Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘irréfléchi’

Amour Fou (Yves-Emmanuel Dogbé)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017


parc monceau

 

Je suis bien
quand je suis avec toi
Ce n’est pas tant les reflets basanés
de ton regard
qui m’attirent et me retiennent
je retrouve avec toi
Un sourire, une espérance
la confiance et la vie
Tu es toute douceur
et tes humeurs n’ont d’égal
que les feux jaloux qui te consument
je suis quand même bien avec toi
et je t’aime
d’un amour d’enfant
irréfléchi
et fou.

(Yves-Emmanuel Dogbé)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je pars toujours d’une image (André Hardellet)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2015



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je pars toujours d’une image. N’importe laquelle, aussi humble qu’elle soit ;
en ce domaine, ce n’est pas la beauté qui compte, mais un accord dont la cause reste obscure ;
c’est d’ailleurs cet acquiescement irréfléchi qui m’avertit avant tout autre signe.

En marchant, je laisse le hasard me poser la main sur l’épaule ; tout à coup, ça fait tilt, je brûle.
Un arbre, un balcon, un angle de rue, à côté desquels j’allais passer indifférent,
se détachent, subissent une étrange mise au point.

Une exquise agression me laisse pantois ;
ce qui fond sur moi, d’abord, est le sentiment d’une lointaine ressemblance
tentant de se faire jour à travers une épaisse couche d’oubli.

Très vite, de la similitude à peine entrevue et de la copie floue surgit l’original jusqu’alors seulement deviné.
Aussitôt je déborde les limites de mon moi, je deviens — ou plutôt je redeviens —
celui qui avait contemplé, en son temps, l’image primitive ; mon présent cède la place au sien..

(André Hardellet)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EN TOI (Georges Henein)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2015



 

Bruno Walpoth

EN TOI

en toi
se loge ma paresse
mon grand pays paresseux
comme un serpent
dans un tronc évidé

en toi
roule le cerceau crispé du passé
tu fixes d’un regard égal
le lointain et l’immédiat
et les phares relèvent leur jupe d’écume
pour s’éteindre dans les faveurs de la mer
dénués de gardiens

en toi
l’irréfléchi fait parler les voiles
en toi
rebondit le long exil d’un baiser

en toi
je suis enfin
à ma merci

(Georges Henein)

Illustration: Bruno Walpoth

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :