Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jean-Pierre Faye)’

MAISON À DEUX GENOUX (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Louise Bourgeois
    
MAISON À DEUX GENOUX

j’habite la maison à deux genoux
je hante sa hauteur et profondeur
et je monte âme et corps en tous sens
. mais je voudrais que profondeur soit haute
pour que je poursuive et habite l’air
respiré avec celle que je respire
. elle est demeure mouvante et célébrée
elle s’est ouverte à toute respiration
je la prends comme l’air et comme soif
. elle me donne soi et ce qui est
et pourtant n’est pas ce qui contente

(Jean-Pierre Faye)

 

Recueil: Eclat Rançon
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je m’éveille et vois (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Andrzej Malinowski
    
je m’éveille et vois les lignes du noir
et je les touche en sommeil dans la main
elles se retournent en douceur d’épaules
. et leurs mains me parlent et elles viennent
et me parlent par jambes entrelacées et sommeil
. de toison et de ventre et chaleur
qui se retourne encore et qui vient
s’envelopper de moi-même et de soi
. à perte d’ombre sans vue et sans mot

car vous êtes âme du corps et jouissance
du sommeil et d’éveil et d’enveloppement
et dans le gris de nuit flamme et brûlure
. et joie cri abrupt et geste d’écart
dans les jambes et retour des bras et des bouches
langue contre langue et mot dans le mot
. pour ne pas dire qui flambe
corps à corps en nuit
car vous êtes forme du corps

(Jean-Pierre Faye)

 

Recueil: Eclat Rançon
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le trait dessine leur corps (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Pablo Picasso
    
le trait dessine leur corps deux à deux
immergés l’un dans l’autre par la limite
mais distincts par désir de l’un vers l’autre
. et elle femme dessinée par la main de l’autre
il la regarde hanche et épaule et jambe dormante
le visage enfoui aux cheveux et nuque blanche
. les ombres fusain et sanguine vivante aux lèvres
et les lacunes ombrées aux plis et traces
elle dort ensuite dans le geste du coude
. respire dans la couleur de nuit

(Jean-Pierre Faye)

 

Recueil: Eclat Rançon
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le visage qui va voir (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2016



Le visage qui va
voir, est aussi regardé
juste avant qu’il ne lève
les yeux au-devant, et ne soit traversé…

(Jean-Pierre Faye)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Mort, où est ton clou (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2015



 

Odd Nerdrum   907

Mort, où est ton clou
ta hargne ? Lacère-nous, arrache
distrais notre coeur
Nous sommes corvéables
écrasés à merci. Mais nous
plus présents pourtant que notre corps
plus ancrés que nos os, plus enfouis
que ta boue osseuse, plus consommés
que nos membres au goût d’amour
dans ta pierre, ta lenteur — frangés
de lapidation, percés
rompus, vides de vin, aux bouches
encore humides, douces de salive
jetés au sol — mais la saveur venue
celle qui doit survenir
celle qui recréera la femme, celle
qui nous rendra le vin
qui refera le jour
— donne-la nous

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Odd Nerdrum

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bougeant le sillage de cri (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015



Denis Chernov 1978 - Ukrainian painter - Tutt'Art@ (31) [1280x768]

bougeant le sillage de
cri, et vol, sur la mousse noire et le jaune
et le cercle d’eau sur
le fond éteint, ceint de terre, elle
même ceinte de mer, et
d’être venu jusqu’ici l’on
commence déjà ne serait-ce qu’en
dessinant sur la mer
et déjà contre le fond
maintenant plan, et l’eau
sans bord, la surface tracée pour
effacer, en l’écoutant au ras
ou bien se levant et par la seule
montée, pinçant le cercle entre les masses
et nouant les volumes par-dessus, voyant
que les dessins changent

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Denis Chernov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MIROIR FLEUVE RENVERSE (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015



Albert Lichten (13) [1280x768]

MIROIR FLEUVE RENVERSE

Visage mon miroir oublieux
Embué lisse de soir
Fuite ou figure égale à tes yeux
L’accueil seul de ne pas voir

Mes yeux s’effacent quand je me perds
En toi pour lire et savoir
L’image bouge et meurt au miroir
Poli de présence, clair

Mais tu parles quand je me penche
Parole prise faite chair
La loi tremblante comme une hanche
Cernée de lèvre et de pierre

J’écoute un monde bref et prochain
Air grave lente campagne
Creusant la rumeur blanche d’au loin
Le flanc profond de montagne

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Albert Lichten

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voudrais te connaître jusqu’à l’enfance (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015



Edvard Munch23

Je voudrais te connaître jusqu’à l’enfance
Comme en remontant un fleuve tranquille
Jusqu’au village ancien mûri au creux de l’eau
Tailladé de contre-jour
Par delà l’arche blanche et le gué à fleur de glace
— Remontée jusqu’à l’hiver
Et la chambre à l’odeur de bois qui rit toute seule
Parmi les jouets d’autrefois gauches ensommeillés
Devant l’armoire entr’ouverte la glace ironique et vide
Le rire au goût de robe
Et l’avalanche dans la grange au fil du foin
Je descends le fleuve qui monte
Je le descends vers sa naissance dans ses plis miroitants et lourds
Au long des méandres pesants portant un poids profond et cher
Tu seras là
Femme prise à la source

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Edvard Munch

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et la parole sourd (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2015


 


Denis Chernov 1978 - Ukrainian painter - Tutt'Art@ (38) [1280x768]

Et la parole sourd, se ramifie aux lèvres douces
Alourdies de matin, mouillées d’amour, limées de soif
Vous vivez là, parole
Autour de moi, en un seul cri
Aube égouttée dans l’arbre en cassure d’oiseaux
Brisée à bout de branche

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Denis Chernov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu es ciel chargé par le suc (Jean-Pierre Faye)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2015



Evgeni Gordiets 1008

Tu es ciel chargé par le suc
D’un long été tremblant de pentes, de verdure
Tout forgé de feuillage, ô jour
Abrupt de transparences, allié
Au soleil immergé des feuilles
Au feu fragile de la branche, au jour plus mûr
— Nourri de terres à distance, lac
Captif et eau arable dans le roc
Tu mêles tout bas sol et ciel
Ici

(Jean-Pierre Faye)

Illustration: Evgeni Gordiets

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :