Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘immaculée’

Du fond de mon coeur des larmes me viennent (Blaise Cendrars)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



 

bordel jeune fille

[…]
Du fond de mon coeur des larmes me viennent
Si je pense, Amour, à ma maîtresse;
Elle n’est qu’une enfant, que je trouvai ainsi
Pâle, immaculée, au fond d’un bordel.

Ce n’est qu’une enfant, blonde, rieuse et triste,
Elle ne sourit pas et ne pleure jamais;
Mais au fond de ses yeux, quand elle vous y laisse boire,
Tremble un doux lys d’argent, la fleur du poète.

Elle est douce et muette, sans aucun reproche,
Avec un long tressaillement à votre approche;
Mais quand moi je lui viens, de-ci, de-là, de fête,
Elle fait un pas, puis ferme les yeux – et fait un pas.
Car elle est mon amour, et les autres femmes
N’ont que des robes d’or sur de grands corps de flammes,
Ma pauvre amie est si esseulée,
Elle est toute nue, n’a pas de corps – elle est trop pauvre.

Elle n’est qu’une fleur candide, fluette,
La fleur du poète, un pauvre lys d’argent,
Tout froid, tout seul, et déjà si fané
Que les larmes me viennent si je pense à mon coeur.

[…]

(Blaise Cendrars)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUARTZ ROSE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



quartz_rose 

QUARTZ ROSE

« Il y a des pierres dans lesquelles toute
la gloire de la nature est comme concentrée,
de sorte qu’une seule pierre suffit à
certains hommes pour qu’ils possèdent la
contemplation suprême et absolue de la
nature. »
(Pline l’Ancien)

De quel noir ouragan
de quelle flambée d’enfer
de quels tourments de quelles métamorphoses

saisie enfin en une matrice de cristal
saisie enfin en sa forme sauvage
saisie en son aura parfaite

est venue cette pierre incandescente
est venue cette gloire immaculée
est venue cette idée de la terre

pour illuminer le ciel glacé

*

ROSY QUARTZ

« There are stones in which the whole
glory of nature is as though concentrated, so
that for certain men a single stone is enough
for them to possess the supreme and absolute
contemp la tion of nature. »
(Pliny the Ancient)

Out of what storm of darkness
out of what hellish blaze
out of what torments and what changes

held at last in a crystal matrix
held at last in its own wild form
held in its own unbroken aura

came this incandescent stone
came this immaculate glory
came this idea of the earth
to illuminate the frozen sky

(Kenneth White)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon coeur est comme la lune d’automne (Han Shan)

Posted by arbrealettres sur 16 août 2016



Mon coeur est comme la lune d’automne
pure et immaculée sur le lac de jade
Rien ne peut servir de comparaison…
Dites-moi, comment l’enseigner?

*

(Han Shan)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 4 Comments »

O neige, toi la douce endormeuse des bruits (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2016




O neige, toi la douce endormeuse des bruits
Si douce, toi la soeur pensive du silence,
O toi l’immaculée en manteau d’indolence
Qui gardes ta pâleur même à travers les nuits.
Douce ! tu les éteins et tu les atténues
Les tulmutes épars, les contours, les rumeurs;
O neige vacillante, on dirait que tu meurs
Loin, tout au loin, dans le vague des avenues !
Et tu meurs d’une mort comme nous l’invoquons,
Une mort blanche et lente et pieuse et sereine,
Une mort pardonnée et dont le calme égrène
Un chapelet de ouate, un rosaire en flocons.
Et c’est la fin : le ciel sous de funèbres toiles
Est trépassé; voici qu’il croule en flocons lents,
Le ciel croule; mon coeur se remplit d’astres blancs
Et mon coeur est un grand cimetière d’étoiles !

(Georges Rodenbach)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :