Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inhabité’

Le coquillage (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2017



Le coquillage

Peut-être te suis-je inutile,
Nuit; de l’abîme universel
Je suis sur ta rive jeté
Comme un coquillage sans perle.

Ta vague indifférente bat,
Et tu chantes, inconciliable;
Mais tu aimeras, tu apprécieras
Le mensonge de l’inutile coquillage.

Tu vas revêtir ta chasuble,
T’étendre sur le sable auprès de lui,
Y nouer avec des liens indissolubles
La cloche énorme des roulis.

Et le coquillage fragile
Tu vas l’emplir d’un murmure d’écume,
Comme la maison d’un coeur inhabité,
Et de vent, et de pluie, et de brume…

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Visages de jeunes filles (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



Andrei Markin           -ImpressioniArtistiche-19 [1280x768]

Visages de jeunes filles,
visage sans « je »,
visages sans capitaine.

Miroirs de la race,
visages encore inhabités
que la volonté n’a pas eu le temps de durcir
et de rendre forteresse.

Visages ouverts,
visages donnés,
mais où il n’y a personne à prendre.

Visages qui ne vous appartiennent pas.
Visages universels.

[…]

J’ai eu le vertige, j’ai le vertige.
Impossible de faire un geste de crainte de tout détruire,
hésitant entre le respect, l’adoration et la convoitise

(Henri Michaux)

Illustration: Andrei Markin 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE POÈME ÉPINGLÉ SUR LE MUR (Sándor Bihari)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



poeme

LE POÈME ÉPINGLÉ SUR LE MUR

Les mouvements musculaires de la pensée
peu à peu s’ordonnant poème.

Vivre en face d’elle comme d’un couteau, d’un verre,
d’un soleil en éclaircie.

Elle épie, telle la main sur le ventre d’une future maman,
tel le périscope à l’affût du possible.

Le temps inhabité nous cherche,
les routes de la terre voudraient s’entre-engendrer.

(Sándor Bihari)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’espace inhabité du temps (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016




C’était toujours
de vastes chambres muettes
des rideaux coupant l’âme
– ici les choses trop quotidiennes
là-bas des univers sans nom –
d’obscures fenêtres
des vents pressés
des lueurs vite effacées
– et le temps
l’espace inhabité du temps.

(Jean-Paul Hameury)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

UN RÉVEIL (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2015




UN RÉVEIL

À l’intérieur d’un rêve j’étais emmuré.
Ses murs n’avaient ni consistance
ni poids : leur vide était leur poids.
Les murs étaient des heures et les heures
pesanteur fixe, accumulée.
Le temps de ces heures n’était pas du temps.

Je sautai par une brèche : il était quatre heures
dans ce monde. La chambre était ma chambre
et dans chaque chose mon fantôme.
Je n’y étais pas. Je regardai par la fenêtre :
sous la lumière électrique pas une âme.
Réverbères en veille, neige sale,
maisons et voitures endormies, l’insomnie
d’une lampe, le chêne qui parle tout seul,
le vent et ses couteaux, l’écriture
des constellations, illisible.

En elles-mêmes les choses s’abîmaient
et mes yeux de chair les voyaient
accablées d’être, réalités
nues de leurs noms. Mes deux yeux
étaient des âmes en peine par le monde.
Dans la rue sans personne la présence
passait sans passer, dissipée
dans ses créatures, fixe dans ses mutations,
déjà devenue maisons, chênes, neige, temps.
Vie et mort fluaient confondues.
Regard inhabité, la présence
avec les yeux de personne me regardait :
faisceau de reflets sur précipices.
Je me retournai : la chambre était ma chambre
et je n’étais pas là. À l’être rien ne manque
– toujours plein de soi, jamais le même –
même si nous n’y sommes plus… Dehors,
encore indécises, des clartés :
l’aube entre des terrasses confuses.
Déjà les constellations s’effaçaient.

(Octavio Paz)

Illustration: Katerina Kockova  (Le Rêve d’un intellectuel fatigué)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Statues inhabitées (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2015


statue

 

Cet arbre. Un autre.

Il rame encore parmi les eaux désertes
du regard.

Insinuant une plaine plus grave
mais qui s’est divertie.

Statues inhabitées.

Je ne sais plus les gestes immobiles
qui rappellent la mer.

(Claude Esteban)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :