Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘heurt’

Il n’existe qu’un chemin (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2019




    
Il n’existe qu’un chemin :
Celui de ta main légère ;
Comment trouver autrement
Le pays qui m’est si cher ?

Pour que je vogue sans heurt
Vers mon rivage là-bas,
porte ta main vers mes lèvres
Et ne la retire pas.

Les doigts minces sont tremblants
Et le corps frêle s’anime —
Mon esquif glisse au-dessus
Des eaux, de leur calme abîme.

***

(Ossip Mandelstam)

 

 

Recueil: Les poésies d’amour
Traduction: Henri Abril
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À QUOI JOUE-T-ON ? (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2018



 

Misha Gordin crowd55

À QUOI JOUE-T-ON ?

Que faisons-nous d’autre
que jardiner nos ombres,
Tandis qu’au loin
crépite et s’évade l’univers ?

Que faisons-nous d’autre
que visiter le temps,
Tandis qu’au près
s’architecture notre mort ?

Que faisons-nous d’autre
que rogner l’horizon,
Tandis qu’au loin
qu’au près —-
le grand heurt.

(Andrée Chedid)

Illustration: Misha Gordin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AUTRE CHÂTEAU (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018




AUTRE CHÂTEAU

Je ne suis pas, je ne suis pas de braise ardente,
je suis fait de linge et de rhumatismes,
de papiers déchirés, de rendez-vous manqués,
de modestes signes rupestres
sur ce qui fut pierres d’orgueil.

Que reste-t-il du château de la pluie,
de cette adolescence avec ses tristes rêves,
de cette intention entrouverte
d’être aile déployée, d’être un aigle en plein ciel,
une flamme héraldique?

Je ne suis pas, je ne suis pas l’éclair de feu
bleu, planté comme un javelot,
dans le coeur de quiconque échappe à l’amertume.

La vie n’est pas la pointe d’un couteau
ni le heurt d’une étoile,
elle est vieillissement dans une garde-robe,
soulier mille fois répété,
médaille qui se rouille
dans les ténèbres d’un écrin.

Je ne demande ni rose nouvelle ni douleurs,
ni indifférence, elle me consume,
chaque signe a été écrit,
le sel avec le vent effacent l’écriture
et l’âme est maintenant un tambour muet
au bord d’un fleuve, de ce fleuve
qui continuera de couler où il coulait.

(Pablo Neruda)

Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Les corps (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018



Illustration: Marie-Claude Gironde
    
Les corps se rapprochent
se touchent font masse et s’allègent
se dérobent se frôlent s’évitent
et comme la vie la danse
devient une matière hétérogène,
un heurt de moments d’émotion et de banalité
un agglomérat confus
traversé d’éclairs de pure beauté

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la gloire (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2017




    
retouche à la gloire

ivres des jeux du cirque
les heures assises sur les gradins du temps
dans le dédain des obléisques
guettent le heurt des chars l’éclat l’effondrement
le jour lèche un sable écarlate
la foule hurle un nom qui date

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Vestiaire des anges
Editions: Grasset

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAUVAISE MÉMOIRE (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



Illustration: René Magritte
    
MAUVAISE MÉMOIRE

… Mais quel était ce souffle aux pavés de l’aurore?
Quelle était cette odeur de légumes jetés
le linge au noir balcon comme un signal glacé?
Quel était ce regard qui me surveille encore?

Mais quelle était mais quelle était dans cette ville
cette fumée? et ce silence? et tout à coup
ces heurts, ces coups de feu de bataille civile?
Quelle était la clameur qui venait jusqu’à nous?

Quel était votre nom quel était mon visage?
Que faisions-nous ainsi l’un à l’autre inconnus?
Sans savoir qui je suis sans savoir qui je fus
je revois une main qui se tend sous l’orage

un visage qui pleure, une porte fermée.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le heurt (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Le heurt

Tu marchais

Parcourant la trace de la terre
Où bruit l’obscur et l’incertaine qui repose

Voici
L’herbe enclave
A cette pierre

Ô fausse clarté de l’ascendance
Don lumineux des pierres agissantes…

(Béatrice Douvre)


Illustration: Gaëlle Boissonnard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ces bouts de phrases (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2017



Illustration
    
Ces bouts de phrases que nous emmenons dans le sommeil,
qui semblent gratuits, incompréhensibles,
souvent le poème du matin en découle, presque sans heurts,
il ne les explique pas, il les éclaire.

(Pierre Dhainaut)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

REGARD (Emmanuel Ronce)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2016



mer-et-galets 9 [800x600]

REGARD

Aux pieds nus cendrés de poussière,
fraîcheur des rosaces de pierre.

Parfait dessin, sans rien qui désaltère :
Fleurs sans parfum au fond d’une eau sans heurt,
(eau de graphite, et de hachures composée),
un poli triste, et sûr, et mort à la couleur

et doux comme la main posée.

(Emmanuel Ronce)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une barque s’en va sur l’eau (Louis Aragon)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2015



INTERMÈDE
(Chanté)

Une barque s’en va sur l’eau
sur l’eau
Comme fait la feuille du saule
Comme ta joue à mon épaule
Comme la paupière à l’oeil clos
Une barque s’en va sur l’eau
sur l’eau
Comme fait la feuille du saule

Elle fend sans heurt et sans bruit
sans bruit
La rivière profonde et noire
Qui tant ressemble la mémoire
Et comme la mémoire fuit
Elle fend sans heurt et sans bruit
sans bruit
La rivière profonde et noire

(Louis Aragon)

 Illustration: David Brayne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :