Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘hormis’

Et rien ne sera tien (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Et rien ne sera tien hormis un aller vers où il n’y a où.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Toi le féminin (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



Illustration: Luis Ricardo Falero 
    
Toi le féminin
Ne nous délaisse pas,
Hormis en ton sein,
Quel lieu pour renaître?

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

MON PLUS GRAND BONHEUR, C’EST QU’AU LOIN (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2017




    
MON PLUS GRAND BONHEUR, C’EST QU’AU LOIN

Mon plus grand bonheur, e’est qu’au loin
Mon âme fuie sa demeure d’argile,
Par une nuit qu’il vente, que la lune est claire,
Que l’oeil peut parcourir des mondes de lumière —

Que je ne suis plus, qu’il n’est rien —
Terre ni mer ni ciel sans nuages —
Hormis un esprit en voyage
Dans l’immensité infinie.

***

I’M HAPPIEST WHEN MOST AWAY

I’m happiest when most away
I can bear my soul from its home of clay
On a windy night when the moon is bright
And the eye can wander through worlds of light—

When I am not and none beside—
Nor earth nor sea nor cloudless sky—
But only spirit wandering wide
Through infinite immensity.

(Emily Brontë)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une attente (Michel Dugué)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017



Nul ne les voit, hormis l’attente
insignifiante du mot qui effleure
comme effleure l’aile de la mouette

En somme, une attente au but
Pénurie du regard – les branches bougent
suivies de rien

(Michel Dugué)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les branches bougent suivies de rien (Michel Dugué)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2015


arbres

 

Nul ne les voit, hormis l’attente
insignifiante du mot qui effleure
comme effleure l’aile de la mouette
à distance si courte de la mer.

En somme, une attente au but
continûment différé.

Pénurie du regard – les branches bougent
suivies de rien.

(Michel Dugué)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :