Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘interdire’

Rien ne s’achèvera, ne naîtra de ma vie (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2017



Rien ne s’achèvera,
ne naîtra de ma vie.

Mon sang joue dans des cornues
j’accompagne de l’oreille
sa rivière souterraine.

Mes yeux ne voient pas mes yeux,
mes muscles, mes tendons,
sont d’exotiques minéraux
que je ne laverai jamais de mes mains.

Je me tiens debout
contre les parois de ma chair,
je me tiens assis
entre mes propres bras,
je suis allongé en moi
comme dans un sarcophage.

Mon corps me colle tant
qu’il m’interdit tout mouvement.

(Gérard Le Gouic)

Illustration: Ráed Al-Rawi

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos vies sont Suisses (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



Nos vies sont Suisses –
Si calmes – si Tièdes –
Mais un après-midi étrange
Les Alpes oublient leurs Voilages
Et nous voyons plus loin!

L’Italie est là-bas!
Mais toujours faisant le guet –
Les Alpes graves –
Les Alpes fatales
En interdisant l’accès!

(Emily Dickinson)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 8 Comments »

Chanson de l’année tragique (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2016



Janvier, la neige rouge
Interdit l’avenir.

Tous les râles, Février,
Tous les râles conspirent

Mars, la voix des morts
Surprend les traînards.

Tous les râles, Avril,
Tous les râles fleurissent.

Mai, la terre joue
A changer de visage.

Tous les râles, Juin,
Tous les râles saignent.

Juillet, l’espoir crève
Comme un chien galeux.

C’est en Août qu’autrefois
On fêtait les montagnes.

Tous les râles, Septembre,
Tous les râles grondent.

Octobre, un désespéré
Fait des signes à la terre.

Soleil, Novembre, soleil
Réchauffe un peu la terre.

Une nuit de Décembre
J’ai péri de t’attendre.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On décline la solitude (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2016



 

On décline la solitude
comme un enfant les mots latins
dans la froide salle d’étude
du collège pour orphelins

les mots d’amour sont dans les livres
que le maître interdit de lire
on peut feuilleter la grammaire
on n’aura plus jamais de mère

au fond du dortoir la veilleuse
n’en finit pas de s’éteindre
et les murmures de la nuit
laissent du givre aux fenêtres

les mots de grammaire et de mère
se confondent avec les rêves
comme les rimes du poème
que l’enfant n’écrira jamais

(Jean-Claude Pirotte)

découvert ici chez laboucheaoreilles

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du néant est partie notre caravane (Rûmi)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2016



Du néant est partie notre caravane, porteuse d’amour.
Le vin de l’union illumine éternellement notre nuit.
de ce vin que n’interdit pas la religion d’amour,
Nos lèvres seront humectées jusqu’à l’aube du néant.
Car nous sommes les habitants du pays de la Joie….

(Rûmi)

Illustration: Oleg Korolev

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seras-tu, mon Amour, ma seconde lumière ? (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Anna Bilinska-Bohdanowicz  Kobieta_ze_slowikiem

Seras-tu, mon Amour, ma seconde lumière ?
Ces chemins que tes pas dans les miens ont ouverts
Me révéleront-ils cet obscur univers
Dont le ciel t’interdit d’être ma prisonnière ?

Suis-je encor ton enfant, mon invisible mère,
Celui que tu ravis à tous ceux que je perds ?
Amour, es-tu si seul que je doive, à travers
Ce visage, arracher ton ombre à sa poussière ?

Vais-je usurper sans toi ce déchirant pouvoir,
Faire bouger, là-bas, tous ces yeux pour te voir,
Donner ici ta voix aux formes du silence ?

— Tu m’entends où j’existe et tu tiens, chaque nuit,
La même porte ouverte au coeur de ton absence :
Mon abîme est le tien puisque l’autre est détruit.

(Louis Emié)

Illustration: Anna Bilinska-Bohdanowicz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE MARCHEUR (Yves Martin)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



 

Eugeniusz Zak - Tutt'Art@ (3) [1280x768]

LE MARCHEUR
VOUS NE ME VOLEREZ PAS

Vous ne me volerez pas mon plaisir.
Vous pouvez m’interdire vos femmes, croiser vos filles,
M’abandonner comme une portée de chats,
Me faire payer des prix exorbitants vos zincs.

Vos douches ne me vendangeront pas.
Vous me masquerez l’écolière, l’odeur de myrrhe des pupitres,
Vous cacherez ses cahiers de peur que je les érige.
Vous voulez des murs nets.

Vous ne m’empêcherez pas de prendre de biais, la nuit,
De jouer avec vos chambres, de vouloir nerveux vos livres.
J’ouvre les fenêtres d’une maison que j’ai voulu déserte,
Dingue de chèvrefeuille, légère, vénéneuse comme un ange.

(Yves Martin)

Illustration: Eugeniusz Zak 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE NE SERAI… (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2015



 

An He rosanna

Je ne serai
que quand tu seras mienne
Je t’attends pour devenir moi.
Mon désir qui m’empêche de parler
interdit mon poème.

Les mots sont rauques
à tant te chercher
mais quelle transparence leur viendra
lorsqu’ils couleront sur tes seins.

(Alain Borne)

Illustration: An He

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne pas dire: « après » la mort (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2015



Ne pas dire: « après » la mort.
La mort interdit tout « après ».
Fixer cet étrange ensuite.

(Roger Munier)

Illustration: Egon Schiele

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Les violettes (Yaba)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2015



Au-delà du mur
qui en interdit l’accès
voyez les violettes

(Yaba)

Illustration: Jean-Louis Dupuy

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :