Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘incommunicable’

L’ART D’AIMER (Manuel Bandeira)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



 

L’ART D’AIMER

Si tu veux sentir le bonheur d’aimer, oublie ton âme,
C’est l’âme qui gâte l’amour.
En Dieu seul, elle peut trouver satisfaction,
Jamais en une autre âme.
En Dieu seul — ou hors du monde.

Les âmes sont incommunicables.

Laisse ton corps s’entendre avec un autre corps.

Les corps s’entendent, les âmes non.

(Manuel Bandeira)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’indicible (Andreï Makine)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



 

L’indicible ! Il était mystérieusement lié,
je le comprenais maintenant, à l’essentiel.

L’essentiel était indicible.
Incommunicable.

Et tout ce qui, dans ce monde,
me torturait par sa beauté muette,
tout ce qui se passait de la parole
me paraissait essentiel.

L’indicible était essentiel.

Cette équation créa dans ma jeune tête
une sorte de court circuit intellectuel.
Et c’est grâce à sa concision que, cet été,
je tombai sur cette vérité terrible :
 » Les gens parlent car ils ont peur du silence.

Ils parlent machinalement,
à haute voix où chacun à part soi,
ils se grisent de cette bouillie vocale
qui englue tout objet et tout être.

Ils parlent de la pluie et du beau temps,
ils parlent d’argent, d’amour, de rien.
Et ils emploient,
même quand ils parlent de leurs amours sublimes,
des mots cent fois dits,
des phrases usées jusqu’à la trame.
Ils parlent pour parler.

Ils veulent conjurer le silence… »

(Andreï Makine)

Découvert ici: https://direcestfaire.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

SILENCE (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2017



SILENCE

Toutes paroles me deviennent intérieures
Et ma bouche se ferme comme un coffre
qui contient des trésors
Et ne prononce plus ces paroles dans le temps,
des paroles en passage,
Mais se ferme et garde comme un trésor ses paroles
Hors l’atteinte du temps salissant, du temps passager.
Ses paroles qui ne sont pas du temps
Mais qui représentent le temps dans l’éternel,
Des manières de représentants
Ailleurs de ce qui passe ici,
Des manières de symboles
Des manières d’évidence de l’éternité qui passe ici,
Des choses uniques, incommensurables,
Qui passent ici parmi nous mortels,
Pour jamais plus jamais,
Et ma bouche est fermée comme un coffre
Sur les choses que mon âme garde intimes,
Qu’elle garde
Incommunicables
Et possède ailleurs

Parole sur ma lèvre déjà prends ton vol,
tu n’es plus à moi
Va-t-en extérieure, puisque tu l’es déjà ennemie,
Parmi toutes ces portes fermées, sois fermée
en ton marbre implacable.

Impuissant sur toi maintenant dès ta naissance

Je me heurterai à toi maintenant
Comme à toute chose étrangère
Et ne trouverai pas en toi de frisson fraternel
Comme dans une fraternelle chair qui se moule à ma chair
Et qui épouse aussi ma forme changeante.

Tu es déjà parmi l’inéluctable qui m’encercle
Un des barreaux pour mon étouffement.
Te voilà verbe en face de mon être
un poème en face de moi
Par une projection par-delà moi de mon arrière-conscience
Un fils tel qu’on ne l’avait pas attendu
Être méconnaissable, frère ennemi.
Et voilà le poème encore vide qui m’encercle
Dans l’avidité d’une terrible exigence de vie,
M’encercle d’une mortelle tentacule,
Chaque mot une bouche suçante, une ventouse
qui s’applique à moi
Pour se gonfler de mon sang.

Je nourrirai de moelle ces balancements.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Jan Balet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Silence (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016


 

Silence

Toutes paroles me deviennent intérieures
Et ma bouche se ferme comme un coffre
qui contient des trésors
Et ne prononce plus ces paroles dans le temps,
des paroles en passage,
Mais se ferme et garde comme un trésor
ses paroles
Hors l’atteinte du temps salissant, du temps passager.
Ses paroles qui ne sont pas du temps
Mais qui représentent le temps dans l’éternel
Des manières de représentants
Ailleurs de ce qui passe ici,
Des manières de symboles
Des manières d’évidences de l’éternité qui passe ici,

Des choses uniques, incommensurables,
Qui passent ici parmi nous mortels,
Pour jamais plus jamais,
Et ma bouche est fermée comme un coffre
Sur les choses que mon âme garde intimes,
Qu’elle garde
Incommunicables
Et possède ailleurs.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout porte à croire (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2016



Tout porte à croire
qu’il existe un certain point de l’esprit
d’où la vie et la mort,
le réel et l’imaginaire,
le passé et le futur,
le communicable et l’incommunicable,
le haut et le bas
cessent d’être perçus
contradictoirement.

(André Breton)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :