Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Herman Melville)’

Asters des champs (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018



Comme les étoiles sur les prairies bleues,
Les asters, leurs homonymes, percent,
Fleurs sauvages, chaque automne –
Chacun les voit, peu sont surpris.

On les voit, mais on ne comprend
Ni leur gaieté ni ce qu’ils signifient
Lorsque les yeux si incrusteurs
Nous scrutent, nous, contemplateurs d’étoiles.

(Herman Melville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous ces étoiles (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



Sous ces étoiles, il existe un univers de monstres
qui vont et viennent en silence.

(Herman Melville)


Illustration: Johann Heinrich Füssli

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’art (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



Illustration: Eugène Delacroix
    
L’art

En des moments sereins, heureux, nous rêvons
A nombre de beaux projets inincarnés.
Mais pour donner forme, créer de la vie qui palpite,
Que de choses dissemblables doivent se rencontrer et s’unir
Flamme pour fondre — vent pour geler ;
Patience affligée — énergies joyeuses ;
Humilité — mais orgueil et dédain ;
Intuition et savoir — amour et haine ;
Insolence — respect. Tout cela doit s’unir
Et se fondre avec le coeur mystique de Jacob,
Pour lutter contre l’ange — l’art.

(Herman Melville)

 

Recueil: L’Oeil du Poète Herman Melville
Traduction: Christophe Marchand-Kiss et Charles Cestre
Editions: Textuel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui est cette sirène ? (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



Illustration
   
Ronds et pleins sont ses bras, lissés par la rosée,
Suave abri contre tous les maux de Mardi.
« Les bras de qui ? » demande Mohi.
Plongeant dans les profondeurs de la mer,
Elle entraîne avec elle un rayon de soleil ;
Une flamme luit dans la mer,
Comme un banc de dauphins.
« Qui est cette sirène ? » dit Mohi.
Son pas léger va sur le sable,
À peine posé, à peine entendu,
Sur la plage,
La plage au sable d’or ;
Et nul n’a jamais vu
Trace de son pied nu.

(Herman Melville)

 

Recueil: L’Oeil du Poète Herman Melville
Traduction: Christophe Marchand-Kiss et Charles Cestre
Editions: Textuel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était dans cette impénétrable retraite (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017




    
[…]

C’était dans cette impénétrable retraite
que dormait,

entouré par l’univers,
ceinturé par le zodiaque,
environné par l’horizon,
enveloppé par l’océan,
enclos dans le récif,
emprisonné dans les montagnes,
niché dans sa chambre,
ceint de l’insigne royal,
serré entre des bras,
replié sur lui-même,

l’indivisible Donjalolo,
monarque absolu de Juam

– amande au coeur de sa triple écorce,
étincelle au plus secret du rubis,
pépin blotti dans la pulpe juteuse d’une orange dorée,
royal noyau de pourpre dans la pêche efféminée,
sphère encapsulée au centre des sphères.

(Herman Melville)

 

Recueil: Mardi et le voyage qui y mena

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

«Aujourd’hui!» (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2017



Adore les Roses sans retard,
Avant la chute de l’église de la rose,
Ou leurs encensoirs cessent d’osciller :
«Aujourd’hui!» invitent les prêtres de la rose.

(Herman Melville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :