Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inattendue’

ANÉMONES (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



ANÉMONES

Se faire ensorceler – il n’y a rien de plus simple.
C’est un des plus vieux trucs du printemps et de la terre :
les anémones. Qui sont inattendues, d’une certaine manière.
Elles surgissent des frémissements brunis de l’année écoulée,
en des lieux négligés où sinon le regard ne s’arrêterait jamais.
Elles flambent et elles planent, oui, c’est ça, elles planent,
ce qui est dû à la couleur.
Cette-ardente teinte violacée qui n’a plus de poids à présent.
Car ici, c’est l’extase, même si elle est assourdie.
«La carrière» – chose déplacée! « Le pouvoir » et «la publicité » – choses ridicules !
Certes, ils avaient arrangé une grande réception, là-haut à Ninive, fait ripaille et moult ribotes.
Rutilants – au-dessus des têtes, les lustres en cristal flottaient, tels des vautours de verre.
À la place d’une pareille impasse, encombrée et bruyante,
les anémones ouvrent un couloir secret vers une fête authentique, d’un silence absolu.

(Tomas Tranströmer)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Où ai-je vu ce lilas de Perse (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017



J’arracherai ce jour de ta mémoire
Pour que ton regard, brumeux, désemparé,
Demande: où ai-je vu ce lilas de Perse,
Ces hirondelles, cette maison de bois ?
En m’entendant nommer, tu te rappelleras
La soudaine douleur des désirs indicibles,
Dans des villes pensives tu chercheras
Cette rue qui n’est sur aucun plan.
En voyant arriver une lettre inattendue,
En entendant derrière une porte une voix
Tu penseras: «C’est elle, elle-même,
Qui vient au secours de mon peu de foi.»

(Anna Akhmatova)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans une solitude (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2015



Rob Gonzalves 5c

Dans une solitude entre toutes choisies
parfois l’instant sacré d’une aile suspendue
Sur nous l’aile couleur des lointains
un ange une grande Victoire inattendue
Une force sereine l’Espérance
dans son halo fragile apporte l’aromate
Qui nous élève au-dessus des charniers
preuve d’azur d’un temps plus beau tableau qu’aucun démon ne gratte

(Ernest Delève)

Illustration: Rob Gonzalves

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :