Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inchangé’

Dans la marée des choses vivantes (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019




    
Dans la marée des choses vivantes
— chimères et grimaces,
étranger tu demeures :
qu’est-ce que cette vie ?

Y a-t-il un autre temps
dans le temps ? un autre lieu
dans le lieu ? une parole fleur
double ouverte dans la parole ?

La mort en marche, seule
incorruptible, sculpte
en toi la statue de l’impossible.

Tu regardes le ciel inchangé
où flottent de vains nuages
dans l’oubli de quelque dieu.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Syllabes de sable Poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’est pas de faute irrémissible pour son amour (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018


Modigliani

Nous avons cru notre corps immortel
Et le paysage inchangé,
La terre insoucieuse, les murs inébranlables.

Nous avons oublié que meurent sous nos yeux les saisons,
Près des pagodes noires de la forêt,
Dans la dignité du silence.
Les saisons sans actions, sans geste, sans parole,
Chacun léger, si léger. Les nations,
Des gouttes qui s’égarent
Sur la paroi du seau.

Le temps
Fébrilement sépare, mais un souffle suffit
Pour nous unir, dépassant notre ardeur.
L’espérance nous rend graves. Il n’est pas
De faute irrémissible pour son amour.

(Philippe Delaveau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Magnifiquement calme (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos     
Magnifiquement calme, inviolé, inchangé,
Le paysage guette. Il attend,
Familier.
A nous de choisir l’ombre bleue,
Les allées qui ouvriront le chemin.
Un petit vent comme un jeune chien nous accompagne,
Il gambade,
Il unit la terre à l’autre terre.

(Jean Malrieu)

 

Recueil: EN PAYS DE VERTIGE
Editions: Le Verbe et l’Empreinte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai décharné tous les mots (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017




    
J’ai décharné tous les mots jusqu’aux os
Ils n’ont plus de sens que celui que je leur accorde
Seul le mot amour revient, inchangé,
parce qu’il est tout de tendresse, de corps partagés.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :