Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘humain’

La vie profonde (Anna de Noailles)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2017



 

La vie profonde

Etre dans la nature ainsi qu’un arbre humain,
Etendre ses désirs comme un profond feuillage,
Et sentir, par la nuit paisible et par l’orage,
La sève universelle affluer dans ses mains !

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire les sel ardent des embruns et des pleurs,
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l’espace !

Sentir, dans son cœur vif, l’air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
– S’élever au réel et pencher au mystère.
Etre le jour qui monte et l’ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l’eau.
Et comme l’aube claire appuyée au coteau
Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise …

(Anna de Noailles)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration: Alexandra Kirievskaya

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vie profonde (Anna de Noailles)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2017



 

La vie profonde

Être dans la nature ainsi qu’un arbre humain,
Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
Et sentir, par la nuit paisible et par l’orage,
La sève universelle affluer dans ses mains !

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l’espace !

Sentir, dans son coeur vif, l’air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
– S’élever au réel et pencher au mystère,
Être le jour qui monte et l’ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du coeur vermeil couler la flamme et l’eau,
Et comme l’aube claire appuyée au coteau
Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise…

(Anna de Noailles)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Arnold Böcklin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Depuis le big-bang (Jean-Michel Robert)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2017



    

Depuis le big-bang
ce long chemin étoilé
vers la conscience humaine

Tout ça m’a épuisé

se dit-il en tapotant
l’édredon

(Jean-Michel Robert)

 

Recueil: Un poil dans l’âme
Editions: Table Rase

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cauchemar (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2017



    

Cauchemar

Je suis une abeille,
je dois piller les fleurs, jour après jour,
préparer du miel, servir notre reine.

Dur labeur, afin que notre château reste intact.
Il me plaît bien.

Cette nuit, j’ai fait un cauchemar:
j’ai rêvé que j’étais un humain!

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Sans visa
Traduction: Eva Antonnikov
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Berceuse (Wystan Hugh Auden)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



Illustration: Printemps-Eté-Automne-Hiver
    

Berceuse

Pose ta tête endormie, mon amour
Humaine sur mon bras infidèle ;
Le temps et les fièvres consument
La part de beauté
Des enfants pensifs et la tombe
Prouve que l’enfant est éphémère ;
Mais que dans mes bras jusqu’au point du jour
Repose cet être vivant,
Mortel, coupable, mais pour moi
Beauté absolue.

L’âme et le corps n’ont point de bornes ;
Aux amants étendus
Dans leur pâmoison coutumière
Sur la pente enchantée de son indulgence
Vénus gravement apporte la vision
D’une compassion surnaturelle,
Un amour, un espoir universels ;
Tandis qu’une intuition abstraite
Eveille parmi les glaciers et les rocs
L’extase sensuelle de l’ermite.

Certitude, fidélité
Sur le coup de minuit passent
Comme les vibrations d’une cloche,
Et les fous à la mode poussent
Leurs cris ennuyeux de pédants ;
Chaque centime de la dépense,
Tout de que prédisent les cartes redoutées
Sera payé, mais de cette nuit
Que pas un murmure, pas une pensée
Pas un baiser ni un regard ne soient perdus.

Tout meurt, la beauté, la vision, minuit :
Que les vents de l’aube qui demeurent
Soufflent sur ta tête rêveuse
Annonçant un jour d’une telle douceur
Que les yeux et le cœur qui cogne puissent louer
Ce monde mortel et s’en satisfaire ;
Que les midis de sècheresse te voient nourri
Par les puissances irréfléchies,
Que les nuits d’insulte te laissent vivre
Sous la garde de tout amour humain.

***

Lullaby

Lay your sleeping head, my love,
Human on my faithless arm;
Time and fevers burn away
Individual beauty from
Thoughtful children, and the grave
Proves the child ephemeral:
But in my arms till break of day
Let the living creature lie,
Mortal, guilty, but to me
The entirely beautiful.

Soul and body have no bounds:
To lovers as they lie upon
Her tolerant enchanted slope
In their ordinary swoon,
Grave the vision Venus sends
Of supernatural sympathy,
Universal love and hope;
While an abstract insight wakes
Among the glaciers and the rocks
The hermit’s carnal ecstasy.

Certainty, fidelity
On the stroke of midnight pass
Like vibrations of a bell,
And fashionable madmen raise
Their pedantic boring cry:
Every farthing of the cost,
All the dreaded cards foretell,
Shall be paid, but from this night
Not a whisper, not a thought,
Not a kiss nor look be lost.

Beauty, midnight, vision dies:
Let the winds of dawn that blow
Softly round your dreaming head
Such a day of welcome show
Eye and knocking heart may bless,
Find the mortal world enough;
Noons of dryness find you fed
By the involuntary powers,
Nights of insult let you pass
Watched by every human love.

(Wystan Hugh Auden)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ROMANCES IMPOSSIBLES (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2017



    
LES ROMANCES IMPOSSIBLES

Au jardin de la vieille place,
le groupe, tel un éventail,
me rappelait, de par sa grâce,
les jeunes filles de Balbec.

En enlever une serait
mon souhait le plus véhément,
s’il n’y avait, dans le soir frais,
présente, la voix du bon sens.

La prière, le cinéma…
La nuit se tapisse déjà
de lumières, de-ci, de-là,
sous le fouet du vent; mais les croix,

tout au sommet du cimetière,
comme elles vieillissent la rue
où peut-être bien l’adultère
avec précaution s’insinue…

C’est ainsi que passent les jours,
les années, l’éternité. Et
les filles, vieilles à leur tour,
dans cette petite cité.

Un halo, visage, mystère
à la porte des maisons hèle,
léger. Quel désir humain erre
en faisant palpiter ses ailes?

Nulle réponse. Le silence
est retombé, carré, complet.
L’ennui, qui arrive, défait
de l’envie l’aimante décence.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’est-ce que le poème arrange ou crie (James Sacré)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017




Le paysage ou le dictionnaire,
une bête effarée qui regarde,
un vieux sac d’engrais en papier cousu,
le malheur humain dans sa guenille politique,

qu’est-ce que le poème arrange ou crie
à travers n’importe quoi, et qui serait son désir ?

(James Sacré)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fils de la nuit et du silence (Tristan l’Hermite)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2017



Fils de la nuit et du silence,
Qui d’une aimable violence
Charmes les soucis des Humains,
Quand sur le crêpe de tes ailes
Tu viens de tes humides mains
Clore doucement nos prunelles :
Sommeil, entre les Immortels
Tu mérites bien des autels.

(Tristan l’Hermite)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment convaincre son grand soleil (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2017



Comment convaincre son grand soleil au visage multiple?
De quel côté venons-nous et par quel visage commencer?
Défendre la lignée de la lumière

« La lune ne sait pas qu’elle est lune
le sable ne sait pas qu’il est sable », dit l’aveugle lumineux
Borges — n’est-ce pas à toi poète d’ajouter cette question :
« L’être humain sait-il vraiment qu’il est un être humain? »

Au loin, vers l’ouest après l’océan
la fleur qui s’est réveillée de son sommeil
se farde pour séduire un Indien Peau-Rouge

(Adonis)
Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amour humain (Viatcheslav Kouprianov)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Amour humain

Effroyable attrait
pour un étranger

Attrayant effroi
d’être
avec qui l’on aime

O solennelle assurance
des végétaux !

Ils ont confié
leur amour
aux insectes
aux oiseaux
et au vent

**

Human love

The terrible attraction
to strangers

The fear like a burden
of how to be
with your loved ones

O the solemn certainty
of plants!

Their love
they have entrusted
to the insects
the birds
and the wind

(Viatcheslav Kouprianov)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 Illustration: Max Ernst

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :