Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jean Joubert)’

Miettes pour un rouge-gorge (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2019




    
Miettes pour un rouge-gorge
Bravo, Mathys!
à Raphaël Segura, peintre

Raphaël dit à Mathys,
son petit-fils de huit ans:
«Puisque tu es en vacances
et qu’il fait beau, ce matin,
nous pourrions aller au zoo,
mais j’ai mieux à te proposer.
Nous irons rendre visite
dans son mas, à la campagne,
au vieux poète Jean Joubert.
Il a écrit des romans,
des contes, des poèmes,
des albums pour les enfants,
des haïkus sur des galets,
il a parlé de ma peinture.
il te montrera des livres,
il te lira des histoires,
il t’écrira un poème.
— Non, dit Mathys résolument,
j’aime mieux aller voir les singes ! »

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien! (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2019



Rien! Une graine
la terre ouverte
la pluie qui rôde

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 6 Comments »

Rumeur du monde (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2019



 

Remedios Varo Uranga_revelation mystique [1280x768]

Rumeur du monde

Écoute
autour de la maison
l’âpre rumeur du monde :
meurtres, massacres,
épouvante, incendie,
tyrannie et torture.

En d’autres lieux, dans d’autres cœurs
bien sûr !

Mais ne te crois ni agneau ni colombe.
Comme chacun
tu portes en toi le loup, le tigre
et la vipère,
en toi dans des ténèbres
où leur rage enchaînée
sourdement siffle et gronde.

Dans l’angoisse, la crainte
mais aussi l’espérance,
veille sur les remparts, en toi,
et prie pour que les chaînes ne se rompent.

(Jean Joubert)

Illustration: Remedios Varo Uranga

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Livre (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019




Le Livre

L’ami marche sur le sable
sans plus de bruit que la rosée.
Pourtant je reconnais son pas,
je devine son visage.
Bientôt il va franchir le seuil,
souriant, me tendre le livre
qu’hier chez lui j’ai oublié
dans l’espoir qu’il me le rapporte.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La vierge de Botticelli (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



La vierge de Botticelli
M’offre un oeillet de velours tendre.

Sa bouche me ferait mourir
Si je n’avais terre au soleil.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je te donne ce poème (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2018



Je te donne ce poème,
le mot arbre, le mot maison,

et sentier, ruche, rivière,
mésange, jardin, lumière,

lune et soleil, nuit et jour,
étoile, sourire, amour,

le mot cœur, le mot caresse.

Je te donne la promesse
de l’amitié du monde.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Tentation (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2018



La Tentation

La parole
va-t-elle trembler
au bord du ciel?

et la bouche apprêtée
à la louange,
à la prière,

versant soudain
dans un repli
de la mémoire,

baiser dans l’ombre
le sein rose
de l’orante?

Ardente déchirure,
fente basse du soir sur les collines

(Jean Joubert)


Illustration: Marie-Paule Deville Chabrole

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un couteau tombe sur le marbre (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2018



Un couteau tombe sur le marbre,
et le fracas, de salle en salle, gagne d’immenses grottes
où les échos se heurtent et se brisent.
Puis c’est un cri d’enfant qui te transperce,
rougi au feu.
Puis une voix qui vole dans un gouffre,
érafle les murailles, grince contre les vitres,
ameute la faune creuse les couloirs.

Et tu rêves d’un silence liquide sous la mer.

(Jean Joubert)

Illustration: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dors à l’ombre de mes cheveux (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2018



Illustration: Stefano Di Stasio
    
Dors à l’ombre de mes cheveux,
Me disait-elle ;
Dors dans le bois de déraison,
Les yeux ouverts comme un enfant
Et que ton sommeil soit de terre
Sans étoile pour t’y blesser.
Dors à l’ombre de mes cheveux,
Me disait-elle ;
Dors étonné comme un enfant

(Jean Joubert)

 

Recueil: Anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ELLE PASSE (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2018




    
ELLE PASSE

La foudre rôde aux veines du village
Et les enfants ne savent plus sourire.
Les hommes droits portent sur leur visage
La même fleur opaque du désir.

Les cuisses nues, la gorge haute et noire,
C’est le printemps qui trace son sillage
Et qui parlait de blé perd la mémoire
Et qui dormait s’éveille à ce passage,

Flairant dans l’air les chasses de l’orage
Où se retourne une biche d’argent,
Belle à mourir, cernée par les nuages,
Epouvantée des armes et du sang.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :