Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘invérifiable’

Présence invérifiable (Michel Dugué)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2017



Le rectangle neigeux dans sa housse de pépiements
puis le mur croulé assurant une garde un peu triste,
enfin la maison aux ouvertures transies.

Présence invérifiable.

Le temps nous les dissimule.
Un mot seul les efface .
Néanmoins, ils sont là,
adossés au talus
que l’œil ne cesse de gravir.

(Michel Dugué)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit le désert (Jean Tortel)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2016



 

La nuit le désert sont
Des objets invérifiables.

(Jean Tortel)

Illustration: Leila Horchani Destination Désert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Quelques livres apaisent (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2016



Hypolaïs Ictérine lt

 

Quelques livres apaisent, ceux dont je connais
chaque signe, dont je murmure chaque nom
c’est la joie la délectation de connaître une leçon
sur le bout des lèvres, de dire Hypolaïs Polyglotte
Fauvette à la silhouette légèrement plus brune dessus
que l’Hypolaïs Ictérine et d’aimer cette précision invérifiable
puisque l’Hypolaïs Ictérine n’apparaît pas dans le livre
(quatre doigts serrent la diagonale d’un roseau)

(Cédric Le Penven)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Présence invérifiable (Michel Dugué)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2015



Le rectangle neigeux dans sa housse de pépiements
puis le mur croulé
assurant une garde un peu triste,
enfin la maison aux ouvertures transies.

Le temps nous les dissimule.
Un mot seul les efface.
Néanmoins, ils sont là,
adossés au talus
que l’œil ne cesse de gravir.

(Michel Dugué)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :