Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘jalonner’

Nous, les marchands (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2019



 

Nous, les marchands, derrière les saisons,
nous avions établi nos comptoirs dans le vent,
entre nos coeurs et bételgeuse
où, sans balance, nous pesions
la poussière d’or des comètes.
Nous vendions cif ou fob,
pris à quai, sans surestarie ;
nos navires étaient de verre
avec pour marins, nos fantômes,
et par les fentes de la nuit,
nous franchissions les routes navigables.
Nous avions ancré des îles de sable
où poser maisons et clochers,
de l’écume sur le rivage,
et jalonner ainsi nos chemins parcourus ;
mais à chacun de nos retours,
rien n’était plus.

(Géo Libbrecht)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Baume (Birago Diop)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Baume

Voici aux primes averses
Les mots fanés, les mots flétris
Dont jadis nous fûmes nourris
Qui renaissent et nous bercent.

Et sur la sente que traverse
Le ruisseau si longtemps tari
Remontent les bruits désappris
Les sons qui passent et nous percent.

A nouveau tout va se remplir
De l’arôme des souvenirs
Mois vides et semaines mornes,

Passé si loin, passé si près
Que jalonnaient, tristes cyprès,
Les jours faits de rêves sans bornes.

(Birago Diop)


Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

MES FRÈRES… (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2016



 

MES FRÈRES…

Mes frères
Il faut pouvoir atteler nos poèmes
à la charrue du boeuf maigre
Il faut qu’ils s’enfoncent jusqu’aux genoux
Dans la vase des rizières
Il faut qu’ils posent toutes les questions
Il faut qu’ils moissonnent toutes les lumières
Il faut que nos poèmes telles des bornes kilométriques jalonnent les routes
Il faut qu’ils soient le signal avant-coureur de l’approche de l’adversaire
Il faut qu’ils battent le tam-tam dans la jungle
Et tant que sur la terre un seul pays ou même un seul homme est esclave
Et tant qu’il reste au ciel ne serait-ce qu’un seul nuage atomique
Il faut qu’ils donnent tous leurs biens, nos poèmes corps et âme à la grande liberté.

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Marc Legris

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENFANCE (Liliane Codant)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2016



ENFANCE

Dans sa cadence
Glisse l’enfance ;
Elle résonne en récital
Sur la jeune âme de cristal.

Parfois nuages,
Souvent mirages
Vont jalonner chaque saison
Imprimant ardeur ou raison.

Toute la vie,
Triste ou ravie,
L’enfance reste au fond du coeur,
Comme une épine… ou une fleur…

(Liliane Codant)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENFANCE (Liliane Codant)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2016



ENFANCE

Dans sa cadence
Glisse l’enfance ;
Elle résonne en récital
Sur la jeune âme de cristal.

Parfois nuages,
Souvent mirages
Vont jalonner chaque saison
Imprimant ardeur ou raison.

Toute la vie,
Triste ou ravie,
L’enfance reste au fond du coeur,
Comme une épine… ou une fleur…

(Liliane Codant)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :