Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jean-Pierre Luminet)’

Ciel nocturne peuple d’étincelles (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Ciel nocturne
peuple d’étincelles
ta nuit est une mer sans rivages dont les jours sont des îles.
Il y a des portions de firmament
vides d’étoiles et d’un noir absolu
Certains y voient de simples déchirures
entre les amas stellaires
D’autres navigateurs prétendent que ces masses d’ombre
frappent d’aveuglement ceux qui les regardent

(Jean-Pierre Luminet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

La douceur de la danse est passée (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016




La douceur de la danse est passée.

Danse silencieuse
Ivresse du mouvement circulaire, légèrement embarrassée par les irrégularités célestes.
Le moins chaud tourne autour du plus chaud, à juste distance.

L’apanage des êtres vivants est le mouvement volontaire Et l’irruption est un bris de clôture.

L’espace est plein comme une petite chambre.
Aussi loin qu’il porte, nous trouvons des soleils
et toute sensation excitée, les membres de nos corps animaux
se mouvant le long des filaments solides de nos nerfs…

Ces rapprochements sans heurts, ces noeuds dénoués, cette confusion aussitôt démêlée…
d’autres glissements se produisent
et nos nuits rayonnent d’une splendeur inconnue

Ce qui semble noir, muet, se comble de son et de clarté.
La lumière forme avec tes mèches des rets infinis, qui lient toutes
les parties de mon univers et les désirs en sont les noeuds.

Riche en corps noirs invisibles, feutrée de nébuleuses obscures qui
absorbent l’excès de mes rayons
ta ténèbre est féconde
Son eau noire, du sépulcre dissous
vagues lourdes et suffocantes
corps plus pâle que tous les ors imaginables

Le vide est un creux psychologique

Unité indéfiniment rompue par une dispersion nouvelle.
Était- ce un soleil de feu ? Non, un globe obscur, terraqué
mais environné d’un éther raffiné

Le corps est donc obscur.
Pour une raison logique les petits corps obscurs tournent autour des étoiles.
Voilà ce qui détermine les courbes et les formes

L’attraction n’est pas une loi d’amour: c’est une chaîne.
Rotation, perpétuel recommencement

La lumière visible elle aussi est un trou
une faille
une diminution de quelque chose d’autre.

Et moi si joyeusement accueilli par ces gemmes de lumière vivante
qui forment couronne autour de toi

demeure un étranger dans ton espace.

(Jean-Pierre Luminet)

Interview de Jean-Pierre Luminet Astrophysicien et Poète

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Perspective (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Perspective

Ma seule perspective
Une sorte d’harmonie entre moi et la douleur

(Jean-Pierre Luminet)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Voyez l’appétit féroce des comètes brochets (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Voyez l’appétit féroce des comètes
brochets poursuivant le menu fretin
moustiques hallucinants tout parés de
trompes et d’aigrettes
vers fantastiques pareils à des noyaux de pêche
dont la queue s’orne d’une couronne
rayonnante de poils et s’étire jusqu’aux
cantons les plus disgraciés de la création.
Qui purgera les mers de leurs bitumes ?

(Jean-Pierre Luminet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Regard glacial (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Le seul fer que j’aie à craindre
C’est celui du regard glacial
Ce reproche gris en dehors de tout
Nu des mille ornements
Terme fatal jusque-là incohérent à mon esprit
Subitement devenu intelligible

Toutes ces chambres où les lits restent vides
Juxtaposés en une interminable série de tous les
hommes
Trop malheureux

(Jean-Pierre Luminet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Possibilité miraculeuse (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Quand l’expression le sourire sont à toi
Alors l’entente se fait d’elle-même
Fleur captive de la possibilité miraculeuse de se joindre

(Jean-Pierre Luminet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :