Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘interruption’

Interruptions (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2018



 

Harry Brooker   Interruption

Interrupt-
ions.

(Robert Creeley)

Illustration: Harry Brooker

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , | 2 Comments »

De la rencontre aléatoire (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



    

— De la rencontre aléatoire
des yeux et des corps,
des mouvements et des mots,
des heures et des sons,
dépend la découverte imprévue
des énigmes que le réel abrite,

S’imposent le refus des contraires évidents,
l’interruption brutale des mélodies sinueuses,
l’admiration des images blessantes,
la recherche cruelle de la douceur cachée,

Naît le privilège offert au coeur lacéré,
de l’adoration muette,
à l’âme de savoir
qu’elle n’est peut-être rien ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cillement (Christian Hubin)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2016



Où chaque cillement
à la pointe
d’une immense
interruption.

(Christian Hubin)

Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Devant la dévastation (Dominique Fourcade)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2016



devant la dévastation l’horreur l’urgence les mots tous les mots se réunirent et élurent l’un d’entre eux
le mot myosotis fut instantanément choisi pour survivre
et monter dans l’arche
parce qu’il fallait un mot printanier
un mot extrême
un mot qui signifiât ne m’oubliez mie
qui est mie ? qui est mienne ?
l’espèce humaine bien sûr
les mots sont l’espèce humaine
(tout cela est arrivé alors que je m’étais baissé pour photographier tes chevilles
toi mon amour qui es l’espèce humaine
moi qui t’appartiens n’appartenant qu’aux mots)
et maintenant ce mot est seul dans l’arche
les mots ne sont pas des possédants
les mots de l’espèce sont des possédés
mais ce n’est pas l’espèce qui les possède

le mot myosotis n’est pas sur une orbite de bonheur
il a à voir avec l’absence l’éloignement l’interruption
il est lié à du très vivant à du très impossible à de l’arraché à de l’extrême impossible
ainsi qu’à l’angoisse de l’oubli
mots du souffleur
ô mots qui ne se possèdent pas
qui ne possèdent même pas le mot oubli
mots qui êtes tous des myosotis

ce n’est aucun homme qui est le souffleur

c’est le souffle

c’est un mot qui joue de dos
et ne me dit rien sur lui-même ni sur toi
ni sur moi
il est seulement le dernier mot dans l’angoisse de l’amour
avant l’abandon de tout mot
les mots sont des possédés de réel des possédés d’amour d’angoisse
et celui-là plus qu’aucun autre
possédé d’oubli

mot bleu
sûreté dramatique
ouvrant au temps sans mot
temps tout autre

posant la question d’un temps autre
celle d’un autre mot
à temps sans sol
comment le vivre

monde à temps sans temps

espèce
désastre
ô mienne

les hommes doivent des excuses à la poésie (ce ne sont pas les hommes qui sont l’espèce humaine)

(Dominique Fourcade)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

INTERRUPTION A UNE LECTURE DE PLATON (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015



JB Huet_La_Laitière_rwk

INTERRUPTION A UNE LECTURE DE PLATON

Je lisais Platon. — J’ouvris
-La porte de ma retraite,
Et j’aperçus Lycoris,
C’est-à-dire Turlurette.

Je n’avais pas dit encor
Un seul mot à cette belle.
Sous un vague plafond d’or
Mes rêves battaient de l’aile.

La belle, en jupon gris-clair,
Montait l’escalier sonore ;
Ses frais yeux bleus avaient l’air
De revenir de l’aurore.

Elle chantait un couplet
D’une chanson de la rue
Qui dans sa bouche semblait
Une lumière apparue.

Son front éclipsa Platon.
O front céleste et frivole !
Un ruban sous son menton
Rattachait son auréole.

Elle avait l’accent qui plaît,
Un foulard pour cachemire,
Dans sa main son pot au lait,
Des flammes dans son sourire.

Et je lui dis (le Phédon
Donne tant de hardiesse !) :
— Mademoiselle, pardon,
Ne seriez-vous pas déesse ?

(Victor Hugo)

Illustration: Jean-Baptiste Huet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’interruption (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2015




l’interruption
des yeux
qui te virent

d’un silence
à l’autre
de l’univers

(Silvia Baron Supervielle)

Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Je reviens à la mer (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2015



Je reviens à la mer et le ciel m’environne:
le silence, entre la vague et celle qui suit
établit une dangereuse interruption:
la vie s’éteint, le sang se tranquillise
jusqu’à ce que le nouveau mouvement
se brise, libérant la voix de l’infini.

(Pablo Neruda)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :