Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inquiéter’

Hallucination (Maurice Federman)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



Hallucination

La forêt m’apporta les reflets
des images égarées et lointaines…
Son silence m’enveloppa
Comme le regard de tes yeux
Et je rêvais aux nuits chaudes et inquiètes…

Leurs images se confondent…
Etendant leurs ombres fragiles
Sur les montagnes et disparaissent…
Je ne vois plus que ton corps
qui m’étreint de sa chaleur…
Et des flèches de sang
tachent l’eau cristalline
de la rivière de ma jeunesse…

Un éclat de rire retentit
L’éclair bleuit tes dents blanches
Je vois sombrer l’espace…

(Maurice Federman)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration: Carolus-Duran

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand ma chienne me regarde (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2017



Quand ma chienne me regarde
ses yeux se posent en vérité
dans mon dos sur le vaisselier
ou sur la ligne des arbres
par la fenêtre ouverte.
Elle me regarde
comme à travers une porte en perles
et c’est l’au-delà qu’elle voit
et par moments qui l’inquiète.

(Gérard Le Gouic)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La girouette (Albert Lozeau)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



La girouette

La girouette au bout du pignon tourne au vent ;
Et selon que le vent la caresse ou la fouette,
Plus ou moins vite, on voit, tourner la girouette,
Sa pointe en tous les sens et sans cesse en avant.

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, elle vire
En décrivant un rond qui s’efface dans l’air ;
Parfois, elle s’arrête, et de son doigt de fer
Désigne longuement un objet qui l’attire.

La girouette oscille et fait un demi-tour,
Elle hésite, on dirait qu’elle a peur de l’espace ;
Elle se meut de droite à gauche au vent qui passe :
Attentive, elle écoute et regarde alentour.

Voici que tout à coup un souffle la bouscule ;
Elle tourne, et s’arrête encore brusquement,
Comme prise soudain d’un grand étonnement…
Puis, recommence son manège minuscule.

Je ne me moque point de ses tours et ses sauts,
Ainsi qu’elle, mon cœur est une girouette ;
Le jour furtif l’émeut, l’agite et l’inquiète,
L’orientant toujours vers des rêves nouveaux.

Il lui montre à plein ciel les bonheurs qu’il envie,
Mais il ne lui permet jamais de les goûter ;
Lui dont le seul désir serait de s’arrêter,
Il tourne, hélas ! il tournera toute la vie !…

(Albert Lozeau)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La montagne (Richard Rognet)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2016



La montagne — sa grande
joie, nos paroles
l’inquiètent, elle
est lumière,
le temps presse.

Montagne — respiration,
voix des prophètes
entre les pierres, voix
des rivières, quotidiennes

nous n’entendons rien
de toi, nous empilons
nos bavardages, nous
ne louons que nous.

(Richard Rognet)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je serai jardinier (Attila Joszef)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2016



 

Je serai jardinier

Je serai jardinier : des arbres à cultiver,
au lever du soleil moi aussi me lever,
n´avoir rien pour m´inquiéter
sinon la fleur que j´ai plantée.

Chacune des fleurs que j´ai plantées
au rang des fleurs sera ma préférée,
même l´ortie, à la bonne heure,
tant elle sera vraie, ma fleur.

Pipe à la bouche, buveur de lait,
à bonne renommée je veillerai de près,
Le danger ne m´atteint plus guère,
je me suis mis moi-même en terre.

Il le faut vraiment, oui, vraiment,
et au levant et au couchant,
– quand le monde sera décombres,
qu´il y ait une fleur sur sa tombe.

(Attila Joszef)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

THRÈNE (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2015




THRÈNE

Plus jamais pour nous le bref soupir,
Plus jamais les vents du crépuscule qui inquiètent.

Vois le joli mort!

Plus jamais la flamme qui m’anime.
Plus jamais le froissement des ailes
Qui bruissent dans l’air au-dessus de nos têtes.

Vois le joli mort!

Plus jamais le désir qui m’écorche,
Plus jamais le tremblement
Des mains qui se rencontrent.

Vois le joli mort!

Plus jamais pour nous le vin des lèvres,
Plus jamais pour nous la connaissance.

Vois le joli mort!

Plus jamais le torrent,
Plus jamais pour nous le lieu de rencontre

(Vois le joli mort!)

Tintagel.

(Ezra Pound)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :