Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inassouvie’

Salut en l’immortalité ! (Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



 

Anne-Marie Zilberman  (26)

Salut en l’immortalité !

A la très chère, à la très belle
Qui remplit mon coeur de clarté,
A l’ange, à l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité !

Elle se répand dans ma vie
Comme un air imprégné de sel,
Et dans mon âme inassouvie
Verse le goût de l’éternel.

Sachet toujours frais qui parfume
L’atmosphère d’un cher réduit,
Encensoir oublié qui fume
En secret à travers la nuit,

Comment, amour incorruptible,
T’exprimer avec vérité ?
Grain de musc qui gis, invisible,
Au fond de mon éternité !

A la très bonne, à la très belle
Qui fait ma joie et ma santé,
A l’ange, à l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité !

(Baudelaire)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De l’autre côté de la nuit (Sylvestre Clancier)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



De l’autre côté de la nuit,
il y a cette présence et ce silence
espérés,
de ce côté, l’attente
et cette lancinante question.

De l’autre côté du jour,
il y a les chimères de la vie,
une ferveur inassouvie,
de ce côté, l’interminable fuite
des jours et des nuits.

(Sylvestre Clancier)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le pauvre héliotrope (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2018



 

[…]
Et le pauvre héliotrope tout petit pour contenir tant
de chaleur et de lumière
Ignorant les limites de son amour,
Alors qu’il fallait se fondre et non posséder,
Et que si le repos de l’être exige du silence qu’il absorbe
l’esprit,
Au poème de la douce chair il n’est de foudroyant éclair
A unir les deux pôles du désir
Que dans l’ultime nuit,
Le pauvre héliotrope réduit à ne plus se connaître
Se fane, penche la tête,
Et le présent cligne de l’oeil,
Tandis que quelque part sur la voûte du zodiaque,
Du côté opposé au soleil,
Les éléphants de l’éternité sonnent de la trompe,
Et la chair inassouvie souhaite la mort
A l’heure que s’émeut le premier duvet de l’amour.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ICI, AILLEURS (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2015



Adrian Borda _13 [1280x768]

 

ICI, AILLEURS

Ailleurs le monde est doux
L’air est meilleur et de partout
Coulent des fleuves d’or et de musique
Ailleurs dormir mon coeur tragique
Ailleurs est à l’envers de nous

Au loin j’entends chanter
Comme une enfant j’entends danser
Ses pieds petits qui font de la dentelle
Au loin déjà mon âme est-elle
Partie au loin du coeur cassé

J’irai chez les parfums de feu de bois
Dans les recoins de mes hivers
J’irai vers les odeurs de sel et sable
Insaisissable
Est la fumée
Accoutumée
Aux matins de la mer

Ici j’use mes dents à mordre un fruit de fer

Au bout du bout de l’oeil
Au bout de l’or et de l’orgueil
Tournent des astres d’ambre et d’eau dolente
Au bout de la lumière lente
À nous tirer de nos cercueils

J’entends tomber le temps
Comme un caillou j’entends mon sang
Battre dedans le temps de quatre vies
Au bout d’une étoile endormie
Je rêve ailleurs et je m’attends

J’irai chez les cristaux
Vivre les jeux interrompus de l’autre corps
J’irai vivre mes âmes polymères
J’irai me taire
Dans une vie
Inassouvie
Où le coeur chante encor

Ici j’use mes mots sur du temps que je perds.

(Gilles Vigneault)

Illustration: Adrian Borda

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Solitude (Katherine Mansfield)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2015



Solitude

C’est la Solitude maintenant qui vient la nuit,
A la place du Sommeil, s’asseoir près de mon lit.
Telle une enfant fatiguée je repose et guette ses pas,
Je la regarde doucement souffler la bougie.
Elle reste assise, immobile et sans bruit,
Lasse, si lasse, laissant tomber sa tête.
Elle aussi est vieille; elle aussi a livré le combat.
De feuilles de laurier son front est couronné.

Dans l’obscurité morne, la marée lentement descend,
Se brise inassouvie sur la rive stérile.
Un vent étrange passe… puis, le silence. Je voudrais
Me tourner vers elle, la prendre par la main,
La serrer dans mes bras et attendre ainsi
Que la terre stérile soit remplie
Par la terrible monotonie de la pluie.

***

Loneliness

Now it is Loneliness who comes at night
Instead of Sleep, to sit beside my bed.
Like a tired child I lie and wait her tread,
I watch her softly blowing out the light.
Motionless sitting, neither left nor right
She turns, and weary, weary droops her head.
She, too, is old; she, too, has fought the fight.
So, with the laurel she is garlanded.

Through the sad dark the slowly ebbing tide
Breaks on a barren shore, unsatisfied.
A strange wind flows… then silence. I am fain
To turn to Loneliness, to take her hand,
Cling to her, waiting, till the barren land
Fills with the dreadful monotone of rain.

(Katherine Mansfield)


Illustration: Nicolaes Maes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vous souvenez-vous (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2015



vous souvenez-vous
comme nous avions
peur / envie
du corps de l’autre?

Notre intime mélodie:
inassouvie désirance.

Ah, vraiment charmant,
n’était-il pas charmant, ce
jeu?
(délicieux / déchiré)

(Emmanuelle Le Cam)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :