Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘immobiliser’

Au soir (Henri Pichette)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018




    
Au soir,
L’endormement des petits oiseaux.
Dans le reposoir du rosier sauvage
L’aiguille libellule immobilise la gaze des ailes.
Un effet de lune bombe la face de l’étang.
Restes d’un feu de jardinier,
Mille braises tremblantes
Rêvent leur fumée.

(Henri Pichette)

 

Recueil: Poèmes offerts
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poète immobilise l’espace (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018



Le poète immobilise l’espace ;
il tâche de le guérir de sa maladie
qui est le temps.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Alchimie (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2017



Alchimie

Mon cœur immobilise
La lenteur du temps
Et je mixe les mots avec les sons
Au crépuscule de la mélancolie
Avec un rictus
Je salue les intempéries

Sous ce ciel d’améthyste
Je me sens joyeusement triste
Alors que tes seins de vierge
Tes seins de chair
Bombent de vitalité
L’ombre bleu clair du présent
Flotte au-dessus du sol pesant
Où le vert du pré s’égaie

Le soleil métamorphose le toit
Mais un nuage l’assombrit
Et malgré l’ironie du vent
La rivière promet toute sa fraîcheur

Je dérobe le temps au coffre de l’horloge
Pour le transformer en lingots d’insouciance.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: Pascal Gonzalez

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment suis-je parvenu à être tout entier moi-même ? (Alain Jouffroy)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2016



Comment suis-je parvenu à être tout entier moi-même ?
Mort, oh Mort !
Mort, qui m’a rendu ainsi à moi-même ?
Qui m’est plus extérieur
Et fait moins de moi que moi-même,
Mort, oh Mort !
Mort, qui s’immobilise dans mon cerveau
Et semble me toucher dans toutes mes veines ?
Quelle est cette chose, Mort
Qui vient de la terre saisir ma vision,
Puis se jeter dans le ciel ouvert ?

Et que faire si ça ne crève pas ?

L’amour

(Alain Jouffroy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fenêtre, qu’on cherche souvent (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016


Fenêtre, qu’on cherche souvent
pour ajouter à la chambre comptée
tous les grands nombres indomptés
que la nuit va multipliant.

Fenêtre, où autrefois était assise
celle qui, en guise de tendresse,
faisait un lent travail qui baisse
et immobilise…

Fenêtre, dont une image bue
dans la claire carafe germe.
Boucle qui ferme
la vaste ceinture de notre vue.

(Rilke)


Illustration: Max Liebermann

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’enfant, lui (Bernard Perroy)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2016



L’un bouge et voyage
en évitant
les profondeurs de son coeur…

L’autre, tenu par les ravages
de la maladie,
va où l’événement le désinstalle,
l’immobilise…

Un autre encore
parcourt le monde entier
tout en sachant demeurer
dans le silence azuré de son coeur…

L’enfant, lui,
d’une bille,
accède à tous les rivages…

(Bernard Perroy)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

INVENTION DE L’AMOUR (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2016



Nik Helbig -ImpressioniArtistiche-14 [1280x768]

INVENTION DE L’AMOUR

ici et là, partout et même
Où n’étant plus tu es encor
Je te découvre et te ramène
Dans l’ombre étroite de ton corps.

Tu peux perdre ici ta présence
Et disperser ton mouvement,
Dans ta forme qui recommence
J’immobilise mon tourment.

Tu n’es plus ce nom, ce visage,
Cette colère, cette loi :
Tu conduis dans mon paysage
La saison qui n’aime que toi.

Je n’existe plus si je doute,
Ombre vive aux bras transparents,
Et si tu parles je n’écoute
Que le silence où je m’entends.

(Louis Emié)

Illustration: Nik Helbig

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’écart de deux étoiles (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2015



 

Quelques rares abeilles
mesurent l’étendue

leur feu minuscule
approfondit l’azur

immobilise le mouvement
des heures

fixe entre chaque fleur
l’écart de deux étoiles

(Jean Mambrino)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :