Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘herbe’

Chute de météore (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2017




    
Chute de météore
Au-dedans de soi,
À corps perdu,
à corps fendu.

Craquement, fracture,
Creusant le vide,
Jusqu’à la venue
du haut silence…

Lointainement alors,
Par-delà l’oubli,
Se fait entendre,
du sol ouvert,

Le gémissement
d’une tendre herbe.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce quelque chose (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2017



Illustration: Razvan Ciocanel
    
Ce quelque chose — ou quelqu’un —
Venu de loin
Qui nous effleure avec douceur,
Dans la velléité de l’aube,
Pour nous annoncer que toujours
Le monde recommence.

Il nous entoure d’une tunique d’herbe
Et de rosée,
Puis s’en va à pas d’écureuil,
Nous laissant inter-dits,
Dans le jour iné-dit
Qui déjà commence.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À un jardin (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2017




    
À un jardin

Oui nécessaire clôture
Pour que le lieu devienne lien
Et le temps attente.

Que le sentier mène à l’amante,
Que tout désir aille à son terme,
Que chaque fleur porte visage et nom,
Que chaque fruit préserve faim et soif,
Que vent et pluie soir et aube
Renouvellent leurs offrandes sur l’herbe,
Que l’infini, lui, fasse halte
Sur la cime des pins.

Oui nécessaire clôture
Pour que le lieu soit appel,
Et l’instant répons sans fin.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une boucle de soie (Stefan George)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



La prairie éveillée attirait par ses charmes
Foulant les violettes elle venait à la grille
parée pour le fiancé comme chaque année
Elle pensait à lui jusqu’après les vendanges.

Seule une alouette en chantant dans le bois
Remarquait sa rougeur et aussi son effroi
Et le cortège long des jours d’été la vit
Songeuse en se fanant derrière ses ifs.

De ses sveltes beautés seule peut témoigner
Auprès de ses colliers une boucle de soie
Qu’une amie fidèle garda dans un tiroir…
Et aussi l’herbe simple avec un bloc marbré.

(Stefan George)


Illustration: Claude Monet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soleil t’ouvre sa main superbe (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2017



Le soleil t’ouvre sa main superbe
Et l’ennui du jour
Prend une chaleur charnelle.
L’arbre a rompu les liens de l’air.
La terre tout entière y prend part.
Disséminée est la lumière
Pour croître sur les pierres.
La bête savoure l’herbe rare.

(Leonardo Sinisgalli)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le soleil t’ouvre sa main superbe (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2017



 

Le soleil t’ouvre sa main superbe
Et l’ennui du jour
Prend une chaleur charnelle.
L’arbre a rompu les liens de l’air.
La terre tout entière y prend part.
Disséminée est la lumière
Pour croître sur les pierres.
La bête savoure l’herbe rare.

***

Il sole ti apre la mano superba
E la noia del giorno
Prende un cabre carnale.
L’albero ha rotto i legami dell’aria.
La terra ne è tutta partecipe.
Disseminata è la luce
Per crescere sulle pietre.
La bestia assapora la rara erba.

(Leonardo Sinisgalli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sommeil de Leïlah (Charles-Marie Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2017



Le sommeil de Leïlah

Ni bruits d’aile, ni sons d’eau vive, ni murmures ;
La cendre du soleil nage sur l’herbe en fleur,
Et de son bec furtif le bengali siffleur
Boit, comme un sang doré, le jus des mangues mûres.

Dans le verger royal où rougissent les mûres,
Sous le ciel clair qui brûle et n’a plus de couleur,
Leïlah, languissante et rose de chaleur,
Clôt ses yeux aux longs cils à l’ombre des ramures.

Son front ceint de rubis presse son bras charmant ;
L’ambre de son pied nu colore doucement
Le treillis emperlé de l’étroite babouche.

Elle rit et sommeille et songe au bien-aimé,
Telle qu’un fruit de pourpre, ardent et parfumé,
Qui rafraîchit le coeur en altérant la bouche.

(Charles-Marie Leconte de Lisle)

Illustration: Fabio Cipolla

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LA ROSE DU MONDE (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017



 

LA ROSE DU MONDE

Qui rêva que la beauté passe comme un rêve ?
Pour ces lèvres de feu, dont tout l’orgueil
Est de porter le deuil de la merveille,
Troie a passé, flamme au foin, funéraire,
Et les enfants d’Usna ont succombé.

Nous aussi, et le monde qui peine, nous passons :
Mais là, parmi les âmes qui tournoient
Avant de s’effacer comme les eaux promptes
De l’hiver incolore, là, parmi
Les étoiles qui passent, cette autre écume,
Un visage survit, une solitude.

Inclinez-vous, Archanges, dans vos pénombres !
Avant vous, avant même que coeur ne batte,
Lasse et bonne une femme s’attardait
Près du trône de Dieu ; et Lui,
Il fit de l’univers un grand chemin d’herbe
Pour ses pas vagabonds.

***

THE ROSE OF THE WORLD

Who dreamed that beauty passes like a dream ?
For these red lips, with all their mournful pride,
Mournful that no new wonder may betide,
Troy passed away in one high funeral gleam,
And Usna’s children died.

We and the labouring world are passing by :
Amid men’s souls, that waver and give p lace
Like the pale waters in their wintry race,
Under the passing stars, foam of the sky,
Lives on this lonely face.

Bow down, archangels, in your dim abode :
Before you were, or any hearts to beat,
Weary and kind one lingered by His seat;
He made the world to be a grassy road
Before her wandering feet.

(William Butler Yeats)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ET AUTRE CHOSE ITOU (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017



Illustration: François Boucher
    
ET AUTRE CHOSE ITOU

Colin et Colinette
Au fond d’un jardinet.
Assis dessus l’herbette
Se faisaient un bouquet…

Et autre chose itou,
Que je n’ose vous dire.
Et autre chose itou…
Je n’ose dire tout !

Il la prend, il la baise,
L’étend sur le gazon,
Et là tout à son aise
Lui saisit le menton…

Et autre chose itou.
Que je n’ose vous dire,
Et autre chose itou…
Je n’ose dire tout !

La bergère troublée,
Lui die d’un air malin :
« Ah ! Que je suis aimée !
Retire donc ta main…

Et autre chose itou.
Que je n’ose vous dire.
Et autre chose itou…
Je n’ose dire tout ! »

Mais le berger peu sage,
Ecoutant son ardeur.
Lui fit voir qu’à son âge
On a toujours du cœur…

Et autre chose itou,
Que je n’ose vous dire,
Et autre chose itou…
Je n’ose dire tout !

Après mainte fleurette,
Notre couple badin
S’endormit sur l’herbette
En se tenant la main…

Et autre chose itou.
Que je nose vous dire,
Et autre chose itou…
Je n’ose dire tout !

(Anonyme)

 

Recueil: Poètes du Baiser
Editions: Société des Éditions LOUIS-MICHAUD

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En moi (le ver) certainement n’est pas droiture (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



Les murs ne tombent pas
[6]

En moi (le ver) certainement
n’est pas droiture, mais cette —

persistance ; j’échappai au piège de l’araignée,
griffe d’oiseau, bec de charognard,

me cramponnai au brin d’herbe,
au dos d’une feuille

quand la tempête
l’arracha de sa tige ;

j’échappai, j’explorai
la forêt de rose-ronces,

précipitée par la pluie
dans la vallée d’une feuille ;

puis déposée dans l’herbe
où mât après mât incrusté

portait des enchevêtrements distincts
de matière gemmée

de la brume
à chaque hampe de bannière :

peu intimidée par la multiplicité
de la beauté glorifiée,

que ton grand oeil terne
de gorgone ne peut ni fixer

ni saisir, je profite
de chaque calamité ;

me fraye une sortie en mangeant ;
gorgée de feuille de vigne et de murier,

parasite, je trouve nourriture :
quand tu cries de dégoût,

un ver sur la feuille,
un ver dans la poussière,

un ver sur un épi de blé,
je reste impénitente,

car je sais que le Seigneur Dieu
s’apprête à se manifester, quand moi,

le ver industrieux,
je tisse mon propre linceul.

[7]

Dieux, déesses
portent la coiffe ailée

de cornes, telles les antennes
du papillon,

ou la crête érigée du cobra
pour montrer comment évolue le ver.

***

In me (the worm) clearly
is no righteousness, but this—

persistence; I escaped spider-snar
bird-claw, scavenger bird-beak,

clung to grass-blade,
the back of a leaf

when storm-wind
tore it from its stem;

I escaped, I explored
rose-thorn forest,

was rain-swept
down the valley of a leaf;

was deposited on grass,
where mast by jewelled mast

bore separate ravellings
of encrusted gem-stuff

of the mist
from each banner-staff:

unintimidated by multiplicity
of magnified beauty,

such as your gorgon-great
dull eye can not focus

nor compass, I profit
by every calamity;

I eat my way out of it;
gorged on vine-leaf and mulberry,

parasite, I find nourishment:
when you cry in disgust,

a worm on the leaf,
a worm in the dust,

a worm on the ear-of-wheat,
I am yet unrepentant,

for I know how the Lord God
is about to manifest, when I,

the industrious worm,
spin my own shroud.

Gods, goddesses
wear the winged head-dress

of horns, as the butterfly
antennae,

or the erect king-cobra crest
to show how the worm turns.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :