Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inaudible’

Demain le fameux silence de l’éther déferlera sur nous (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2016



Demain le fameux silence de l’éther
Déferlera sur nous
A grandes houles de syllabes insensées
Qui nous assourdiront
Arracheront les haillons d’idées
Qui nous protègent encore
Et nous drosseront
Sur l’éboulis incandescent des galaxies
Pêle-mêle avec nos morts
Nos partitions de sommeil
Et nos traités d’espérance

En vain nous débattrons-nous
Avec des cris inaudibles pour nous-mêmes
Il nous faudra choir et gésir
Abominablement éveillés pour toujours
Dans l’incommensurable trou de mémoire
Que nous étions accoutumés de nommer Dieu.

(Jean Rousselot)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’inaudibles secrets (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



J’imaginais là-bas
des voix claires disant à tous
le brassement d’oeillets des aubes
l’effroi des cendres éparpillées
le soir sur les mers
disant cet éveil et ce deuil.

J’imaginais un monde
délivré des fièvres
une table sur laquelle
toutes ailes refermées
reposaient côte à côte
les mains des vivants
heureux princes de cette terre.

Mais je savais aussi
que ces oiseaux tranquilles
loin de moi
échangeraient toujours
d’inaudibles secrets.

(Jean-Paul Hameury)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Trouver une stratégie Pour tenir Debout (Christophe Bregaint)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2016



Trouver
Une stratégie
Pour tenir
Debout
Fragile et
Inaudible
Fourmi
Face aux
Secousses
D’une traversée

Au coeur
De la perdition

(Christophe Bregaint)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Alain Chayer

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne cherche rien (Jean-Claude Renard)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2015



Ne cherche rien. Ne vise à rien.
Apprends seulement, quand l’île finit par cacher l’île,
à être toi – non pas à toi.
Et dans les contours de la mer d’où monte, avec
d’inaudibles vents, l’odeur vanillée des jacinthes,
hors péril, hors salut,
juste au for de l’immédiat,
découvre ce qui revient au même…

Le bref reflet de tes fragments
éclaire parfois l’Un très pur :
le mystère même du mystère.
Prompte soit l’âme!
L’intime seul désigne l’inaccessible,
sait en tes os
(comme un soc dans l’être : le premier mot de toute chose)
rendre familier
l’informulable.
Et belle alors, parmi les pins,
chaque cigale de l’enfance!

(Jean-Claude Renard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :