Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘indiquer’

Le silence est un message de l’ombre (Amina Saïd)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019



 

le silence est un message de l’ombre
qui ne franchit aucun seuil et se nourrit
de la lumière et de son absence

le silence est un signe quand la parole
fait erreur ou reste inachevée

le silence est un jardin du ciel
qui adresse au ciel une prière muette
en forme de paysage

le silence est une question
posée à la question

le silence est la maison où habite le poème
où il prend corps
tout en se condamnant au silence

le silence est une musique dont les notes
sont les planètes et leurs étoiles

le silence est une saison où mûrit le fruit
d’un poème sans mots

le silence est une vibration de l’immobile
un chant à naître dans la gorge
d’oiseaux en forme de voyelles

le silence est une errance
qui indique discrètement le chemin
au milieu du chemin

le silence est la main qui ouvre le poème
la voix tremblée de l’âme d’où surgit
ce que nous sommes et ne sommes pas

le silence est le rêve de l’être qui rêve
sa naissance d’avant sa naissance
et tait son premier cri

le silence est le miroir qui lave la parole
dans l’eau la plus nue de la parole

le silence est un miracle inachevé
où le monde prend forme d’un seul coup

(Amina Saïd)

 
Illustration

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le vrai (Baruch Spinoza)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018




    
Le vrai indique lui-même
ce qui est vrai ou faux.

(Baruch Spinoza)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Sémiotique (Valentino Zeichen)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018




    
Sémiotique

Comme la loupiotte rouge
qui s’allume au tableau de bord
et indique au conducteur
que l’essence touche à sa fin,
ainsi, le sentiment
que j’avais pour toi,
est entré en réserve.

(Valentino Zeichen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parmi des débris de paroles (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



Illustration: Philippe Legoubin
    
Parmi des débris de paroles
et des caresses en ruine,
j’ai trouvé quelques formes qui revenaient de la mort.

Elles venaient de démourir,
mais ne pouvaient s’en tenir là.
Elles devaient régresser encore,
elles devaient tout dévivre
et après dénaître.

Je ne pus leur poser de question,
ni les regarder deux fois.
Mais elles m’indiquèrent l’unique chemin
qui ait issue peut-être,
celle qui, remontant de la mort,
à rebours de la naissance,
vient retrouver le néant du départ
pour reculer encore et se dénéanter.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 1
Traduction: Roger Munier
Editions: Fayard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Côte à côte (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018




    
Côte à côte

Des palais d’argent vénèrent nos mains
Ils ont inventé notre exil
Jusqu’aux sources éclairées des campagnes
Loin, nous irons loin parmi les feuilles
Les nids blancs indiqueront le chant de nos voyages

Tu iras au-devant, ma compagne inconnue
Te retournant avec le soir
J’aurai sombré, je serai là, haletant
Et transi, tu cesseras plus longtemps de marcher

Puis nous irons côte à côte Ô mémoire défendue
La main dans la main de l’autre, de personne.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sylvia Plath (Alexàndra Galanou)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018



Sylvia Plath
    
Sylvia Plath

Depuis longtemps ses yeux
ne voyagent plus.
Ils tournoient dans le vide
en décrivant des cercles vides
et reviennent en silence
quelque part au centre
du coeur.

Au matin on l’a trouvée
dormant
un distique dans ses bras.
Le faire-part de deuil
indiquait « Poète ».

***

(Alexàndra Galanou)

 

Recueil: Dans les recoins des mots
Traduction:
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien, aucun signe (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



Illustration: Yolande Naufal
    
Rien, aucun signe ne t’indique le mot à
dire, le geste à faire. Et tu continues.

(Jean-Louis Giovannoni)

 

Recueil: Les mots sont des vêtements endormis
Traduction:
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

REMISE (René Char)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
REMISE

Laissez filer les guides maintenant c’est la plaine
Il gèle à la frontière chaque branche l’indique
Un tournant va surgir prompt comme une fumée
Où flottera bonjour arqué comme une écharde
L’angoisse de faiblir sous l’écorce respire
Le couvert sera mis autour de la margelle
Des êtres bienveillants se porteront vers nous
La main à votre front sera froide d’étoiles
Et pas un souvenir de couteau sur les herbes

Non le bruit de l’oubli là serait tel
Qu’il corromprait la vertu du sang et de la cendre
Ligués à mon chevet contre la pauvreté
Qui n’entend que son pas n’admire que sa vue
Dans l’eau morte de son ombre.

(René Char)

 

Recueil: Poèmes et proses choisies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FAUSSE INDICATION (Giorgio Caproni)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2017




    
FAUSSE INDICATION

L’écriteau indiquait « Frontière ».
Je cherchai la douane. Il n’y en avait guère.
Derrière la grille, je ne vis
ombre de terre étrangère.

***

FALSA INDICAZIONE

« Confine », diceva il cartello.
Cercai la dogana. Non c’era.
Non vidi, dietro il cancello,
ombra di terra straniera.

(Giorgio Caproni)

 

Recueil: Le mur de la Terre
Traduction: Philippe Di Meo
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arbre (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



   Illustration
    
Arbre
au milieu des champs
Calme îlot assailli
d’invisibles remous
Ouvert à tous les orients

Vers nous
Dit le bonheur d’être ici
Vers ailleurs
Indique la voie
aux oies sauvages

Soudain lointain et absent
Tel midi sous un ciel écumant
où s’éveille le tonnerre

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :