Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘hunier’

CHANSON DES GARS DE LORIENT (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



 

Illustration: Gildas Flahault
    
CHANSON DES GARS DE LORIENT

Quand ils ont quitté Lorient
Ils avaient le vent d’amour dans la poupe
Au gaillard d’avant,
Quand ils ont quitté Lorient
Chacun a chanté c’est pas pour longtemps.

Chacun a laissé sa belle au village
A regarder dans le calendrier
La lune au hunier,
Chacun a laissé sa belle au village,
Le thonier, le cotre et le chalutier.

On n’a pour y passer le temps
Que fumer sa pipe et penser aux belles
Au gaillard d’avant,
On n’a pour y passer le temps
Que l’accordéon des gars de Guingamp.

De la pêche un jour s’ils reviendront
Ils auront l’amour des plus belles filles
Et nous danserons.
De la pêche un jour s’ils reviendront
Ils auront l’amour des plus beaux garçons.

C’est chez le père Cornudé
Qu’on boira le cidre au retour des noces
Et le vin cach’té,
C’est chez le père Cornudé
Qu’on boira le cidre et le muscadet.

Le gars qui l’a fait la chanson
C’est René-Guy Cadou, gabier de misaine,
Un joyeux garçon,
Le gars qui l’a fait la chanson
C’est René-Guy Cadou, gabier d’artimon.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il était un petit navire (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2017




Il était un petit navire, (bis)

Qui n’avait ja, ja, jamais navigué (bis)
Ohé ! Ohé !

Il partit pour un long voyage (bis)
Sur la mer Mé, Mé, Méditerranée (bis)

Au bout de cinq à six semaines, (bis)
Les vivres vin, vin, vinrent à manquer (bis)

On tira z’à la courte paille (bis)
Pour savoir qui, qui, qui serait mangé (bis)

Le sort tomba sur le plus jeune (bis)
C’est donc lui qui, qui, qui fut désigné (bis)

On chercha alors à quelle sauce (bis)
Le pauvre enfant, fant, fant sera mangé (bis)

L’un voulait qu’on le mit à frire (bis)
L’autre voulait, lait, lait le fricasser (bis)

Pendant qu’ainsi on délibère, (bis)
Il monte en haut, haut, haut du grand hunier. (bis)

Il fait au ciel une prière (bis)
Interrogeant, geant, geant l’immensité. (bis)

Mais regardant la mer entière (bis)
Il vit des flots, flots, flots de tout côtés. (bis)

Oh ! Sainte Vierge ma patronne (bis)
Cria le pau, pau, pauvre infortuné. (bis)

Si j’ai pêché, vite pardonne, (bis)
Empêche les de, de ,de me manger. (bis)

Au même instant un grand miracle (bis)
Pour l’enfant fut, fut, fut réalisé. (bis)

Des p’tits poissons dans le navire, (bis)
Sautèrent par, par, par et par milliers. (bis)

On les prit, on les mit à frire, (bis)
Le jeune mou, mou, mousse fut sauvé (bis)

Si cette histoire vous amuse (bis)
Nous allons la, la, la recommencer. (bis)

(Anonyme)

Illustration: Laurence Cleyet-Merle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :