Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘humanité’

AU CIEL (Blanca Castellón)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2020



Illustration: Elisabeth Gecius
    
AU CIEL

Déjà enfant je voulais visiter le ciel
J’ai réussi à l’atteindre grâce
aux poèmes
aux avions
et aux rêves

si je meurs je pense déménager vers la région bleue
déjà je m’emploie à organiser mon séjour éternel
avec son fondateur

plus qu’un impatient j’attends mon arrivée.
Dieu qui nous connaît tous et comprend mon désir
ne permettra pas que je reste errer sur terre pour l’éternité
couvert de vers qui de mon vivant n’ont jamais montré
la moindre affection pour mon humanité.

(Blanca Castellón)

Recueil: ITHACA 584
Traduction: Français Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache /

Editions: POINTS

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fais comme l’oiseau (Michel Fugain)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2020



Fais comme l’oiseau
Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseau
D’un peu de chasse et de pêche, un oiseau
Mais jamais rien ne l’empêche, l’oiseau, d’aller plus haut

Mais je suis seul dans l’univers
J’ai peur du ciel et de l’hiver
J’ai peur des fous et de la guerre
J’ai peur du temps qui passe, dit
Comment peut on vivre aujourd’hui
Dans la fureur et dans le bruit
Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu

Fais comme l’oiseau
Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseau
D’un peu de chasse et de pêche, un oiseau
Mais jamais rien ne l’empêche, l’oiseau, d’aller plus haut

Mais l’amour dont on m’a parlé
Cet amour que l’on m’a chanté
Ce sauveur de l’humanité
Je n’en voit pas la trace, dit
Comment peut on vivre sans lui
Sous quelle étoile, dans quel pays
Je n’y crois pas, je n’y crois plus, je suis perdu

Fais comme l’oiseau
Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseau
D’un peu de chasse et de pêche, un oiseau
Mais jamais rien ne l’empêche, l’oiseau, d’aller plus haut

Mais j’en ai marre d’être roulé
Par des marchands de liberté
Et d’écouter se lamenter
Ma gueule dans la glace, dit
Est-ce que je dois montrer les dents
Est-ce que je dois baisser les bras
Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu

Fais comme l’oiseau
Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseau
D’un peu de chasse et de pêche, un oiseau
Mais jamais rien ne l’empêche, l’oiseau, d’aller plus haut

(Michel Fugain)


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

LAÏKA (Gunter Kunert)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2020




    
Poem in French, Dutch, Spanish, English, Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Malaya, Filipino, Hebrew, Tamil

Poem of the Week Ithaca 638
by Gunter Kunert, Germany (1929-2019)

From « Erinnerung an einen Planeten“, Heyne Lyrik
─ All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt ─

LAIKA *

Dans un projectile en métal,
le meilleur que nous possédons,
Tourne jour après jour
Un chien mort
Autour de notre terre
Comme avertissement
Qu’une fois pourrait graviter ainsi
Année après année autour du soleil,
Chargée d’une humanité sans vie,
La planète terre,
La meilleure que nous avons.

(Gunter Kunert)

*Laïka, le premier animal ayant gravité autour de la terre,
fut choisie pour équiper le vaisseau spatial soviétique, Spoutnik 2,
lancé dans l’espace le 3 novembre 1957.
En ce temps, on connaissait peu de choses
concernant l’impact de la navigation spatiale sur les êtres vivants.
La surchauffe causa la mort de Laïka,
quelques heures après le lancement.

Traduction Elisabeth Gerlache

LAIKA *

In een kogel van metaal,
van het beste dat we bezitten,
Vliegt dag na dag
Een dode hond
Rond onze aarde
Als waarschuwing,
Dat ooit zo zou kunnen cirkelen
Jaar na jaar rond de zon,
Geladen met een dode mensheid,
De planeet aarde,
De beste die we hebben.

Vertaling Germain Droogenbroodt

* Laika het eerste dier dat om de aarde cirkelde, werd uitgekozen om het Sovjet-ruimtevaartuig Spoetnik 2 te bemannen dat op 3 november 1957 in de ruimte werd gelanceerd. Er was weinig bekend over de impact van de ruimtevaart op levende wezens in die tijd. Laika stierf enkele uren na de lancering door oververhitting

***

LAIKA *

En una bola de metal,
lo mejor que tenemos,
vuela día tras día
en un perro muerto
alrededor de nuestro planeta
como una advertencia
de que podría girar alguna vez
año tras año en torno al sol,
cargando con una humanidad muerta,
el planeta Tierra,
lo mejor que tenemos.

Traduction Rafael Carcelén

* Laika, el primer animal que orbitó la tierra. Fue seleccionada para ocupar la nave espacial soviética Sputnik 2 que fue lanzada al espacio exterior el 3 de noviembre de 1957. Poco se sabía sobre el impacto de los vuelos espaciales en las criaturas vivas de esa época. Laika murió por sobrecalentamiento pocas horas después del lanzamiento

***

LAIKA *

In a metal bullet,
The best, we own,
Flies day after day a dead dog
Around our earth
As a warning,
That ever so could circle
Year after year around the sun,
Loaded with a dead humanity,
The planet Earth,
The best we have.

Translation Germain Droogenbroodt

* Laika the first animal to orbit the earth. She was selected to occupy the Soviet spacecraft Sputnik 2 that was launched into outer space on 3 November 1957. Little was known about the impact of spaceflight on living creatures at that time. Laika died within hours from overheating.

***

LAIKA *

In un proiettile metallico,
il meglio che abbiamo,
giorno dopo giorno vola un cane morto
sopra la nostra terra
come un monito,
che allo stesso modo potrebbe orbitare
anno dopo anno intorno al sole,
carica di un’umanità morta,
il pianeta Terra,
il meglio che abbiamo

Traduzione Luca Benassi

* Laika il primo animale ad andare in orbita attorno alla Terra. Fu selezionata per salire sulla navicella spaziale sovietica Sputnik 2 che fu lanciata nello spazio il 3 novembre 1957. All’epoca poco o nulla si sapeva circa le possibili conseguenze di un viaggio nello spazio per gli esseri viventi. Laika morì nel giro di poche ore per il calore eccessivo.

***

LAIKA *

In einer Kugel aus Metall,
Dem besten, das wir besitzen,
Fliegt Tag für Tag ein toter Hund
Um unsre Erde
Als Warnung,
Daß so einmal kreisen könnte
Jahr für Jahr um die Sonne,
Beladen mit einer toten Menschheit,
Der Planet Erde,
Der beste, den wir besitzen

GÜNTER KUNERT

* Laika war das erste Tier, das die Erde umkreiste. Sie wurde ausgewählt, um das sowjetische Raumschiff Sputnik 2 zu besetzen, das am 3. November 1957 ins All geschossen wurde. Über die Auswirkungen der Raumfahrt war zu dieser Zeit noch wenig bekannt. Laika starb innerhalb weniger Stunden an den Folgen einer Überhitzung,

***

LAIKA

Numa bola de metal,
o melhor que temos,
voa dia após dia
num cachorro morto
ao redor do nosso planeta
como uma advertência
de que poderia girar alguma vez
ano após ano em volta do sol,
carregando com uma humanidade morta,
o planeta Terra,

Tradução ao português: José Eduardo Degrazia.

* Laika, el primer animal que orbitó la tierra. Fue seleccionada para ocupar la nave espacial soviética Sputnik 2 que fue lanzada al espacio exterior el 3 de noviembre de 1957. Poco se sabía sobre el impacto de los vuelos espaciales en las criaturas vivas de esa época. Laika murió por sobrecalentamiento pocas horas después del lanzamiento

***

LAIKA *

Nta na baddottula di mitallu,
la megghiu ca avemu,
jornu doppu jornu un cani mortu furria
attornu â terra
comu nu avvirtimentu
ca lu pianeta Terra,
lu megghiu chi avemu,
annu doppu annu putissi furriari
attornu ô Suli
chinu di tutti li essiri umani morti.

Traduzzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

* Laika il primo animale ad andare in orbita attorno alla Terra. Fu selezionata per salire sulla navicella spaziale sovietica Sputnik 2 che fu lanciata nello spazio il 3 novembre 1957. All’epoca poco o nulla si sapeva circa le possibili conseguenze di un viaggio nello spazio per gli esseri viventi. Laika morì nel giro di poche ore per il calore eccessivo.

***

LAIKA*

Într-o sferă din metalul
nostru cel mai bun,
zboară, zi de zi, un câine
fără viață înconjurând Pământul,
de parcă ar vrea să ne prevină
că tot așa se va roti
an de an, în jurul soarelui,
plină de oameni neînsuflețiți,
planeta noastră
cea mai bună.

Traducere Gabriela Căluțiu Sonnenberg

*Laika a fost prima ființă care a înconjurat Pământul. Ea a fost selectată ca echipaj al navei sovietice Sputnik 2, lansate pe orbită la 3. noiembrie 1957. La vremea aceea nu se știa mai nimic despre efectele călătoriei spațiale. Laika a murit în decurs de câteva ore, în urma unei supraîncălziri.

***

ŁAJKA *

W metalowej kapsule,
Najlepszej, jaką posiadamy
Dzień za dniem krąży nieżywy pies
Wokół naszej Ziemi
Jak przestroga,
Że zawsze mogłaby tak krążyć
Rok za rokiem wokół Słońca
Obarczona martwą ludzkością
Planeta Ziemia,
Najlepsza, jaką mamy.

Przekład na polski: Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka

* Łajka była pierwszym zwierzęciem wysłanym na orbitę okołoziemską. Została wybrana, aby umieścić ją w radzieckim statku kosmicznym Sputnik 2, który wystrzelono w przestrzeń kosmiczną dnia 3 listopada1957 r. Niewiele wtedy wiedziano o wpływie lotu kosmicznego na żywe istoty. Po kilku godzinach Łajka nie żyła z powodu przegrzania organizmu.

***

ΛΑΪΚΑ

Μεταλλική σφαίρα
η καλύτερη μας
μέρα με τη μέρα
πετά ένα νεκρό σκύλο
γύρο απ’ τη γη
προειδοποίηση
για πάντα πως θα γυρίζει
γύρο απ’ τον ήλιο
φορτωμένη με τη νεκρή ανθρωπότητα
του πλανήτη γη
του καλύτερου μας

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη//Translated by Manolis Aligizakis

***

莱卡犬*

在一颗金属子弹里,
最好的,我们拥有,
一只死狗日复一日地
绕我们的地球飞
就像一个警告,
地球曾经这样
年复一年绕太阳转,
载着死去的人类,
行星地球,
我们拥有最好的。

汉 译:中 国 周道模 2020-6-26
Chinese translation William Zhou

*莱卡犬,第一个绕地球运行的动物。她被选为1957年11月3日苏联发射到外层空间的人造卫星2号的居留者。当时人们对太空飞行对生物的影响知之甚少。莱卡犬在数小时内死于过热。

***

لايكا *

في كبسولة فضاء معدنية،
أفضل مانملك هو كلب ميت
يحوم حول الأرض يوما بعد يوم
محذرا هذا الكوكب الذي ما انفك
يدور حول الشمس عاما بعد عام،
بأنه كوكب مثقل بإنسانية ميتة.
كان ذلك أفضل ما نملك.

ترجمة عن الانجليزية: سارة سليم
Arab translation Sarah Selim

تعد الكلبة لايكا أول حيوان يدور حول الأرض. اختاروها لتستقل المركبة الفضائية السوفيتية Sputnik 2 التي اطلقت في الفضاء الخارجي في 3 نوفمبر العام 1957. لم يكن يُعرف الكثير عن تأثير رحلات الفضاء على المخلوقات الحية في ذلك الوقت. توفيت لايكا في غضون ساعات بسبب ارتفاع درجة الحرارة.

***

लाइका *
( एक कुत्ता )

एक धातु की गोली में,
सबसे अच्छा, हम खुद,
एक मरे हुए कुत्ते के दिन बहते हैं
हमारी पृथ्वी के आसपास
चेतावनी के रूप में,
कभी ऐसा हो सकता है
साल भर सूरज के आसपास,
एक मृत मानवता के साथ भरी हुई,
ग्रह पृथ्वी,
हमारे पास सबसे अच्छा है।

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

* लाइका पृथ्वी की परिक्रमा करने वाला पहला जानवर है। उन्हें 3 नवंबर 1957 को सोवियत अंतरिक्ष यान स्पुतनिक 2 पर कब्जा करने के लिए चुना गया था, जिसे बाहरी अंतरिक्ष में लॉन्च किया गया था। लिटिल को उस समय जीवित प्राणियों पर अंतरिक्ष यान के प्रभाव के बारे में पता था। लाहिका की मौत ओवरहीटिंग से घंटों के भीतर हो गई।

***

ライカ

その最良の合金でできた弾丸の中で
その犬は死んだまま毎日毎日
地球のまわりを飛び続けた
同じように警告する
その最良の惑星地球号は
何年も、何年も太陽の周りを
死んだ人間を乗せて
回り続けることもありうるのだ

Japanese translation Manabu Kitawaki

* ライカは地球の軌道上を周回した初めての動物である。1957年11月3日、ソ連のスプートニク2号に乗せられ大気圏外に出るために選ばれた。当時、宇宙飛行の生き物に与える衝撃についてはほとんど知られていなかった。ライカは過度の熱により発射数時間後に死亡したと見られている。

***

لایکا *

در یک گلوله فلزی
بهترین، چیری که داریم ،
روزها می چرخواند سگ مرده ای را
به دور زمین
به عنوان هشدار
حتی می توانست بچرخد
سالها و سالها به دور خورشید
مملو از انسانیتی مرده،
سیاره زمین،
بهترین چیزی که داریم.

ترجمه: سپیده زمانی
Farsi translation by Sepideh Zamani

لایکا اولین حیوانی است که به دور زمین چرخید. او برای فضا پیمای اسپونتیک 2 که در تاریخ 1957 به فضا فرستاده شده بود انتخاب شد. در آن زمان اطلاعات اندکی درباره تاثیر فضا بر روی موجودات زنده وجود داشت. ۀایکا چند ساعت پس از خروج از جو به دلیل گرم شدن بیش اندازه کابین درگذشت.

***

ЛАЙКА *

В метален куршум,
най-доброто, което притежаваме,
ден след ден лети едно мъртво куче
около Земята ни
като предупреждение,
че някога така би могла да се върти
година след година около слънцето,
натоварена с мъртво човечество,
планетата Земя,
най-доброто, което имаме.

превод от английски: Иван Христов
Bulgarian translation Ivan Hristov

*Лайка е първото животно, изпратено в космоса. Тя е била избрана да излети със съветската ракета „Спутник 2” на 3-ти ноември 1957 г. За влиянието на космическото летене върху живите същества по това време се е знаело твърде малко. Лайка умира след няколко часа от прегряване.

***

LAIKA *

Í málmhylki,
því besta sem við eigum,
flýgur dauður hundur dag eftri dag
í kringum jörðina
til viðvörunar um
að þannig gæti um eilífð hringsnúist
ár eftir ár í kringum sólina,
hlaðin dauðu mannkyni,
plánetan Jörð,
sú besta sem við eigum.

Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu Germain Droogenbroodt

* Laika var fyrsta dýrið á sporbaug um jörðina. Hún var valin til að sitja í sovéska geimfarinu Sputnik 2 sem var skotið út í geiminn 3. nóvember 1957. Fátt var vitað um áhrif geimflugs á lifandi verur á þeim tíma. Laika dó á fáum tímum af ofhitnun.

***

ЛАЙКА *

В металлическом снаряде
из лучшего металла
день за днем
вокруг Земли,
летит мертвая собака,
словно знак,
что когда-то так будет лететь
вокруг Солнца год за годом,
полная мертвых людей,
планета Земля –
лучшее, что у нас есть.

Перевод Гермайна Дрогенбродта – Дарьи Мишуевой
Russian translation by Daria Mishueva

* Лайка – первое животное, которое облетело вокруг Земли на советском спутнике, отправленном в космос 3 ноября 1957 года. Тогда еще было мало известно о влиянии космоса на живые организмы. Лайка погибла несколько часов спустя после запуска из-за перегрева.

***

LAIKA *

Peluru logam,
terbaik, milik kami,
Hari demi hari seekor anjing yang mati terbang
mengelilingi bumi kita
sebagai peringatan
laksana bulatan
yang mengelilingi mentari, tahun demi tahun
kemanusiaan yang mati sarat
di planet Bumi,
yang terbaik yang menjadi milik kita.

Penterjemah: Dr. Raja Rajeswari Seetha Raman

* Laika haiwan pertama yang mengorbit bumi. Laika terpilih menduduki kapal angkasa Rusia Sputnik 2 yang dilancarkan ke angkasa pada 3 November 1957.Tidak banyak diketahui tentang kesan penerbangan ke angkasa lepas kepada makhluk hidup ketika itu. Laika mati selepas beberapa jam akibat kepanasan yang keterlaluan.

***

LAIKA *

Sa isang yari sa bakal na pangkalawakang sasakyan
Ang pinakamahusay, at ating pagmamay-ari,
Lumilipad araw-araw laman ang isang walang buhay na aso
Sa palibot ng ating daigdig
Bilang isang babala
Sa gayon maaring pumaimbulog
Taon-taon sa paligid ng araw,
Lulan ang mga walang buhay na nilalang,
Ang Mundo,
Ang pinakamainam na mayroon tayo.

Isinalin tungo sa wikang Filipino Eden Soriano Trinidad

*Si Laika ang kauna-unahang hayop na nagpaligid-ligid sa daigdig. Siya ang napiling pasahero ng sasakyang pangkalawakan ng Soviet Sputnik 2 na inilunsad noong ika-3 ng Nobyembre taong 1957. Babahagya lamang ang nalaman sa naging epekto ng paglalakbay sa kalawakan sa mga nabubuhay na nilalang sa mga sandaling iyon. Namatay ang asong si Laika ilang oras lamang dahil sa sobrang init.

***

לייקה* / גינתר קונרט

בְּכַדּוּר מַתֶּכֶת,
הֲכִי טוֹב שֶׁיֵּשׁ לָנוּ,
טָס יוֹם אַחַר יוֹם כֶּלֶב מֵת
סְבִיב כַּדּוּר הָאָרֶץ שֶׁלָּנוּ
כְּאַזְהָרָה,
שֶׁאֵי פַּעַם יָכוֹל לָחוּג
שָׁנָה אַחַר שָׁנָה סְבִיב הַשֶּׁמֶשׁ,
עָמוּס בֶּאֱנוֹשׁוּת מֵתָה,
כַּדּוּר הָאָרֶץ,
הֲכִי טוֹב שֶׁיֵּשׁ לָנוּ.

תרגם מגרמנית לאנגלית: ג’רמיין דרוגנברודט
תרגמה מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Hebrew translation Dorit Weisman

• הכלבה לייקה – בעל החיים הראשון שחג סביב כדור הארץ – הייתה בחללית הסובייטית ספוטניק 2, ששוגרה לחלל החיצון ב–3 בנובמבר 1957. באותו זמן לא ידעו הרבה על ההשפעה של השהות בחלל החיצון על יצורים חיים. לייקה מתה תוך שעות בגלל הטמפרטורות הגבוהות.
***

ருசிய விண்வெளி நாய் (லைகா)

அருமையாக, நாம் சொந்தமாக வைத்துள்ள
உலோக துப்பாக்கிக் குண்டில்
ஓர் இறந்த நாய் ஒவ்வொரு நாளும் பறந்துகொண்டுள்ளது
நமது பூமியைச் சுற்றி
ஓர் எச்சரிக்கையாக
எப்பொழுதும் வட்டமிடலாம்
கதிரவனைச் சுற்றி ஆண்டாண்டும்
இறந்துபட்ட மனித இனத்தைத் தாங்கி!
பூமி கிரகம்
நம்மிடம் உள்ள மிக உயர்ந்தது!

Tamil translation by NV Subbaraman

 

Recueil: ITHACA 638
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LE COEUR DU VIEUX VESUVE (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2020




    
LE COEUR DU VIEUX VESUVE

De moi ne restera peut-être
Rien que l’amour pour mon pays.
Peut-être qu’à nos descendants
Le don semblera trop petit.

D’autres avec beaucoup d’éclat
Surgiront du volcan du temps.
Moi, légère et mince fumée,
Je me dissoudrai lentement.

La gloire ne fut pas mon lot.
Elément plus dur et plus grave,
Je n’ai déversé sur mon siècle
Cendre ou vapeur, mais de la lave.

Catastrophe sur Pompéi,
Je l’étouffai en éclatant,
A ma pâte en feu n’échappèrent
Sbires, pharisiens ni savants.

L’humanité sans empereur
Grandit pendant que je sommeille.
Prenez garde, ne bougez pas,
Car tout au fond le brasier veille.

Mon front lisse est couvert de neige,
M’entourent paix et quiétude,
Mais, au tréfonds de la montagne,
Il bat, le coeur du vieux Vésuve.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas possible pas pensable pas imaginable (Lambert Schlechter)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2020



Charles-Marie-Félix Martin La chasse au nègre x366

pas possible pas pensable pas imaginable
ce que les humains font aux humains

alors on n’y pense pas, n’imagine pas
ce serait littéralement perdre la raison

si on était vraiment conscient de tout
ce qui s’est passé dans l’histoire humaine

on arrêterait de respirer
alors jour après jour on n’y pense pas

l’humanité est un abîme de bêtise et de cruauté

(Lambert Schlechter)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Charles-Marie-Félix Martin (La Chasse au Nègre)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Nous y voilà, nous y sommes ! (Fred Vargas)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2020




    
Nous y voilà, nous y sommes !

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.
Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air,
nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde,
nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche,
nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles,
comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre,
déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome,
enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés.

Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses
que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :

Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs,
éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin,
relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille)
récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines,
on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

(Fred Vargas)

Fred Vargas – 7 novembre 2008 – EuropeEcologie.fr

Lu mise en musique par Philippe Torreton et Richard Kolinka
https://twitter.com/elsaboublil/status/1253749194910838785?s=20

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La belle France (Jean Villard–Gilles)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2020



    
La belle France

Sur la route du passé
Vois-tu venir la France ?
Quelle belle garce, la riguedondé
Dans ses beaux habits brodés
Couleur d’espérance !
Elle a les yeux étoilés
Quand elle marche, elle danse !
Forte en gueule, l’esprit salé
Quel air ! Quelle aisance !
Sur la route du passé
Vois-tu venir la France ?
Le coeur vif, le corps racé
La rigue, la riguedondé

Vive la rose rouge

Dorée comme épis de blé
Dès son adolescence
A couché la riguedondé
Avec ces rois bien râblés
La belle alliance !
Ont ma foi bien travaillé
A chaque délivrance
Accouchait d’une cité
Terre de plaisance
Terre à vignes, terre à blé
Elle a grandi, la France
En remplissant vos greniers
La rigue, la riguedondé

Vive la rose rouge et le joli bleuet

Elle a souffert, a lutté
Pour son indépendance !
A chanté la riguedondé
L’amour et la liberté
Mais désespérance !
A vu le fruit se gâter
Là, trop d’abondance
Ici, trop de pauvreté
Trop de différence
Son grand coeur
S’est révolté
Reprenant sa balance
A rêvé d’égalité
La rigue, la riguedondé

Vive la rose rouge et le joli bleuet
Qu’à mon bouquet j’ajoute

Sur la Bastille a sauté
La Carmagnole de danse
Citoyens la riguedondé
Salut et Fraternité
Vive l’espérance !
Le soleil faisait monter
La bonne semence
Mais les gros rats empestés
Ceux de la finance
Et leurs féodalités
Oh la sinistre engeance !
Ont corrompu la cité
La rigue, la riguedondé

Vive la rose rouge et le joli bleuet
A mon bouquet j’ajoute
Un brin de blanc muguet

Mais entendez-vous monter
Du fond du grand silence
Cet appel la riguedondé !
De tous les déshérités ?
Assez de souffrances !
Mur d’argent, obscénité
Ombre sur la France
On te refera sauter
Un jour, patience !
Liberté, Egalité
Ces grands noms qui t’offensent
Redeviendront vérité
La rigue la riguedondé

Alors au soleil d’été
On verra la France
Qu’elle est belle la riguedondé
Saluant l’Humanité
Marchant en cadence
A ses grands yeux étoilés
Le ciel se fiance
Elle est comme un beau voilier
Sur la mer qui danse
Terre de la liberté
Alors pour ta défense
Tous voteront sans hésiter
La rigue la riguedondé

(Jean Villard–Gilles)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Durga Stotra (Sri Aurobindo)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2020




    
Durga Stotra

Mère Durga ! Chevalière au lion, donneuse de tous les pouvoirs, Mère,
bien-aimée de Shiva! Nous, la jeunesse du Bengale, nés de ta Puissance,
sommes réunis dans ton temple pour t’adresser notre prière.
Écoute, ô Mère ! Descends sur notre terre du Bengale ! Manifeste-toi !

Mère Durga! D’âge en âge, naissance après naissance, nous venons ici-bas
dans un corps humain, accomplissons ton oeuvre et regagnons le foyer de Ta Félicité.
Cette fois encore, en cette naissance, nous voici, consacrés à ton oeuvre.
Écoute, ô Mère ! Descends sur notre terre du Bengale ! Sois avec nous, notre Sauveuse !

Mère Durga! Chevalière au lion, trident en main, ton corps de beauté
couvert d’une armure, Mère, donneuse de victoire ! L’Inde attend ta venue,
impatiente de te voir sous ta forme de Grâce et de Bonté. Écoute, ô Mère !
Descends sur notre terre du Bengale ! Manifeste-toi !

Mère Durga! Donneuse de force, d’amour, de connaissance !
Toi qui dans l’essence de ta nature es la Shakti-de-Puissance ! Ô Redoutable,
au double visage de Douceur et de Violence ! Dans la bataille de la vie,
dans la bataille de l’Inde, c’est toi qui nous as envoyés comme tes guerriers.

Ô Mère, accorde à nos coeurs et nos esprits l’énergie du Titan,
l’audace et la hardiesse du Titan dans toutes nos actions. Accorde, ô Mère,
à notre coeur et notre intelligence la force de caractère et la connaissance d’un dieu !

Mère Durga ! Le peuple de l’Inde, noble entre tous, était englouti dans d’épaisses
ténèbres. Mais voici que peu à peu, ô Mère, tu te lèves à l’extrême horizon
et l’Aurore resplendit dans le rougeoiement de ton corps-de-ciel qui dissipe l’obscurité.
Que l’immense lumière se répande, ô Mère, et disperse les ténèbres !

Mère Durga ! Parée de profonde verdure, ornée de la Toute-Beauté, toi qui maintiens,
toi en qui reposent la connaissance, l’amour et la force, c’est sur la terre du Bengale
que tu t’incarnes aujourd’hui; cachée jusqu’ à présent, repliée sur elle-même,
elle concentrait ses énergies. Mais l’âge est venu, le jour est venu et déjà
elle se redresse, notre Mère du Bengale, portant l’Inde entière sur ses épaules.
Viens, ô Mère ! Manifeste-toi !

Mère Durga! Nous, tes enfants, que par ta grâce, sous ton empire,
nous puissions accomplir la grande oeuvre, le grand idéal. Anéantis en nous
la petitesse, anéantis l’égoïsme, anéantis la peur !

Mère Durga! Toi qui revêts le visage de Kâlî, portant à ton cou une guirlande de crânes,
vêtue d’espace, brandissant l’épée, ô Déesse, triomphatrice de l’Asura!
De ton rugissement féroce et impitoyable, fais périr les passions-ennemies de l’âme,
qu’il n’en reste plus une seule vivante au fond de nous.

Que nous devenions purs et sans souillure. Telle est notre prière, ô Mère !
Manifeste-toi!

Mère Durga! L’Inde moribonde est abîmée dans l’égoïsme, la peur, la petitesse.
Rends-nous grands et dignes des plus hautes tentatives, rends-nous magnanimes
et sincères dans notre volonté inflexible d’atteindre la Vérité.
Chasse tout misérable désir, toute impuissance, toute paresse,
que plus jamais nous ne soyons paralysés par la peur !

Mère Durga! Shakti-du-Yoga! Que ton pouvoir immense s’étende partout !
Nous sommes tes enfants bien-aimés. Fais largement briller parmi nous
l’enseignement perdu, la fermeté, la puissance de la pensée,
la dévotion et la foi, l’austérité et la chasteté, la connaissance de la Vérité,
et à travers nous répands-les sur le monde. Pour aider et secourir l’humanité,
toi, Durga, annihilatrice de toute adversité,
ô Mère-du-monde ! Manifeste-toi !

Durga Mère ! Extermine en nous les vices-ennemis, puis extirpe au-dehors
tous les dangers, tous les obstacles ! Que plein de force, valeureux et noble,
le peuple de l’Inde vive à jamais dans ses forêts sacrées et dans ses champs fertiles,
au pied de ses montagnes amies du ciel, le long des rives de ses fleuves
aux eaux saintes et purifiantes. Peuple suprême par son amour et son unité,
sa vigueur et sa droiture, son art et sa littérature, son héroïsme et sa connaissance !
Telle est notre prière aux pieds de la Mère ! Manifeste-toi !

Mère Durga ! Que ta Force, la Force du Yoga, inonde et emplisse notre corps !
Nous deviendrons tes instruments, ton épée qui abat le mal, ta lampe qui dissipe
l’ignorance. Exauce cette aspiration de la jeunesse du Bengale. Toi, notre Souveraine,
guide-nous ; toi qui détruis le mal et brandis ferme l’épée ;
toi, lumière resplendissante de la connaissance, tiens haut la lampe !
Manifeste-toi !

Mère Durga! Quand nous te posséderons, nous ne déferons plus tes liens :
nous t’attacherons à nous avec la triple corde de la foi, de la dévotion et de l’amour.
Viens, Mère ! Manifeste-toi dans notre esprit, notre vie, notre corps !
Viens, révélatrice de la Voie des Héros ! Plus jamais nous ne te rejetterons !
Que notre vie entière devienne une adoration sans fin de Durga!
Que toutes nos actions soient pour toujours sacrées, pleines d’amour et d’énergie,
vouées au service de la Mère ! Telle est notre prière, ô Mère !
Descends sur notre terre du Bengale ! Manifeste-toi !

(Sri Aurobindo)

 

Recueil: Poésie
Traduction: Français Cristof Alward-Pitoëff
Editions: Sri Aurobindo Ashram Trust

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÂGES DE L’HUMANITÉ (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2020




    
ÂGES DE L’HUMANITÉ

Dix ans déjà
un sucre d’orge
vingt ans à peine
une canne et des gants
trente et quarante ans
de la barbe au menton
voici la cinquantaine
un miroir et des mitaines
pour les plus de soixante ans
des lunettes et des boutons
la fleur de l’âge soixante-dix
une fleur à la boutonnière
quatre-vingts ans quatre-vingt-dix
un sucre d’orge
c’est déjà trop

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pauvre humanité (Françoise Campo-Timal)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2020



 

Michael Sowa (9)

Pauvre humanité
des petits matins hâtifs
avec tous ces écoliers
plaqués contre leur cartable
et le regard rouge
des mères pressées
et ces fonctionnaires
en imperméable
pauvre humanité hagarde
accrochée aux grilles
d’une fausse vie
en ces matins
au soleil éteint

(Françoise Campo-Timal)

Illustration: Michael Sowa

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :