Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jean-Baptiste Besnard)’

La mer (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2020



La mer

Les îles de Chausey partent à la dérive.
Je m’accroche avec force à la rive perfide
Qui risque de crouler sous des coups de boutoir
Tandis que le soleil, disque volumineux,
Se morfond, solitaire, au bord de l’horizon.

La côte se prélasse en robe d’Emeraude
Où tu veilles, bergère et « fée des grèves » vastes(1),
Sur ton troupeau de blancs moutons des prés-salés
Qui paît à ras des flots, aux abords de Cherrueix,
L’herbe d’iode et de sel poussant dans les polders.

Je pirate parfois dans les ombres naissantes
Avec les loups de mer sur leurs vaisseaux fantômes.
Dans le bief du Vivier, je vois, après la pêche,
Quelques barques venir s’embosser dans la vase.

Il existe des mers que je n’ai jamais vues,
Pour croire qu’elles sont plus belles que la mienne.
Le phare de Cancale a grignoté la nuit ;
Ce gros œil de cyclope, ouvert au bout du cap,
Se braque sur la grève où j’échoue mon esquif.

La vague roule et roule un galet, le polit,
L’arrondit avec soin : il épouse la forme
De ma main qui l’emporte et garde dans sa chair
Le souvenir puissant d’une forte marée
D’équinoxe qu’on vit galoper dans la baie.
Il trône sur le bord de notre cheminée,
Près d’une goélette à trois-mâts qui navigue
Dans une bouteille, œuvre d’un vieux terre-neuvas.

(1) Titre que porte une jolie jeune fille élue au cours d’une
kermesse. Sorte de  » Miss locale »

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur ton visage (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2020



Sur ton visage
De fille très sage
Avec amour j’essuie
De grosses larmes de pluie.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous un ciel gris (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2020



Sous un ciel gris, sans joie,
Le clocher de l’église
Saint Maclou, dans la bise
Nargue la Tour Montjoie

Au loin l’Oise et la Seine
Se recouvrent de brume
Et je vois à grand peine
La ville qui s’allume.

Au fil de l’eau livide
Glisse un corps de noyé,
Je vais, le cœur broyé,
Tout le long d’un quai vide.

(Jean-Baptiste Besnard)

(CONFLANS 1951)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Paroles (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2020



Paroles

Je parle avec la flamme qui pétille dans l’âtre
Avant qu’elle ne s’éteigne
Avec le vent qui souffle dans la cheminée
Avec la vague qui déferle sur le rivage
Avant qu’elle ne se retire à l’horizon
Avec l’herbe qui pousse dans l’allée
Et qu’il faudra arracher
Avec le fruit qui mûrit trop tôt sur la branche
Avec le nuage qui passe dans le ciel sans s’arrêter
Avec le blé qu’il faudra moissonner avant qu’il ne pleuve
Avec l’oiseau avant qu’il ne parte pour de lointains pays
Avec ton cœur qui bat dans ta poitrine
Mais qui fait la sourde oreillette
Et risque de battre pour un autre.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La pierre silencieuse (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2020



La pierre silencieuse
repose dans l’herbe muette
qui attend avec angoisse
le moment de la fenaison
et voudrait y échapper
pour rester verte et drue
au lieu de finir en foin sec
et continuer de cacher la pierre

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma Seine (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2020



Ma Seine

Le matin le brouillard cache
La vague endormie
Qui se réveille avec
Un bâillement de bateau

Un courant furtif
Entoure d’un clapotis
La barque attachée à la berge
Et ma Seine m’entraîne
En rêve jusqu’à la mer

Elle ceinture une robe
Bariolée de champs vastes
Et de jardins petits
De villes et de villages

Elle étrangle
Des îlots de verdure
Glisse sous les ponts
Ses anneaux
Secoués de convulsions
Et avale la lente navigation
De lourdes péniches
Qu’elle digère mal.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les mâchoires des rochers (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Les mâchoires des rochers
se referment sur la coque de ma barque
qui dansait sur les plis soyeux des vagues
et l’écrasent comme une noix.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fille des eaux et de la tempête (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Fille des eaux et de la tempête
l’écume de ta robe
cache tes cuisses de rochers
ton sexe d’algues
et tes seins d’écueils
que galbe la marée
tes seins que le vent
habille ou dénude
de leur voile de brume.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les troubadours (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Les troubadours

Les chanteurs de la nuit
Nous quittent deux par deux
Sous le regard hideux
De l’étoile qui luit

Sans espoir de retour
Avec leurs mandolines
Partent les troubadours
Aux musiques mutines

Ils emmènent en croupe
Les rires des enfants
Aux accents triomphants
De leur joyeuse troupe

Et leurs maigres montures
Emportent sur leur dos
Tout l’encombrant fardeau
De la longue aventure

Sur les routes violettes
Dans les soirs incertains
S’éloignent leurs silhouettes
Dans de troubles lointains.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Souvenirs persistants (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Souvenirs persistants

Je perçois les reflets
De souvenirs vivants
Un sourire dans un halo
Un regard dans un miroir
Dont les yeux brillaient de rire
Sous un ciel diaphane
Alors que le sol exhalait du froid
Dans la tige de l’herbe

J’éprouve de nouveau les anciennes soifs
Et revois la fleur dans le taillis
Alors que dans le jardin surchargé d’oiseaux
Le cerisier en fruits s’affaissait sur la pelouse

Je me confonds avec l’ombre de ton corps
Au bord de la vague de nuit
Et me souviens d’avoir vécu
Dans le cœur sec de la ville
Avant de retrouver l’âme du village
Dans une chaumière tendue de ténèbres
Que ton sourire irradiait
Pour en faire une demeure chaleureuse.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :