Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jaufré Rudel)’

L’amour de loin (Jaufré Rudel)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2018



 

Alexander Daniloff (22)

L’amour de loin

Lorsque les jours sont longs en mai,
Doux me sont chants d’oiseaux lointains,
Et quand ai fini d’écouter,
Me souviens d’un amour lointain.
Je vais courbé par le désir,
Sans que chants ni fleurs d’aubépine
Me plaisent plus que l’hiver glacé.

[…]

Quand les jours s’allongent en mai
Me plaît un chant d’oiseaux lointain
Et de ce doux lieu éloigné
Me revient un amour lointain.
Je vais pensif les yeux baissés,
Chant dans l’arbre et fleur d’églantier
Me sont comme gelée d’hiver.

[…]

Jamais d’amour ne jouirai
Si je n’ai cet amour lointain.
Je n’en sais plus doux ni meilleur.
D’aucune part, proche ou lointain.

[…]

Quelqu’un m’appelle et c’est bien vrai
L’homme au désir d’amour lointain
Car nulle autre joie ne me plaît
Comme jouir d’amour lointain
Mais mon désir m’est ennemi
Mon parrain me l’avait promis
Je suis amant sans être aimé

Mais mon désir m’est ennemi
Que maudit soit qui a voué
Mon cœur à n’être point aimé !

(Jaufré Rudel)

Illustration: Alexander Daniloff

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Princesse Lointaine (Jaufré Rudel)

Posted by arbrealettres sur 17 septembre 2017



Illustration: Alphonse Mucha
    
La Princesse Lointaine

Quand le ruisseau de la fontaine
S’éclaircit et la marjolaine
Au joyeux soleil du printemps
Et que du rossignol le chant
S’élève et module et s’affine
Sur les branches de l’aubépine,
Il faut que j’entonne le mien.

Amour de la terre lointaine
Pour vous tout mon corps est dolent,
Car ne fut plus gente chrétienne.
Heureux pour qui elle est parlant

De désir mon cœur est tiré
Vers cette dame qu’entre tous j’aime.
Pour elle ai toujours soupiré,
Mais ne veux pas que l’on me plaigne,
car de la douleur naît la joie.

Lorsque les jours sont longs en mai,
Le doux chant des oiseaux me plaît
Et quand peu à peu il s’éteint
D’un amour lointain me souvient.
Je marche alors tête baissée
Et non plus que saison glacée
Me plaît le chant d’oiseau
ou le gazouillis du ruisseau.
Je le tiendrai pour vrai Seigneur
Par qui verrai l’amour lointain,
Mais malgré l’espoir de tel heur
J’ai mal, car il est trop lointain.

Ah ! que ne suis-je pèlerin
Là-bas pour porter le bourdon
Et recevoir le meilleur don
D’être contemplé par ses yeux.
Jamais d’amour ne jouirai
Sinon de cet amour lointain,

Car femme ne connais meilleure
Ni plus gracieuse en cette heure
De nulle part, ni près ni loin.
Pour elle et pour lui rendre soin
Je consens à être captif
Là-bas au pays sarrasin.

Il dit vrai celui qui m’appelle
Le désireux d’amour lointain,
Car nulle autre joie ne révèle
que jouir de l’amour lointain,
Mes tous mes vœux sont inutiles
Et je me suis voué à ce sort
D’aimer toujours sans être aimé.

(Jaufré Rudel)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :