Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘humain’

Près de chaque être humain, il est une limite (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017



Près de chaque être humain, il est une limite
Que ne peuvent franchir ni passion ni tendresse.
Que des lèvres se joignent en un silence affreux!
Que l’amour mette un coeur en pièces!

L’amitié ne peut rien ici, ni les années
De haut bonheur, de bonheur enflammé,
Quand l’âme est libre, étrangère
À la lente langueur des voluptés.

Ceux qui la désirent sont fous, mais ceux qui
Y parviennent sont frappés par l’angoisse…
Voilà. Tu as compris pourquoi
Mon coeur ne bat pas sous ta main.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Irina Kotova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au soir, je suis devant ma table (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017


 

Au soir, je suis devant ma table,
La page est blanche irrémédiablement.
Le mimosa a une odeur de Nice et de chaleur,
Un grand oiseau vole dans un rayon de lune.

Je refais en les serrant fort mes nattes,
Comme si demain j’avais besoin de nattes.
Je regarde par la fenêtre, sans tristesse,
La mer et les langues de sable.

Quelle n’est pas la force d’un être humain
Qui ne demande pas même de la tendresse !
Je ne peux soulever mes paupières lasses,
Quand il prononce mon nom.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Francine Van Hove

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’IMAGE DIVINE (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017




L’IMAGE DIVINE

Merci, Pitié, Paix et Amour,
Chacun les prie dans sa détresse,
Et c’est à ces vertus exquises
Qu’il retourne sa gratitude.

Car Merci, Pitié, Paix, Amour,
C’est Dieu, notre père chéri,
Et Merci, Pitié, Paix, Amour,
C’est l’homme, son fils et souci.

Car Merci a un coeur humain
Et Pitié un visage humain,
Amour, divine forme humaine,
Et Paix a vêtement humain.

Et donc, sous tous les cieux, chaque homme,
Lorsque dans sa détresse il prie,
Prie la divine forme humaine —
Amour, Pitié, Paix et Merci.

Aimons donc tous la forme humaine,
Chez le païen, le Turc, le Juif.
Où vit Amour, Pitié, Merci,
Habite Dieu aussi.

***
THE DIVINE IMAGE

To Mercy, Pity, Peace and Love
All pray in their distress;
And to these virtues of delight
Return their thankfulness.

For Mercy, Pity, Peace and Love
Is God our father dear;
And Mercy, Pity, Peace and Love
Is Man, his child and care.

For Mercy has a human heart;
Pity, a human face;
And Love, the human form divine;
And Peace, the human dress.

Then every man of every clime
That prays in his distress,
Prays to the human form divine—
Love, Mercy, Pity, Peace.

And all must love the human form
In heathen, Turk or Jew.
Where Mercy, Love and Pity dwell,
There God is dwelling too.

(William Blake)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Supposons (Hilary Putnam)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2017




    
Supposons qu’un être humain
(vous pouvez supposer qu’il s’agit de vous-même)
a été soumis à une opération par un savant fou.

Le cerveau de la personne en question (votre cerveau)
a été séparé de son corps
et placé dans une cuve contenant une solution nutritive
qui le maintient en vie.

Les terminaisons nerveuses ont été reliées à un super-ordinateur scientifique
qui procure à la personne l’illusion que tout est normal.

Il semble y avoir des gens, des objets, un ciel, etc.

Mais en fait tout ce que la personne (vous-même) perçoit
est le résultat d’impulsions électroniques que l’ordinateur envoie aux terminaisons nerveuses.
L’ordinateur est si intelligent que si la personne essaye de lever la main,
l’ordinateur lui fait « voir » et « sentir » qu’elle lève la main.
En plus, en modifiant le programme le savant fou peut faire « percevoir » (halluciner)
par la victime toutes les situations qu’il désire.

Il peut aussi effacer le souvenir de l’opération,
de sorte que la victime aura l’impression de se trouver dans sa situation normale.
La victime pourrait justement avoir l’impression d’être assise
en train de lire ce paragraphe qui raconte l’histoire amusante
mais plutôt absurde d’un savant fou qui sépare les cerveaux des corps
et qui les place dans une cuve contenant des éléments nutritifs
qui les gardent en vie.

(Hilary Putnam)

 

Recueil: Raison, vérité et histoire

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vingt ans après (Léa Goldberg)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



    

Vingt ans après

A
Vingt ans — et comme on dit souvent
«Oui, le monde a bien changé depuis»
Mais ce sentiment n’est pas comme le vin vieux :
Il n’a pas pris de force avec le temps.

Non, crois-moi, ce ne sont pas tes cheveux blancs..
Peut-être est-ce ton regard sans gêne, indifférent,
Où gisent encore les rouleaux cachés de notre vie
Et ce qui, dans le monde, «a bien changé depuis ».

Deux êtres humains, deux parfaits étrangers
De chaque côté d’un abîme de désastres.
Même sur la tombe de nos chers disparus
Nous ne prononcerons plus la même prière.

B
Deux dizaines d’années
Des légions de blanches journées,
Deux dizaines d’années
Devenues un désert dévasté.

Tais-toi, pour l’amour de Dieu!
Comment savoir à qui la faute?
Comme toujours : tu es fautif
Je suis fautive.

Oui entre nous gît le temps,
Les années qui perdent leur sang,
Le cher disparu, le temps,
Que son âme repose…

Et nous, des deux côtés
Comme ennemis après la bataille,
Nos morts sur le champ de bataille
Et pas d’expiation.

(Léa Goldberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: F. Kaufmann
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le premier baiser (Khalil Gibran)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2017




    
De même que le premier regard
est pareil à une graine semée par la déesse
dans le champ du coeur humain,

le premier baiser
est la première fleur
qui éclot au bout du rameau de l’arbre de vie.

(Khalil Gibran)

 

Recueil: L’Oeil du Prophète

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était l’été ou alors sa fin (Yehuda Amichaï)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017



    

C’était l’été ou alors sa fin et c’est là que j’ai entendu
tes pas lorsque pour la dernière fois
tu es allée de l’est à l’ouest. Et dans le monde foulards, livres
et êtres humains avaient été oubliés.

C’était l’été ou alors sa fin.
Il y avait les heures l’après-midi
tu étais là
et pour la première fois
tu portais tes vêtements mortuaires
tu ne le savais pas
car des fleurs sur eux étaient brodées.

(Yehuda Amichaï)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Orner
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La dormeuse (Bernard de Louvencourt)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2017




    
La dormeuse

Je croyais la douleur éternelle ou cachée.
Mais non ! l’éternité se limite à demain :
Quand on est au printemps n’est-ce pas bien humain
Qu’appréhender l’automne et sa splendeur gâchée?

Le temps passe… Et l’on croit le bonheur sous sa main
Quand de l’oubli, soudain, la feuille est arrachée…
—C’est que l’automne est là, dormant dans la jonchée—
Il a suffi du vent, d’un pas sur le chemin !

Pourquoi nous poursuis-tu, morne et pâle douleur,
Errante parmi nous, sans bruit, comme un voleur,
Suivante de la mort en ce monde lâchée ?

Et pourquoi cet espoir? Pourquoi nous quittes-tu
Pour revenir, claquant des dents, spectre têtu…
Ô Douleur à la fois éternelle et cachée ?

(Bernard de Louvencourt)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les absents (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2017


Parfois les absents sont là
Plus intensément là
Mêlant au dire humain
au rire humain
Ce fond de gravité
Que seuls
ils sauront conserver
Que seuls
ils sauront dissiper

Trop intensément là
Ils gardent silence encore

(François Cheng)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Dans la nuit de la langue (Amina Saïd)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2017



Scribe dans la nuit de la langue
quand la nuit parle la langue du néant
tu es sur cette terre
pour cultiver ton âme
apprivoiser ce qu’il y a d’humain
dans l’angoisse
habiter la parole de la parole
et conserver la promesse du poème

(Amina Saïd)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :