Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inlassablement’

Palombes (Frédéric Kiesel)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2017



Palombes

Au temps des premières feuilles,
Etonnées par leur propre douceur,
Inlassablement mille palombes
Roucoulent la tendresse du monde.

(Frédéric Kiesel)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Ce qui est triste (Ishikawa Takuboku)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Ce qui est triste
c’est qu’inlassablement attaché à mon ego
je sois un homme qui ne sache qu’en faire

(Ishikawa Takuboku)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Alain Chayer

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Norias (Jérôme et Jean Tharaud)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



Norias

Dans l’aimable ville de Hama,
tout empêche de penser à rien.
Rapide et brillant de lumière,
l’Oronte coule entre les saules, les peupliers,
les grenadiers et des noyers énormes,
comme je n’ai vu que là-bas.

De distance en distance,
d’immenses roues vont porter leur eau en plein ciel…
Une longue caresse musicale sort de ces roues gémissantes;
c’est assez indéfinissable,

quelque chose comme un bruit d’orgue ou de cloche lointaine,
un vague meuglement de troupeau,
un frelon qui bourdonne,
un murmure de sirène,
une harmonie continue, qui est le silence d’ici,
et où chaque roue met sa note,
sa vibration particulière.

Inlassablement,
l’eau monte emportée
par l’effort du fleuve
(…).

C’est un rêve oublié au bord de l’eau,
une poésie musicale faite de rien,
d’amour, de nonchalance, de chants d’oiseaux
dans les verdures mouillées,

une construction d’azur et de songe,
bâtie de matériaux fragiles,
on ne sait pas par qui ni pourquoi,
et qui ne tient en équilibre
que par la puissance d’un rêve.

(Jérôme et Jean Tharaud)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme une joie unique (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2016



Comme une joie unique
tu es dorénavant donné au coeur —
Inlassablement, tombe,
fontaine mystérieuse.

En hautes gerbes
Elance-toi et retombe —
Et de toutes tes voix
Soudain, d’un coup, tais-toi.

Mais habille-moi toute l’âme
Par la chasuble d’une pensée grave,
Comme du mélèze humide
L’abri frissonnant.

***

Единственной отрадой
Отныне сердцу дан —
Неутомимо падай,
Таинственный фонтан.

Высокими снопами
Взлетай и упадай
И всеми голосами
Вдруг — сразу умолкай.

Но ризой думы важной
Всю душу мне одень,
Как лиственницы влажно-
Трепещущая сень.

***

A sole delight
for the heart, from this time on
– mysterious fountain,
fall, and fall, and go on

Fly up like tall sheaves,
blow up, drop down
and let all your voices
stop — suddenly — at once.

But dress my whole soul
in a cloak of grand thought,
flickering like the damp
larch-tree’s canopy.

(Ossip Mandelstam)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Natura (Yves-Emmanuel Dogbé)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


josephine wall

 

Je suis étendu sur ta montagne vierge
Inlassablement
Je me mets à contempler à en perdre le souffle
L’idyllique randonnée
De ton firmament
Je sais trop bien à quoi tu ressembles
Tu es Dieu ou Ange et Démon tout à la fois
Et j’adore ton omnivalence

(Yves-Emmanuel Dogbé)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’instant de poésie (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2015



L’instant de poésie:
fragile, à cause de nous
qui ne savons pas séjourner;
pas à cause d’elle,
poésie,
qui est égale
inlassablement.

(Andrée Chedid)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :