l’Herne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Sans têtes qui tournent (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Sans têtes qui tournent,
pas de carrousel.

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Je voudrais pouvoir dessiner les effluves (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2018



 

Je voudrais pouvoir dessiner les effluves
qui circulent entre les personnes

(Henri Michaux)

Découvert chez Lara ici

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Dans le melon (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2017



Dans le melon
un coeur battait.

(Henri Michaux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Pensées (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2017



Penser, vivre, mer peu distincte;
Moi – ça – tremble,
Infini incessamment qui tressaille.
Ombres de mondes infimes: ombres d’ombres,
cendres d’ailes.
Pensées à la nage merveilleuse,
qui glissez en nous, entre nous, loin de nous,
loin de nous éclairer, loin de rien pénétrer;
étrangères en nos maisons,
toujours à colporter,
poussières pour nous distraire
et nous éparpiller la vie.

(Henri Michaux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :