Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inconscience’

QUAND TU VIENS CHEZ MOI… MON COEUR (Charles Aznavour)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



 

QUAND TU VIENS CHEZ MOI… MON COEUR

Quand tu viens chez moi
Je ne sais pourquoi
Je suis ému comme un enfant
Mon coeur
Je suis angoissé
Jusqu’à ce baiser
Qui vient dissiper
Ma peur profonde
Et quand simplement
Amoureusement
Tu viens te coller contre moi
Mon coeur
A sentir ton corps
Là contre mon corps
Je m’enivre de ta tiédeur
L’envie de s’aimer
Nous prend tout entier
Et comme on le sait d’avance
On baisse les yeux
Et c’est merveilleux
De candeur et d’inconscience
Quand tu viens chez moi
II entre avec toi
Un tourbillon de volupté
Mon coeur
Un je ne sais quoi
Qui fait mal de joie
Qui nous oppresse et nous saisit
Mon coeur
Et quand vient le jour
Abattus d’amour
On s’endort quand tu viens chez moi.

(Charles Aznavour)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La bête de somme (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2018



    

La bête de somme passe au milieu de nous,
sans se départir de sa muette dignité.
Se chargeant de tout le poids de notre inconscience,
elle nous fixe de son regard de pitié.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MUSIQUE (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



MUSIQUE

Moins qu’une chanson,
Pas une voix,
Ni aucun air arrangé d’avance;
Un son frais
Qui coule tout seul
Comme le son d’une flûte
Qu’on aurait
Perdue en forêt
Et qui laisserait
Couler sa musique
À sa façon,
Sans façon
Et sans air,
Maintenant qu’aucune lèvre
Ne la dirige
Et que toute la forêt
La prie
De dire ce qu’elle a
De musique au cœur,
Au cœur
Et bien plus loin que le cœur,
Là où c’est sourd et plein,
Mystère et inconscience.
Moins qu’une chanson;
Un son frais
Qui coule tout seul
Comme le son d’une flûte
Qu’on aurait
Perdue en forêt.

(Anne Hébert)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Message troublant (Georges Sédir)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016


Message troublant

Sur un mur de métro, sur un bout de journal
déchiré, sur un vieux programme
quelques lignes. Lues de travers, hâtivement.

La phrase est mutilée, ces mots n’ont pas de sens
ou en ont trop. Leur voisinage
surprend. Naît une image étrange.

Parmi les je-sais-tout et les trop sûrs d’eux-mêmes
certains, qui lurent au hasard, ont éprouvé
un bref malaise, un dégoût vague
un choc troublant leur inconscience
– galet lancé dans leur eau tiède.

D’autres qui pensaient n’être rien
respirent mieux, vivent plus haut
et redressent la tête, épurés, délivrés
comme si remontaient de l’abîme un pardon,
un réconfort, un évangile, une promesse.
Pour eux les mots réconciliés sont harmonie
et signe.

Tous avaient sans la reconnaître
touché la poésie. Tous en furent brûlés.

(Georges Sédir)

Illustration: Henri Matisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Si la nuit est pour vous ce temps de trêve (Lydie Dattas)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2016



lydie-dattas

Si la nuit est pour vous ce temps de trêve et d’inconscience
qui va du crépuscule du soir au crépuscule de l’aube,
et si elle cesse pour vous avec le jour,
elle est ma conscience même
et n’a pour moi pas de fin…

(Lydie Dattas)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’enfant peint un arc-en-ciel (Milan Rúfus)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2016



josephine-wall-enfant-arc-en-ciel-14aca8-800x600

L’enfant peint un arc-en-ciel (Chlapec mal’uje dúhu)

Aveugle comme
l’oisillon à peine éclos
tout tendre
et hardi comme l’inconscience
l’amour m’a fait connaître la douleur
semblable au sel, je n’en connaissais pas le prix.

Le jour s’est assombri
une angoisse enragée a fouetté
ses chevaux gris
sur ses genoux désertés le poème a découpé des ailes
et commis de tristes rimes.

Et l’arc-en-ciel d’été s’abreuve
aux eaux troubles
comme aujourd’hui ma paix boit à mes veines.
Pardonne-moi,
joie,
si j’ai blasphémé de toi
avant même d’avoir appris à aimer.

***

A Boy Paints a Rainbow

Blind, too,
like a fledgling,
and tender
and unconsciously brazen,
love offered me pain;
like salt, I didn’t know its worth.

And the day grew dark
and a mad anguish whipped on
the day’s gray horses.
The poem folded its wings in an empty lap
and with a sad rhyme sinned.

Yet from murky waters
the summer rainbow drinks
just as my repose from my veins today.
Forgive me,
joy,
if I blasphemed you
before I learned to love.

(Milan Rúfus)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Josephine Wall 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les années ont été pour nous, pas contre nous (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2016



Les années ont été pour nous, pas contre nous.
Nos ombres ont respiré ensemble.
Sous nous les eaux du fleuve des événements coulaient presque avec silence.
Nos ombres respiraient ensemble et tout en était recouvert.
J’ai eu froid à ton froid. J’ai bu des gorgées de ta peine.
Nous nous perdions dans le lac de nos échanges.
Riche d’un amour immérité, riche qui s’ignorait
avec l’inconscience des possédants,
j’ai perdu d’être aimé.
Ma fortune a fondu en un jour.

(Henri Michaux)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Illustration: René Magritte

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit de peu de nuit, encore (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Nuit de peu de nuit, encore

Comme rendez-vous tacite avec les songes désertés
Quelle prière prononcer
pour goûter huit heures d’inconscience
Je pose des pierres blanches autour d’un frêne
j’invite chacun à prendre la part du songe
à laisser celle du mort

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Drew Ernst

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dormir (Daniel Biga)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2016



Dormir

Je ne me suis jamais habitué au moment incertain
– bien que revécu quotidiennement –
où de la veille j’entre dans le sommeil.

Comment, quand tombe-t-on dans l’inconscience ?
Cela ne relève pas d’un instant précis,
plutôt d’une durée,
un peu comme lorsqu’on avance sur un chemin qui se déroule
et sans qu’on s’en rende compte tourne.
Lorsqu’on se retourne le paysage a changé,
et l’on ne voit plus ce qui se cache
derrière le dernier tournant.

Ainsi – comme dormir –
mourir nous changera-t-il d’horizon.

(Daniel Biga)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que je sois l’inconscience des fleurs (Jacques Ancet)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2015



Que je sois l’inconscience des fleurs

Que je sois toujours comme cet arbre.
Certains jours il revient sur la vitre
ébloui de sa propre blancheur.
Il ne la connaît pas. Il l’accueille
mais il l’oublie. Que chaque heure soit
cette même blancheur, cet oubli.
Le vide d’un accord immobile
qui n’attend rien que sa propre attente.
Que je sois l’inconscience des fleurs.

(Jacques Ancet)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :