Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Henry Bauchau)’

LE CANCER (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2020




LE CANCER

Le coeur en maison du feu sombre
O désir labourant des cieux
Entends-tu le germe dans l’ombre
Prononcer le Nom silencieux?

*

Enceinte d’un pas de danse
Amour est ma chambre forte
Où ma musique n’est pas morte
Sous l’étreinte du silence.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Nom silencieux (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2020



Le coeur en maison du feu sombre
O désir labourant des cieux
Entends-tu le germe dans l’ombre
Prononcer le Nom silencieux.

Enceinte d’un pas de danse
Amour est ma chambre forte
Où musique n’est pas morte
Sous l’étreinte du silence.

(Henry Bauchau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PENSÉES (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2020




LES PENSÉES

Je n’aurai rien compris que les pensées réelles
qu’on plantait au printemps sous le mur des remises
la beauté de couleur profonde, les pensées
qui regardaient le temps de la terre sans feuilles
et voyaient d’un regard obstiné l’essentiel
nues, minimes, sans rien, sans rien d’autre que l’oeil.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Centre (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2020




Ne pas
ne pas croire
qu’on est au centre

Ne pas
ne pas croire
qu’on n’y est pas

(Henry Bauchau)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La Nef (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2020


d5075599l

Voûtes, puissances des genoux
Que l’amour pense avec bonheur
Lorsque vous existez debout
Et dans la retenue du coeur

(Henry Bauchau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le jardin du père (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2019



Dans le jardin du père
sur le bord de la Meuse
il y avait
des jours de fête
il y avait
un cerisier
qui était tout
couvert d’amour.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Souvent j’ai vu que tu n’étais qu’un leurre (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019



Souvent j’ai vu que tu n’étais qu’un leurre
J’ai cru parfois que tu n’étais qu’un bien
Tu es mon arbre en toi je me soutiens.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Je l’avais oublié (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019



Je l’avais oublié
bientôt
des milliers de feuilles
vont naître
des milliers, des millions de fois ton image
dans le ciel saturé
de la ville.

(Henry Bauchau)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce noir ardent (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2018



 

Illustration: Christian Schloe 
    
Ce noir ardent, qui me nie,
ne cesse de grandir
et de me consumer.

(Henry Bauchau)

 

Recueil: L’Ardeur ABC poétique du vivre plus
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Sa politesse exquise (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2018



Sa réserve sa mesure
sa politesse exquise
dans l’acte de louange

(Henry Bauchau)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :