Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘inséparable’

J’ai dans les mains (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019



    

J’ai dans les mains quelque chose d’épuisé.
il se peut que cela n’appartienne plus à la vie
et soit un scion anticipé de la mort.

Sa matière desséchée
ne semble plus être matière.
Sa couleur est un vernis d’emprunt.
Sa consistance, une pâleur dans le vent.

Si pour se rendre libres
mes mains le lâchaient,
cela n’arriverait même pas au sol.
Pourtant,
mes mains ne peuvent plus le lâcher.

Ce qui est épuisé
est notre partie la plus inséparable.

***

Llevo algo agotado entre las manon.
Tal vez no pertenezca ya a la vida
y sea un gajo anticipado de la muerte.

Su materia reseca
no parece ya materia.
Su color es un barniz prestado.
Su consistencia, una palidez en el viento.

Si para quedar libres
mis manos lo dejaran caer,
no llegaría ni siquiera al suelo.
Sin embargo,
mis manos ya no pueden soltarlo.

Lo agotado
es nuestra parte más inseparable.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et ma tête roule en ses rêves (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018


olbinski221

 

Elle se penche sur moi
Le coeur ignorant
Pour voir si je l’aime
Elle a confiance elle oublie
Sous les nuages de ses paupières
Sa tête s’endort dans mes mains
Où sommes-nous
Ensemble inséparables
Vivants vivants
Vivant vivante
Et ma tête roule en ses rêves.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Inséparables (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2018



Inséparables

Pauvre corps
étriqué et mal foutu
]e te remercie de ton hospitalité
Tu pousses la tolérance
jusqu’au vice
J’en profite sans vergogne
Je t’use
et tu m’uses
Inséparables nous sommes
mais pas dupes

(Abdellatif Laâbi)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OCTOBRE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



Illustration: Christian Schloe
    
OCTOBRE

Pays lié aux oiseaux
A la chevelure des femmes
A l’épaule de la plus belle
Je suis debout sur tes pianos jonchés de feuilles mortes
Au milieu de ma vie jonchée aussi de feuilles mortes
Je suis entouré de complices
Je ne cherche pas à correspondre j’appréhende
Je suis parmi les arbres comme un chef de bande
Confiance donc
Quand je prépare un Octobre éternel
Une immense fumée qui monte
Un édifice impérissable
Je vous donnerai bien davantage que le soleil
Je vous compromets à jamais avec tous les chevaux
Je vous grandis d’un coup avec tous les villages
Je vous blanchis de mes mains lavandières
Je vous rends semblable à moi par mon amour
pour vous encore je dispose
Des solitudes à venir
je puis vous mettre au sommet de la pluie
Comme aux plus hautes notes d’une lyre
Confiance donc
Ou je m’installe en vous
Comme un oiseau dans la nacelle du pommier
Comme une boule de gui lumineuse
Comme un liseron frémissant
Inséparable de vous
Je serai malgré vous
La solitude.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2017



Il convient que la poésie
soit inséparable du prévisible,
mais non encore formulé.

(René Char)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Pour toi le désespoir n’a pas lieu d’être (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017




    

Pour toi le désespoir n’a pas lieu d’être
Tant que la nuit les étoiles brûlent —
Tant que le soir répand sa rosée muette
Ou que le soleil dore le matin —

Le désespoir n’a pas lieu d’être — les larmes
Dussent-elles couler comme un fleuve —
Tes années les plus chères sont-elles pas
Pour toujours autour de ton cœur ?

On pleure — tu pleures — C’est la règle —
Les vents soupirent avec tes soupirs
Et l’hiver épanche son chagrin en neige
Où les feuilles d’automne gisent

Pourtant elles revivent — et de leur destin
Ton destin est inséparable
Alors, homme, avance sinon jubilant
Du moins jamais le coeur brisé —

***

There should be no despair for you
While nightly stars are burning —
While evening sheds its silent dew
Or sunshine gilds the morning —

There should be no despair — though tears
May flow down like a river —
Are not the best beloved of years
Around your heart forever ?

They weep — you weep — It must be so —
Winds sigh as you are sighing,
And winter pours its grief in snow
Where autumn’s leaves are lying

Yet they revive — and from their fate
Your fate can not be parted
Then man journey onward not elate
But never brokenhearted —

(Emily Brontë)

 

Recueil: Cahiers de Poèmes
Traduction: Claire Malroux
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ossia, mon ami lointain (Nadejda Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2017



    

Ossia, mon ami lointain, mon amour,

[…]

Qu’il est long et difficile
de mourir seul — seule.

Est-il pour nous, inséparables,
ce sort-là?

L’avons-nous mérité, nous,
chiots, enfants, et toi, ange?

Et tout poursuit son cours.
Et je ne sais rien.

Mais je sais tout,
et chacun de tes jours,
et chacune de tes heures
me sont clairs et visibles,
je les vois comme dans un délire.

Tu venais me visiter chaque nuit dans mes songes,
et moi je te demandais sans cesse
ce qui t’était arrivé,
et toi tu ne me répondais pas.

[…]

J’ignore si tu es vivant ou non,
mais à partir de ce jour-là, j’ai perdu ta trace.
Je ne sais pas où tu es.
M’entendras-tu?

Sais-tu combien je t’aime?
Je n’ai pas eu le temps de te dire
combien je t’aimais.

Ni ne sais le dire à présent non plus.
Je ne parle qu’à toi, qu’à toi.

Tu es toujours à mes côtés et moi,
sauvage et mauvaise,
qui n’ai jamais su simplement pleurer,
je pleure, je pleure, je pleure.

C’est moi, Nadejda.
Où es-tu?
Adieu.

Nadejda

Dernière lettre de Nadejda Mandelstam à son mari Ossip.
(Extrait de la lettre du 22 octobre 1938, traduit du russe par Sophie Momzikoff)

(Nadejda Mandelstam)

 

Recueil: Quand on n’a que l’amour
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivant vivante (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017


 

Elle se penche sur moi
Le coeur ignorant
Pour voir si je l’aime
Elle a confiance elle oublie
Sous les nuages de ses paupières
Sa tête s’endort dans mes mains
Où sommes-nous
Ensemble inséparables
Vivants vivants
Vivant vivante
Et ma tête roule en ses rêves.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les choses d’hier (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2017




    
Les choses d’hier font des virages élancés
Les choses d’hier sont des hirondelles
Mais que m’importe hier c’est aujourd’hui que j’aime
Le massif aujourd’hui inséparable de moi-même
Pourtant il était tout habillé d’or
Et de couleurs en rut
Qu’est devenue la fidélité
Du chien séparé du crâne qui couche à présent sur ma table

(Pierre Albert-Birot)

 

Recueil: Poèmes à l’autre moi précédé de La Joie des sept couleurs et suivi de Ma morte et de La Panthère noire
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Supporte la disgrâce d’un cours égal (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



Supporte la disgrâce
D’un cours égal.
Accepte l’adversité
comme inséparable
de la condition humaine.

Que faut-il comprendre par
Supporte la disgrâce d’un cours égal ?

La disgrâce n’est pas pire
que la faveur.
Toutes deux engendrent la crainte.
Ne soit donc affecté
ni par la perte
ni par le gain.

Que faut-il comprendre par
L’adversité est inséparable
de la condition humaine ?

L’homme a un corps,
c’est pourquoi
le malheur a prise sur lui.
S’il n’en possédait point,
quel événement
pourrait le frapper ?

C’est pourquoi,
à celui qui se soucie des autres
autant que de lui-même
on peut confier le monde.

Seul celui qui aime les autres
autant que lui-même
est digne de les gouverner.

(Lao Tseu)

Illustration: Cristina Pérez de Villar

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :