Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jean Follain)’

QUINCAILLERIE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2020




QUINCAILLERIE

Dans une quincaillerie de détail en province
des hommes vont choisir
des vis et des écrous
et leurs cheveux sont gris et leurs cheveux sont roux
ou roides ou rebelles.
La large boutique s’emplit d’un air bleuté
dans son odeur de fer
de jeunes femmes laissent fuir
leur parfum corporel.
Ilsuffit de toucher verrous et croix de grilles
qu’on vend là virginales
pour sentir le poids du monde inéluctable.

Ainsi la quincaillerie vogue vers l’éternel
et vend à satiété
les grands clous qui fulgurent.

(Jean Follain)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dehors au vent léger (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2020



Dehors au vent léger
les cordes à linge se balancent;
on entend un instant les propos
sur la capacité
d’un homme habitant un hameau très distant
dans les brumes orangées.
Trois femmes éprouvent leur finesse de taille
dans la grande cuisine pleine de leurs labeurs.
L’une d’elles consulte un calendrier d’or
atteint la clef cachée dans son corsage
et s’évanouit crispée
entre des bras charmants.

(Jean Follain)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’EST LA VIE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2020




C’EST LA VIE

Dans la pièce au sol en terre
une mouche monte au long
d’une draperie usée.
En confiance chantent des femmes
elles conservent sur le tard
un rire de fraîcheur
leur corps entier qui fut beau
de sang s’irrigue et dure.
Cessant tout bruit, se regardant
c’est la vie
pensent-elles.

(Jean Follain)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MUTILATION VOLONTAIRE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2020




MUTILATION VOLONTAIRE

Pour s’éviter de servir
aux armées de l’empereur,
un beau soir avec la hache,
le maître se mutila
de deux grands doigts de sa main ;
sa jeune et blonde épouse
pansa la plaie tendrement
et les pensées à coeur jaune
tremblèrent dans le parterre,
les deux chiens du maitre hurlèrent
quand on le porta au lit,
alors charbonnaient les lampes
entourées de papillons;
mais les femmes assemblées
sur la place du village
devant la rougeur des nuages
disaient que ce qu’elles voyaient
était le sang des soldats.

(Jean Follain)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il semble (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2020



Il semble tout d’un coup
que le monde veuille basculer dans le vide
pour en terminer
avec les bavardages du présent

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ombres (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020


Guerriers gaulois et romains
marchent avec selon l’heure
devant ou derrière eux leurs ombres
et celles de leurs boucliers
aux mêmes lieux plus tard
arriveront des couples
porteurs de lourds bouquets.
Sur un terrain vague
où sèche du sang
frémit l’arbuste d’aujourd’hui.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur l’étang du château (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020



Sur l’étang du château
reste une île
où se tiennent les vieux cygnes
elle n’est utile qu’à leur repos
nulle femme ne s’y cache plus
ni par amour ni par calcul
la pâquerette y sort de terre
et la lenteur s’y résume.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Au pays (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020



Ils avaient décidé de s’en aller
au pays
où la même vieille femme
tricote sur le chemin
où la mère
secoue un peu l’enfant
lui disant à la fin des fins
te tairas-tu, te tairas-tu ?
Puis dans le jeu à son amie
la fillette redit tu brûles
et l’autre cherche si longtemps
si tard – ô longue vie –
que bientôt les feuilles sont noires.

(Jean Follain)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arc de triomphe (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020


L’homme assis dans l’escalier
des heures durant
médite la beauté malheureuse
marches et rampe sont de chêne
à trous de vers et cire dure.
Il saisit la main dans les ombres calmées
d’une femme fragile.
Si par la lucarne le couple regardait
il verrait qu’entourent des champs arides
l’arc de triomphe romain
ce jour-là haut vestige,
à couleur du pain brûlé.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce fils aux souliers à clous (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020




…ce fils aux souliers à clous
savait seul le sens des luttes quotidiennes
qui s’éteignent en bénignités
quand la soupe est servie dans le royal couchant

(Jean Follain)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :