Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘illumination’

Les chemins mènent tous au secret (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Les chemins mènent tous au secret.
Ils s’infléchissent à quelque tournant,
on marche ainsi en pays réel
et puis soudain hors du temps mesurable.

On se retrouve enrichi de quelque épaisseur de vie étrange
comme si l’on avait déjà vécu plusieurs existences.

Pays à la brisure du crépuscule
comme s’il voulait signifier qu’il est tard
mais toujours temps.

On ramène alors de ces sortes de regards, de ces voyages,
la connaissance de l’être dilaté,
perméable au possible, un réel annexé, magnifié.

Dans ces randonnées en pays de vertige,
toujours hâtives, on grandit.

Il reste de ces fulgurations une ivresse toujours plus menaçante,
une drogue plus exigeante qui demande, au péril de la vie,
toujours plus d’audace.

C’est la vie multipliée dans les humbles choses
qui débouchent sur la largesse et l’illumination.

Alors le respect devient amour.

(Jean Malrieu)

 

Recueil: EN PAYS DE VERTIGE
Editions: Le Verbe et l’Empreinte

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si la poésie n’est pas, comme on l’a dit, «le réel absolu» (Saint-John Perse)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2016



 

Si la poésie n’est pas,
comme on l’a dit, «le réel absolu»,
elle en est bien la plus proche convoitise
et la plus proche appréhension,
à cette limite extrême de complicité
où le réel dans le poème semble s’informer lui-même.

Par la pensée analogique et symbolique,
par l’illumination lointaine de l’image médiatrice,
et par le jeu de ses correspondances,
sur mille chaînes de réactions et d’associations étrangères,
par la grâce enfin d’un langage
où se transmet le mouvement même de l’Être,
le poète s’investit d’une surréalité
qui ne peut être celle de la science.

Est-il chez l’homme plus saisissante dialectique
et qui de l’homme engage plus?
Lorsque les philosophes eux-mêmes
désertent le seuil métaphysique,
il advient au poète de relever là le métaphysicien;
et c’est la poésie, alors, non la philosophie,
qui se révèle la vraie «fille de l’étonnement»,
selon l’expression du philosophe antique
à qui elle fut le plus suspecte.

Mais plus que mode de connaissance,
la poésie est d’abord mode de vie – et de vie intégrale.
Le poète existait dans l’homme des cavernes,
il existera dans l’homme des âges atomiques parce qu’il est part irréductible de l’homme.

De l’exigence poétique, exigence spirituelle,
sont nées les religions elles-mêmes, et par la grâce poétique,
l’étincelle du divin vit à jamais dans le silex humain.
Quand les mythologies s’effondrent,
c’est dans la poésie que trouve refuge le divin;
peut-être même son relais.
Et jusque dans l’ordre social et l’immédiat humain,
quand les Porteuses de pain de l’antique cortège
cèdent le pas aux Porteuses de flambeaux,
c’est à l’imagination poétique que s’allume encore
la haute passion des peuples en quête de clarté.

(Saint-John Perse)

Tiré de son discours lors de la remise de son Prix Nobel 1960
Discours intégral ici: http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/1960/perse-speech-fr.html

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Témoignage du bonheur éternel (Hsüan Chüeh)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2016



Témoignage du bonheur éternel

Clair miroir du Coeur, reflet sans obstacle
Un tel vide brille, pénètre partout et discerne le monde
Les dix-mille choses s’étalent dans l’apparition d’images
Une perle, parfaite illumination : ni dehors ni dedans

*

(Hsüan Chüeh)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Réaliser la Voie n’est pas difficile (Seng Ts’an)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2016



Réaliser la Voie n’est pas difficile
mais évitez de choisir
Pourvu d’être sans haine ni amour
l’illumination alors vous pénètre

Au moindre écart
le Ciel et la Terre se séparent
Pour maintenant s’y accorder
ne pensez ni à obéir ni à désobéir

Le combat entre obéir et désobéir
provoque la maladie du Coeur
Si vous ne discernez pas le sens profond
vous vous fatiguerez en vain à pacifier votre mental

(Seng Ts’an)


Illustration retirée sur demande de l’artiste

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Je te sais (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2016



Christian Schloe - Austrian Surrealist Digital painter - Tutt'Art@ (84)

Je te sais
Tantôt mutilé
Tantôt espace
Tantôt épave
Ou illumination

(Andrée Chedid)

Illustration: Christian Schloe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La plus belle lecture (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2016



 

La plus belle lecture vaut-elle la plus tremblotante de nos illuminations ?
Nous écrivons parce que nous ne savons pas comprendre.
Nous exigeons du monde ses éclairs.

Il se révèle lui-même, car c’est encore de lui que provient la lumière qui le traverse,
par où il se donne en spectacle.
Il ne cesse de recommencer à naître pour nous ;
il se reforme sous nos yeux, célébrant la liturgie de ses épiphanies pour quelques fidèles.
Moments où paraît ce qu’il veut dire :
il n’y a qu’à lire et l’éclair entoptique aveugle encore notre mémoire refermée.
Profonde rêverie.

Peut-être alors le juste récit est-il celui qui ne prétend pas nous livrer une peinture sincère,
mais qui prend son parti plutôt, de connivence même avec l’inévitable déception du lecteur,
de l’insuffisance de l’œuvre à combler un autre, et regagne ainsi notre attention.

(Michel Deguy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :