Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ignorance’

ANGE VIGILANT (Tanikawa Shuntarô)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



 

Paul Klee  ange_vigilant

ANGE VIGILANT

Je croyais qu’il suffisait d’un sourire pour se faire entendre
même quand on se tait

Le jour où j’ai su que c’était impossible
j’ai tapé
tapé comme un sourd

Dans l’ignorance du bien et du mal

Sous mes pieds des fleurs de pissenlit
mais qu’y avait-il au-dessus de ma tête ?

Je piétinais tout ce qui est au sol
et j’adorais tout ce qui est au ciel

Dans l’ignorance du bien et du mal

L’ange ? Il n’a fait que regarder ailleurs

(Tanikawa Shuntarô)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Paul Klee

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

Entre maintenant dans l’ombre (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018


Brocéliande

Entre maintenant dans l’ombre
avec l’ombre en main pour lampe

Pour seul laurier à tes tempes
Orne-toi de songe sombre

Prends pour guide le danger
pour compagnon l’étranger

Par l’ignorance conduit
franchis l’ignorante nuit

(Philippe Jaccottet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le vide (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Dans le vide il n’y a pas de Pourquoi,
pas de connaissance du Pourquoi,
pas d’ignorance du Pourquoi,
pas de Pourquoi posé et répondu,
et aucune signification s’y rattachant.

(Jack Kerouac)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai pas changé (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018



Je n’ai pas changé

Je n’ai pas changé
depuis la dernière fois
Si la pénombre
pouvait douter d’elle-même
Si je pouvais dénouer
une seule énigme
de l’océan de mes ignorances
Si ma vie
m’était contée comme une histoire
dont on devinerait
la fin heureuse

Non
je n’ai pas changé
J’ai simplement moins de temps
que la dernière fois

(Abdellatif Laâbi)


Illustration: Branko Bahunek

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment la fleur (Karl Ristikivi)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



fleur de pierre

Comment la fleur, surgie d’une branche vivante,
nourrie de terre et d’eau, fille de l’air et du soleil,
couleur de feu, couleur du cœur, lien de la vie avec la vie,
peut-elle se durcir en un rempart de pierre ?

Comment un chant, sans cesser un instant,
peut-il perdre musique et paroles, se figer en lignes de lettres ?
Comment des pieds dansants peuvent-il se réduire
à un écho de pas, sur un rythme étrange et brisé ?

Il était une fois un homme
qui savait le secret des métamorphoses.
Mais il dut s’exiler.

Nous voguerons demain vers un autre rivage,
sans chercher l’impossible — mer et murailles ne font qu’un.
La sagesse le dit : c’est en vain que l’on fuit ce qui fut.
L’ignorance elle-même le sait : l’avenir restera.

(Karl Ristikivi)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le Printemps commence à revenir (Melin de Saint-Gelais)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




Illustration: Jean Libon
    

Quand le printemps commence à revenir,
Retournant l’an en sa première enfance,
Un doux penser entre en mon souvenir
Du temps heureux que ma jeune ignorance
Cueillit les fleurs de sa verte espérance.

Puis, quand le ciel ramène les longs jours
Du chaud Été, j’aperçois que toujours
Avec le temps s’allume le désir
Qui seulement ne me donne loisir
D’aviser l’ombre et mes passés séjours.

Puis, quand Automne apporte le plaisir
Des ses doux fruits, hélas, c’est la saison
Où de pleurer j’ai le plus de raison,
Car mes labeurs ne l’ont jamais connue :
Mais seulement, en ma triste prison,
L’Hiver extrême ou l’ Été continue.

(Melin de Saint-Gelais)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Je ne pense pas qu’il y ait rien de stupide (Gilbert Keith Chesterton)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2018



    

Je ne pense pas qu’il y ait rien de stupide dans le fait de hurler à la lune
ou d’avoir peur des démons dans les ténèbres… ni que ce soit une preuve d’ignorance.
Cela me semble parfaitement philosophique.

Pourquoi un homme serait-il considéré comme une sorte d’idiot
parce qu’il ressent le mystère et le danger de l’existence elle-même ?

(Gilbert Keith Chesterton)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Thé et café (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018



Thé et café

Le fleur de café voulut un jour faire le voyage de Chine
pour aller rendre visite à sa soeur la fleur de thé.
Celle-ci la reçut avec une bienveillance dans laquelle perçait un
léger sentiment de supériorité.
Pour la fleur de thé, en effet, le café n’était qu’une fleur barbare
avec laquelle elle consentait à entrer en relations
malgré la distance qui sépare une Chinoise civilisée
d’une étrangère encore plongée dans les ténèbres de l’ignorance:

—Ma noblesse est de six mille ans plus vieille que la vôtre,
elle date de la fondation même du royaume de Chine,
qui est le plus ancien des royaumes connus.
—Vous êtes si fade, s’écria le café, que les Chinois eux-mêmes
ont été obligés de vous abandonner pour l’opium.
Vous n’êtes plus pour eux un excitant, père de doux rêves,
mais une simple boisson de table, comme chez nous le
cidre ou la petite bière.
—J’ai conquis, répliqua le thé avec vivacité,
un peuple qui a vaincu les Chinois.
Je règne en Angleterre.
—Et moi en France.
—J’ai inspiré Walter Scott et lord Byron.
-J’ai animé la verve de Molière et de Voltaire.
—Vous êtes un poison lent.
—Et vous un vulgaire digestif.
—Tu brûles, moi je console.
—Je fortifie, tu fais languir.
—A moi le coeur.
—A moi la tête.

Les deux fleurs exaspérées allaient se prendre aux feuilles,
lorsqu’elles convinrent de s’en rapporter à un tribunal mi-parti de buveurs de thé et de café.
Ce tribunal siège depuis des siècles, il n’a pu encore formuler un jugement.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui sait (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



 

Annegert Fuchshuber  zwei und mehr

Qui sait si le silence ne serait
source inépuisable de la corne
d’abondance que dans notre ignorance
nous appelons la vie

Qui sait si le silence ne serait
l’invisible tissu du Vivant reliant
les hommes aux étoiles

Qui sait si le silence ne serait
l’unique intimité sans fond de tout
ce qui naît et meurt

Qui sait si le silence ne serait
la racine et la floraison de toute langue

(Michel Camus)

Illustration: Annegert Fuchshuber

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PROGRAMME MATINAL (Rubén Darío)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Françoise Naudet
    
PROGRAMME MATINAL

Heures claires du lever du Soleil
auxquelles mille trompettes d’or
annoncent le divin réveil !
Salut à toi, Orbe céleste et sonore !

Dans l’angoisse de l’ignorance
de l’avenir, sachons recevoir
la barque chargée de fragrances
dont les rames sont d’ivoire.

Épicuriens ou bien rêveurs,
aimons la Vie triomphante,
toujours couronnés de fleurs,
la torche toujours flamboyante !

Puissions-nous extraire des raisins
de notre existence transitoire
les plaisirs qui animent nos destins
et les champagnes de la gloire.

Dévidons les fils d’Amour,
faisons le Bien — il est amène,
dormons ensuite sans détour,
pour toujours, à jamais. Amen.

(Rubén Darío)

 

Recueil: Chants de vie et d’espérance
Traduction: Lionel Igersheim
Editions: Sillage

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :