Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘homicide’

Coeur Pur (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



 

Attila Jozsef
    
Coeur Pur

Je n’ai ni père, ni mère,
Ni dieu, ni foyer,
Ni berceau, ni bière,
Ni amante, ni baiser.

Trois jours déjà sans manger,
Ni bombance, ni bouchée.
Mon empire, c’est mes vingt ans.
Mes vingt ans, je vous les vends.

Et si nul n’en veut, ma foi,
Le diable, lui, me les prendra.
Le cœur pur, j’irai voler,
S’il le faut, assassiner.

On m’arrêtera, me pendra,
En terre chrétienne m’enterrera,
Et une ivraie homicide
Croîtra sur mon cœur splendide.

(Attila Jozsef)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Ni père ni mère
Traduction: Guillaume Métayer
Editions: Sillage

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BOUCHE COUSUE (Elvio Romero)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2016



BOUCHE COUSUE

On t’a dit que tu dois te taire.
Et aujourd’hui tes lèvres, après tant de silence
sont sèches.
Souviens-toi que « Si tu fermes la bouche,
n’y entrent pas les mouches ».
Et on t’a dit d’apprendre
ta leçon de repliement et de servitude.
Rouge de cauchemar
cette couleur. Malheur et mascarade.
La délation au jour le jour.
Et la corde gavée
et qui ne se relâche.
Longtemps, longtemps que nous
portons
cette croix sur le dos.

Quel horrible silence !
Les cadenas grincent, rouillés.
Le Paraguay repose sous le soleil et sous la lune
comme un couteau d’homicide ; comme un oeillet
coupé, tombé et piétiné.
Quel horrible
silence… !

Mais ici on t’a dit que tu dois te taire.

(Elvio Romero)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »