Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘idée’

La lumière d’une chandelle (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2017


Georges Dumesnil de la Tour


La lumière d’une chandelle

Il semble que les miroirs,
avec leur puissance d’illusion,
plus que tout autre objet,
nous donnent l’idée du temps,
autant dire celle d’une profonde immobilité,
d’un chemin que nous sentons clos
quoiqu’il soit infini, sous nos yeux.
Nous regardons la flamme,
et nous ne pensons pas
qu’elle n’est plus celle que nous avons regardée
un instant auparavant.

(Leonardo Sinisgalli)


Illustration: Georges Dumesnil de la Tour

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Lettre à Louise Colet (Gustave Flaubert)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2017




    

Lettre à Louise Colet

Toi, je t’aime comme je n’ai jamais aimé et comme je n’aimerai pas.
Tu es, et resteras seule, et sans comparaison avec nulle autre.

C’est quelque chose de mélangé et de profond,
quelque chose qui me tient par tous les bouts,
qui flatte tous mes appétits et caresse toutes mes vanités.

Ta réalité y disparaît presque.
Pourquoi est-ce que, quand je pense à toi,
je te vois souvent avec d’autres costumes que les tiens?

L’idée que tu es ma maîtresse me vient rarement,
ou du moins tu ne te formules pas devant moi par cela.

Je contemple (comme si je la voyais)
ta figure tout éclairée de joie,
quand je lis tes vers en t’admirant,
alors qu’elle prend une expression radieuse d’idéal,
d’orgueil et d’attendrissement.

Si je pense à toi au lit, c’est étendue,
un bras replié, toute nue,
une boucle plus haute que l’autre,
et regardant le plafond.

Il me semble que tu peux vieillir,
enlaidir même
et que rien ne te changera.

(Extrait de lettre du 21 ao0t 1853)

(Gustave Flaubert)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On n’a qu’une faible idée de l’amour (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2017



On n’a qu’une faible idée de l’amour
tant qu’on n’a pas atteint ce point où il est pur,
c’est à dire non mélangé de demande, de plainte
ou d’imagination.

(Christian Bobin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Pourquoi, mon coeur (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017




    
Pourquoi, mon coeur,
rester captif dans la terre éphémère ?

Envole-toi de ta prison :
tu es un oiseau du monde spirituel.

Tu es un tendre ami,
toujours au delà du voile secret :

Pourquoi faire ta maison
de ce monde périssable ?

Vois ta misère,
et élance-toi !

Quitte Cette prison du monde formel
pour la prairie des Idées !

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au retour de ces voyages (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2017




    
Au retour de ces voyages
que certaines pensées font dans l’infini,
dans ces espaces habités seulement par l’Idée,
c’est pour elles une incompréhensible vision,
que celle de ce monde réel.

Les maladies du corps et de l’âme,
les laideurs, les monstruosités, les crimes, les prostitutions,
toutes les lâchetés et toutes les folies terrestres,
toutes ces tragédies terribles ou ces comédies ridicules,
qu’éclairent tranquillement tour à tour le soleil d’or ou la lune pâle,
tout ce spectacle enfin, cette danse macabre, cette comédie plus infernale que divine,

font qu’elles se demandent,
ne pouvant croire que tant d’horreurs soient vraies,
si elles ne sont pas sous l’empire d’une hallucination bizarre,
d’un rêve sans doute maladif,
qui les torture,
mais qui leur ment.

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Heureuse rose (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017




Si ta fraîcheur parfois nous étonne tant,
heureuse rose,
c’est qu’en toi-même, en dedans,
pétale contre pétale, tu te reposes.

Ensemble tout éveillé, dont le milieu
dort, pendant qu’innombrables, se touchent
les tendresses de ce coeur silencieux
qui aboutissent à l’extrême bouche.

Je te vois, rose, livre entrebâillé,
qui contient tant de pages
de bonheur détaillé
qu’on ne lira jamais. Livre-mage,

qui s’ouvre au vent et qui peut être lu
les yeux fermés…,
dont les papillons sortent confus
d’avoir eu les mêmes idées.

(Rainer Maria Rilke)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes les chevaliers du néant… (Montherlant)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2017



Nous sommes les chevaliers du néant…
Je n’ai que l’idée que je me fais de moi
pour me soutenir sur les mers du néant.

(Montherlant)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Placez un mannequin (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



Placez un mannequin devant un miroir
et vous aurez l’idée de la conscience,
son regret, qui brillera dans ses yeux.

(Laurent Albarracin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

SONNET METAPHYSIQUE (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2017



 

SONNET METAPHYSIQUE

Dans ces cycles, si grands que l’âme s’en effraie,
L’impulsion première en mouvements voulus,
S’exerce. Mais plus loin la Loi ne règne plus :
La nébuleuse est, comme au hasard, déchirée.

Le monde contingent où notre âme se fraie
Péniblement la route au pays des élus,
Comme au delà du ciel ces tourbillons velus
S’agite discordant dans la valse sacrée.

Et puis, en pénétrant dans le cycle suivant,
Monde que n’atteint pas la loupe du savant,
Toute-puissante on voit régner la Loi première.

Et sous le front qu’en vain bat la grêle et le vent,
Les mondes de l’idée échangeant leur lumière
Tournent équilibrés dans un rythme vivant.

(Charles Cros)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il y a noir et l’idée du noir (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2017



visages-noir-7a8e

il y a noir et l’idée
du noir un parcours des mains
des secousses comme si l’ombre allait
pénétrer dans les muscles
tailler dans la chair ses propres réponses
au sujet de l’universel

(Nicole Brossard)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :