Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘héroïsme’

Notre stature touche au ciel (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2018


michel-ange

Nous n’apprenons notre hauteur
Que lorsqu’on nous demande de nous lever
Et si nous sommes alors assez nous-mêmes
Notre stature touche au ciel –

L’Héroïsme que nous déclamons
Deviendrait courant
Si nous ne truquions pas nos Mesures
Par peur d’être Royaux –

***

We never know how high we are
Till we are asked to rise
And then if we are true to plan
Our stature touch the skies –

The Heroism we recite
Would be a normal thing
Did not ourselves the Cubits warp
For fear to be a King –

(Emily Dickinson)

Illustration: Michel-Ange

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HAPPÉS SERONT LES CHANTS… (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018



 

 

Attila József
    
HAPPÉS SERONT LES CHANTS…

Happés seront les chants par le gel, le silence.
L’héroïsme, en douceur, fait taire sa cadence.
L’impétuosité
— La folle avidité —
Des passions sombre… sombre dans l’indolence.
Ne trichons pas. Il vaut mieux, n’est-ce pas
Et comme assurément me guette le trépas,
Ne me demande point de rester ici-bas.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis las des gestes intérieurs (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2018



Je suis las des gestes intérieurs!
Je suis las des départs intérieurs!
Et de l’héroïsme à coups de plume
Et d’une beauté toute en formules.

Je suis honteux de mentir à mon oeuvre
Et que mon oeuvre mente à ma vie
Et de pouvoir m’accommoder,
En brûlant des aromates,
De l’odeur de moisi qui règne ici…

(Charles Vildrac)

Illustration: Latoya Smile

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PETITS PIEDS… (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2015



PETITS PIEDS…

Petits pieds d’enfant,
bleuis par le froid,
comme on vous voit et ne vous couvre,
mon Dieu !

Petits pieds blessés
tous par les cailloux ;
que la neige outrage,
qu’outrage la boue.

L’homme aveugle ignore
que là où passez
une fleur laissez
de vive clarté ;

que là où posez
vos petits talons
qui saignent, le nard
naît plus parfumé.

Et puisque marchez
par les chemins droits,
avec héroïsme,
parfaits, oui, soyez.

Petits pieds d’enfant,
bijoux de souffrance,
ah ! comme les gens
passent sans vous voir !

***

PIECECITOS

Piececitos de niño,
azulosos de frío,
¡cómo os ven y no os cubren,
Dios mío!

¡Piececitos heridos
por los guijarros todos,
ultrajados de nieves
y lodos!

El hombre ciego ignora
que por donde pasáis,
una flor de luz viva
dejáis ;

que alli donde ponéis
la plantita sangrante,
el nardo nace más
fragante.

Sed, puesto que marcháis
por los caminos rectos,
heroicos como sois
perfectos.

Piececitos de niño,
dos joyitas sufrientes,
¡cómo pasan sin veros
las gentes!

(Gabriela Mistral)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :